Les corticostéroïdes pour le traitement des nausées et des vomissements sans lien avec la chimiothérapie, la radiothérapie ou une intervention chirurgicale chez les patients adultes ayant un cancer

Contexte

Les nausées sont un symptôme courant chez les personnes ayant un cancer en stade avancé. Bien que des nausées et des vomissements puissent être liés à des traitements des cancers, tels que la chimiothérapie, la radiothérapie ou certaines interventions chirurgicales, un nombre significatif de patients ayant un cancer en stade avancé ont également des nausées n'ayant pas de lien avec ces thérapies. Les nausées et les vomissements peuvent également entraîner une détresse psychologique, et avoir un impact négatif sur la qualité de vie des personnes ayant un cancer ; celles-ci ne sont que rarement traitées convenablement.

Caractéristiques de l'étude

En août 2016, nous avons trouvé trois études pertinentes comprenant un total de 451 participants. Les essais cliniques ont inclus de 51 à 280 participants. La durée des études incluses allait de sept à 14 jours. Deux études ont comparé la dexaméthasone à un placebo. La troisième étude a comparé un certain nombre de médicaments supplémentaires combinés de différentes manières, dont le métoclopramide, la chlorpromazine, le tropisétron, et la dexaméthasone.

Principaux résultats et qualité des preuves

Les preuves actuelles sont basées sur un petit nombre d'études portant sur un faible nombre de participants. Nous avons évalué la qualité des preuves issues des études en utilisant quatre niveaux de qualité : très faible, faible, modérée ou élevée. Des preuves de très faible qualité signifient que les résultats paraissent très incertains. Des preuves de haute qualité signifient que nous avons hautement confiance dans les résultats. Nous avons établi les conclusions suivantes à partir des preuves disponibles :

1) Nous avons trouvé des preuves de très faible qualité portant sur les effets des stéroïdes sur les nausées et les vomissements chez les personnes ayant un cancer ;

2) Il n'y avait aucune preuve indiquant les effets des stéroïdes selon le type de cancer ; et

3) Il y avait peu d'effets secondaires rapportés, et les médicaments étaient généralement bien tolérés. Davantage d'études de haute qualité sont nécessaires afin de déterminer si les stéroïdes sont efficaces en tant qu'agents contre les nausées.

Conclusions des auteurs: 

Il existe peu d'études évaluant les effets des corticostéroïdes sur les nausées et les vomissements sans lien avec la chimiothérapie, la radiothérapie ou une intervention chirurgicale chez les patients adultes ayant un cancer. Cette revue a trouvé des preuves de très faible qualité ne permettant ni d'étayer ni de réfuter l'utilisation des corticostéroïdes dans ce contexte. Davantage d'études de haute qualité sont nécessaires afin de déterminer si les corticostéroïdes sont efficaces dans ce contexte.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les nausées sont un symptôme courant en cas de cancer avancé, avec une prévalence allant jusqu'à 70 %. Bien que des nausées et des vomissements puissent être liés à des traitements du cancer, tels que la chimiothérapie, la radiothérapie ou certaines interventions chirurgicales, un nombre significatif de personnes ayant un cancer avancé présentent des nausées n'ayant pas de lien avec ces thérapies. Les nausées et les vomissements peuvent également entraîner une détresse psychologique, et avoir un impact négatif sur la qualité de vie des personnes ayant un cancer ; tout comme les douleurs, les nausées ne sont que rarement traitées convenablement. Le mécanisme d'action exact des corticostéroïdes sur les nausées n'est pas clair, cependant, ceux-ci sont utilisés pour la prise en charge de nombreuses complications spécifiques aux cancers, notamment la compression médullaire, l'augmentation de la pression intracrânienne, et la lymphangite carcinomateuse. Les corticostéroïdes sont également couramment utilisés en soins palliatifs pour un large éventail d'indications non spécifiques, telles que les douleurs, les nausées, l'anorexie, la fatigue et l'humeur dépressive. Cependant, il existe peu de preuves objectives indiquant leur efficacité dans le contrôle des symptômes et ils ont un large éventail d'effets indésirables dépendants de la dose et de la durée de traitement. Compte tenu de leur utilisation répandue, il est important de rechercher des preuves indiquant leurs effets sur les nausées et les vomissements sans lien avec les traitements anticancéreux.

Objectifs: 

Évaluer les effets des corticostéroïdes sur les nausées et les vomissements sans lien avec la chimiothérapie, la radiothérapie ou une intervention chirurgicale chez les patients adultes ayant un cancer.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, Ovid MEDLINE, Embase EBSCO Ovid, CINAHL, Science Citation Index, Web of Science, Latin America and Caribbean Health Sciences (LILACS), Conference Proceedings Citation Index - Science Web of Science, et dans des registres d'essais cliniques, à partir de leurs dates de création respectives jusqu'au 23 août 2016.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés en double aveugle ou tous les essais contrôlés prospectifs ayant inclus des adultes âgés de 18 ans et plus ayant un cancer avancé ainsi que des nausées et des vomissements sans lien avec la chimiothérapie, la radiothérapie ou une opération chirurgicale étaient éligibles pour la revue lorsque ceux-ci portaient sur l'utilisation de corticoïdes comme traitement antiémétique.

Recueil et analyse des données: 

Tous les auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons utilisé les moyennes arithmétiques et les écarts types pour chaque critère de jugement pour présenter les différences moyennes (DM) avec leurs intervalles de confiance à 95 % (IC). Nous avons évalué la qualité des preuves en utilisant le système GRADE et créé un tableau de « Résumé des résultats ».

Résultats principaux: 

Trois études portant sur 451 participants remplissaient les critères d'inclusion. Les essais ont inclus de 51 à 280 participants. Deux études ont comparé la dexaméthasone à un placebo, et la troisième étude a comparé un certain nombre d'interventions supplémentaires combinées de différentes manières, dont le métoclopramide, la chlorpromazine, le tropisétron, et la dexaméthasone. La durée des études allait de sept à 14 jours. Nous avons inclus deux études (127 participants) présentant des données à huit jours de suivi dans la méta-analyse portant sur l'intensité des nausées ; la troisième étude n'a pas présenté de données à propos de ce résultat. Le traitement à base de corticostéroïdes (dexaméthasone) a entraîné des nausées moins intenses (intensité mesurée sur une échelle de 0 à 10, avec un score inférieur indiquant des nausées moins marquées) par rapport à un placebo à huit jours de suivi (DM -0,48, IC à 95 % de -1,53 à 0,57 ; preuves de très faible qualité), bien que ce résultat n'était pas statistiquement significatif (P = 0,37). La fréquence des effets indésirables n'était pas significativement différente entre les groupes, et les interventions étaient bien tolérées. Les facteurs limitant l'analyse statistique incluaient l'absence de mesures standardisées des nausées, et l'utilisation de différents agents, doses, et comparaisons. L'analyse en sous-groupes selon le type de cancer n'a pas été possible en raison du manque de données. La qualité de ces preuves était rabaissée de trois niveaux, à partir d'un niveau de certitude élevé à un niveau très faible en raison des imprécisions, des probables biais de sélection, des biais d'attrition et du faible nombre de participants dans les études incluses.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.