Changements de mode de vie pour le traitement du psoriasis

Problématique de la revue

Nous voulions savoir si les changements apportés au mode de vie (p. ex. modifier son alimentation, faire de l'exercice et éviter de fumer et de boire de l'alcool), seuls ou combinés, étaient utiles dans le traitement du psoriasis, comparativement à l'absence de tels changements ou à un autre traitement du psoriasis.

Contexte

Le psoriasis est une maladie chronique inflammatoire de la peau ; il cause des plaques épaisses, rouges, irritantes et desquamantes. L'obésité, l'alcool, le tabagisme et un mode de vie inactif peuvent aggraver le psoriasis. Nous avions l'intention de déterminer si des changements du mode de vie peuvent améliorer la gravité et la qualité de vie du psoriasis et réduire les comorbidités (d'autres affections survenant parallèlement à une affection primaire).

Caractéristiques des essais

Nous avons inclus 10 essais, avec 1163 participants, qui ont évalué les effets d'un régime hypocalorique seul, d'un régime hypocalorique combiné à un programme d'exercice, d'une combinaison d'exercices de marche et d'éducation sanitaire continue, et d'instructions éducatives pour promouvoir un mode de vie sain (alimentation, tabac et alcool abstinence). Nous avons examiné les données probantes jusqu'en juillet 2018.

Les organisations à but non lucratif ont financé quatre essais, un essai a reçu des fonds pour le programme d'éducation de sociétés pharmaceutiques, et les cinq autres essais n'avaient pas de financement ou n'ont pas indiqué la source de financement. Tous les participants étaient âgés d'au moins 18 ans (âge moyen : 43 à 61 ans). Lorsqu'ils ont été rapportés, les essais comprenaient 656 hommes et 478 femmes ; tous ont été réalisés dans un hôpital. Dans quatre essais, les participants étaient limités aux personnes atteintes de psoriasis modéré à grave. Un essai comprenait des participants qui avaient d'abord été traités avec des médicaments oraux pour le psoriasis modéré à grave, mais dont le psoriasis n'avait pas disparu après quatre semaines. Dans quatre essais, toutes les gravités du psoriasis étaient éligibles, mais ces essais n'ont pas signalé la gravité du psoriasis des participants ou n'ont fourni que des scores moyens de gravité. Un essai comprenait des participants atteints de psoriasis léger. Les essais ont comparé les interventions de changement de mode de vie avec les soins habituels (y compris le maintien d'une alimentation saine), l'information seulement, l'absence de traitement ou le traitement médical seul. Le traitement a duré de 12 semaines à trois ans.

Résultats principaux

Les résultats suivants sont basés sur des participants obèses et comparent les interventions de changement de mode de vie (régime hypocalorique) aux soins habituels. Un régime hypocalorique peut réduire la gravité du psoriasis (lorsqu'on l'évalue en fonction de la proportion de participants qui obtiennent une amélioration d'au moins 75 % depuis le début du traitement d’après l’Indice de zone et de gravité du psoriasis (en anglais : Psoriasis Area and Severity Index, PASI 75), un outil largement utilisé pour mesurer la gravité du psoriasis) (preuves de faible qualité) et améliore probablement la qualité de vie (données de qualité moyenne). Les participants qui suivent un régime hypocalorique peuvent être plus enclins à suivre un traitement (observance du traitement), mais les effets du traitement varient, de sorte qu'il est possible qu'il n'y ait que peu ou pas de différence (preuves de faible qualité). Un régime hypocalorique améliore probablement l'IMC (indice de masse corporelle : un calculateur de poids sain) (preuves de qualité moyenne). Les essais n'ont pas indiqué combien de temps ils ont traité les participants avant qu'ils ne cessent de suivre un régime (délai avant rechute).

Les résultats suivants sont basés sur des participants obèses et comparent les interventions de changement de mode de vie (régime hypocalorique et programme d'exercice) à des informations sur la perte de poids visant à améliorer le psoriasis. Un régime hypocalorique et un programme d'exercice physique entraînent probablement une réduction plus importante de la gravité du psoriasis (d'après PASI 75), mais les effets de ce traitement varient, de sorte qu'il est possible qu'il ne fasse pas ou peu de différence. Il n'y a probablement pas de différence dans l'observance du traitement entre les deux groupes ; cependant, un régime hypocalorique et un programme d'exercice physique améliorent probablement la réduction de l'IMC (tous les résultats sont fondés sur des données de qualité moyenne). Les essais n'ont pas fait état de la qualité de vie ni du délai avant rechute.

Seuls deux essais dans le cadre de cette étude ont évalué les effets secondaires. Dans un essai, les effets secondaires ont été causés par une thérapie supplémentaire administrée aux deux groupes de participants (ils n'ont pas été causés par le traitement diététique). L'autre essai, qui comparait deux traitements diététiques à l’absence de traitement, n'a observé aucun effet secondaire. En général, les participants se sont conformés avec succès aux changements de mode de vie évalués.

Nous n'avons trouvé aucun essai sur l'abstinence d'alcool ou l'abandon du tabac.

Qualité des données

La qualité des données probantes était de modérée à faible pour les critères de jugement " gravité du psoriasis " et " adhésion à l'intervention " et modérée pour " réduction des comorbidités : changement de l'indice de masse corporelle (IMC) ". La qualité de vie, mesurée dans une seule des deux comparaisons clés, est fondée sur des données de qualité moyenne. Les limites des essais comprenaient le fait que les participants savaient quel traitement ils recevaient et qu'un grand nombre de participants se retiraient des essais.

Conclusions des auteurs: 

L'intervention diététique peut réduire la gravité du psoriasis (données probantes de faible qualité) et probablement améliorer la qualité de vie et réduire l'IMC (données probantes de qualité modérée) chez les personnes obèses comparativement aux soins habituels, tandis que l'intervention diététique associée à un programme d'exercices améliore probablement la sévérité du psoriasis et l'IMC comparativement à l’information seule (preuves de qualité moyenne). Aucun des essais n'a mesuré la qualité de vie.

Nous n'avons pas décelé de différence évidente dans l'observance du traitement entre les personnes du groupe du programme combiné d'intervention alimentaire et d'exercices et celles qui ont reçu uniquement de l'information (données de qualité moyenne). L'observance peut être améliorée par une intervention alimentaire par rapport aux soins habituels (données probantes de faible qualité). Dans l'ensemble, les participants ont bien respecté les interventions liées au mode de vie évaluées dans le cadre de la revue.

Aucun essai n'a évalué le délai avant rechute. Les limites des essais comprenaient des participants non mis en aveugle et un taux d'abandon élevé.

Les essais à venir devraient réduire les abandons et inclure des mesures précises des critères de jugement ; ils devraient examiner si l'intervention diététique avec ou sans programme d'exercice est efficace chez les personnes non obèses atteintes de psoriasis, si un programme d'exercice supplémentaire est plus efficace que la seule intervention diététique, si le délai entre deux poussées est rallongé chez les personnes qui reçoivent une intervention alimentaire avec ou sans programme d'exercice et si le sevrage du tabac et l'abstinence alcoolique sont efficaces contre le psoriasis.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau qui se manifeste par des démangeaisons, des rougeurs et des plaques desquamantes ; son aggravation a été associée à l'obésité, à l'alcool, au tabac, au manque de sommeil et à un mode de vie sédentaire. Les changements de mode de vie peuvent améliorer le psoriasis.

Objectifs: 

Évaluer les effets des changements du mode de vie pour le psoriasis, y compris la réduction du poids, l'abstinence d'alcool, l'abandon du tabac, la modification du régime alimentaire, l'exercice et d'autres interventions de changement du mode de vie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Jusqu'en juillet 2018, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : le Cochrane Skin Specialised Register, CENTRAL, MEDLINE, Embase et LILACS. Nous avons également effectué des recherches dans l'Infrastructure Nationale du Savoir de la Chine, la Bibliothèque Airiti et cinq registres d’essais jusqu'en juillet 2018. Nous avons vérifié les références des essais inclus pour d'autres essais pertinents et nous avons demandé aux auteurs des essais inclus s'ils avaient connaissance de données pertinentes non publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) sur l'évolution du mode de vie (seul ou en association) pour le traitement du psoriasis chez les personnes chez qui un professionnel de la santé a posé un diagnostic. Le traitement devait être administré pendant au moins 12 semaines. Les comparaisons éligibles étaient l’absence de changements du mode de vie ou une autre intervention active.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Les principales mesures des critères de jugement étaient la " gravité du psoriasis " et l'" observance de l'intervention ". Les critères de jugement secondaires étaient " Qualité de vie ", " Délai avant rechute " et " Réduction des comorbidités ". Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 ECR avec 1163 participants (âge moyen : 43 à 61 ans ; 656 hommes et 478 femmes ont été signalés). Six essais ont examiné les effets d’une intervention alimentaire (régime hypocalorique) chez 499 participants obèses (âge moyen : 44.3 à 61 ans ; dans les cas signalés, 395 présentaient un psoriasis modéré à grave). Un essai a évalué un programme combiné d'intervention diététique et d'exercices chez 303 participants obèses atteints de psoriasis modéré à grave qui avaient commencé un traitement systémique du psoriasis et qui n'avaient pas obtenu de guérison après quatre semaines de traitement continu (âge moyen : 53 ans). Un autre essai a évalué un exercice de marche et une éducation continue à la santé chez 200 participants (âge moyen : 43.1 an, gravité non déclarée). Enfin, deux essais comprenaient des programmes d'éducation visant à promouvoir un mode de vie sain auprès de 161 participants (âgés de 18 à 78 ans), dont un essai sur le psoriasis léger et l'autre n'ayant pas signalé la gravité.

Les comparaisons incluaient l'information seule, l'absence d'intervention, le traitement médical seul et les soins habituels (comme le maintien d'une alimentation saine).

Tous les essais ont été menés dans des hôpitaux et sur des participants traités pendant 12 semaines à trois ans. Un essai n'a pas signalé la période de traitement. Sept essais ont mesuré les résultats à la fin du traitement et il n'y a pas eu de suivi supplémentaire. Dans deux essais, il y a eu un suivi après la fin du traitement. Cinq essais présentaient un risque élevé de biais de performance et quatre essais présentaient un risque élevé de biais d'attrition.

Nous n'avons trouvé aucun essai évaluant les interventions en matière d'abstinence d'alcool ou d'abandon du tabac. Aucun essai n'a évalué le délai avant rechute. Seulement deux essais ont évalué les effets indésirables ; dans un essai, ceux-ci ont été causés par la ciclosporine (administrée en traitement d'appoint dans les deux groupes). L'essai comparant deux interventions diététiques à un groupe sans traitement n'a observé aucun effet indésirable.

Les résultats présentés dans ce résumé sont basés sur des essais avec des participants obèses.

Les résultats des interventions diététiques par rapport aux soins habituels ont été mesurés de 24 semaines à six mois après le début de l'étude. Comparativement aux soins habituels, l'intervention diététique (restriction calorique stricte) peut entraîner une amélioration de 75 % ou plus par rapport aux valeurs initiales de l’Indice de zone et de gravité du psoriasis (en anglais: Psoriasis Area and Severity Index, PASI 75) (ratio de risque (RR) 1,66, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,07-2,58 ; 2 essais, 323 participants ; données de faible qualité). L'adhésion à l'intervention peut être plus grande avec l'intervention alimentaire qu'avec les soins habituels, mais l'IC à 95 % indique que l'intervention alimentaire pourrait aussi faire peu ou pas de différence (RR 1,26, IC à 95 % : 0,76 à 2,09 ; 2 essais, 105 participants ; preuves de faible qualité). L'intervention diététique permet probablement d'améliorer davantage l'indice de qualité de vie dermatologique (en anglais : Dermatology life Quality Index, DLQI) par rapport aux soins habituels (DM -12,20, IC à 95 % -13,92 à -10,48 ; 1 essai, 36 participants ; preuves de qualité moyenne) et réduit probablement l'IMC par rapport aux soins habituels (DM -4,65, IC à 95 % -5,93 à -3,36 ; 2 essais, 78 participants ; données de qualité moyennes).

Les résultats des interventions diététiques associées à un programme d'exercices ont été mesurés 16 semaines après le début de l'étude et sont basés sur un essai (303 participants). Comparativement à l'information seule (sur la réduction du poids pour améliorer le psoriasis), l'intervention alimentaire associée au programme d'exercice (plan diététique et activités physiques) améliorent probablement la gravité du psoriasis, mais l'IC à 95 % indique que l'intervention pourrait faire peu ou pas de différence (PASI 75 : RR 1,28, IC à 95 % 0,83 à 1,98). Cette intervention combinée entraîne probablement une réduction plus importante de l'IMC (changement médian -1,10 kg/m², P = 0,002), mais il n'y a probablement pas de différence d'observance (RR 0,95, IC à 95 % 0,89 à 1,01 ; 137/151 et 145/152 participants adhérant respectivement dans le groupe traité et dans le groupe témoin). Il n'y avait pas de données sur la qualité de vie. Ces résultats sont fondés sur des données de qualité moyenne.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Leopold-Metzger et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.