Quels pansements ou agents topiques sont les plus efficaces pour la cicatrisation des escarres ?

Les pansements et les agents topiques pour le traitement des escarres

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves concernant les effets des pansements et des agents topiques (tels que des pommades, des crèmes et des gels) sur la cicatrisation des escarres. Il existe de nombreux pansements et agents topiques différents disponibles, et nous voulions découvrir lesquels sont les plus efficaces.

Contexte

Les escarres, également connues sous le nom de plaies de lit, d'ulcère de décubitus et de plaies de pression, sont des plaies affectant la peau et parfois les tissus biologiques sous-jacents. Les escarres peuvent être douloureuses, peuvent s'infecter et affecter la qualité de vie des personnes touchées. Les personnes présentant un risque de développer des escarres comprennent celles ayant une mobilité limitée - telles que les personnes âgées et les personnes ayant des affections médicales à court terme ou à long terme - et les personnes ayant des lésions de la moelle épinière. En 2004, le coût annuel total pour le traitement des escarres au Royaume-Uni a été estimé à 1,4 à 2,1 milliards de livres sterling, ce qui correspond à 4 % des dépenses totales du service de santé publique.

Des agents topiques tels que des pommades, des crèmes ou des gels sont appliqués sur les escarres non cicatrisées et laissés en place pour traiter la plaie ; ces agents peuvent également être recouverts par un pansement. Certains de ces traitements ont été comparés les uns aux autres, généralement dans des essais comparant deux traitements simultanément. Nous avons utilisé une méthode appelée « méta-analyse en réseau » pour rassembler tous les résultats des essais portant sur ces différents traitements d'une manière fiable. Nous espérions que cette méthode, permettant de comparer les options de traitement, pourrait nous aider à déterminer le meilleur traitement pour la cicatrisation des escarres.

Caractéristiques de l'étude

En juillet 2016, nous avons recherché des essais contrôlés randomisés examinant des pansements et des agents topiques pour le traitement des escarres et ayant publié des résultats concernant la cicatrisation complète des plaies. Nous avons trouvé 51 études portant sur un total de 2947 personnes. Trente-neuf de ces études, portant sur 2127 personnes, ont offert des résultats que nous avons pu regrouper dans une méta-analyse en réseau comparant 21 traitements différents. La plupart des participants dans les essais étaient des personnes âgées ; trois des 39 essais portaient sur des participants ayant des lésions de la moelle épinière.

Principaux résultats

De manière générale, les études que nous avons trouvées n'avaient pas souvent inclus un grand nombre de participants et les résultats n'étaient pas concluants. Ce problème s'est répercuté dans la méta-analyse en réseau et a rendu les résultats incertains. En conséquence, il était difficile de savoir si un agent topique ou un pansement était plus efficace qu'un autre. Certains résultats pour les différentes comparaisons peuvent être légèrement plus fiables. Les pansements incorporant des matrices modulatrices des protéases, les pansements en mousse ou les onguents à base de collagénase pourraient être plus efficaces pour la cicatrisation que les pansements en gaze ; mais même ces preuves ne sont pas suffisamment établies pour adéquatement orienter les choix de traitement.

Niveau de certitude des preuves

Nous avons jugé que la certitude quant à ces preuves était faible ou très faible. La prochaine étape pourrait être de réaliser d'autres recherches de meilleure qualité afin de déterminer quels pansements ou agents topiques pourraient le mieux guérir les escarres.

Ce résumé en langage simplifié est à jour jusqu'en juillet 2016.

Conclusions des auteurs: 

Une méta-analyse en réseau (NMA) portant sur des données issues de 39 études (évaluant 21 pansements et agents topiques pour les escarres) était pauvre et les preuves sont de faible ou de très faible certitude (due principalement à un risque de biais et à des imprécisions). Par conséquent, nous ne sommes pas en mesure de déterminer quel pansement ou agent topique est plus susceptible de mener à la guérison des escarres, et il est généralement difficile de savoir si les traitements examinés sont plus efficaces qu'un pansement de gaze + sérum physiologique.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si des pansements et des agents topiques améliorent la probabilité que des escarres guérissent. La NMA a été peu instructive concernant les interventions qui pourraient le mieux mériter d'être incluses dans un essai à grande échelle, et il est possible que les futures recherches portent sur la prévention, ce qui laisserait les cliniciens choisir le traitement sur la base des symptômes liés à la plaie, de leur expérience clinique, des préférences des patients et des coûts.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les escarres, également connues sous le nom de plaies de lit, d'escarres de décubitus et d'ulcères de pression, sont des lésions localisées de la peau, des tissus sous-jacents ou de ces deux régions anatomiques. Les pansements sont largement utilisés pour traiter les escarres et favoriser la cicatrisation, et il existe de nombreuses choix possibles, dont les pansements à base d'alginate, les pansements hydrocolloïdes et les pansements incorporant des matrices modulatrices des protéases. Des agents topiques ont également été utilisés comme alternative aux pansements afin de favoriser la cicatrisation.

Une évaluation claire et actualisée de toutes les preuves est nécessaire pour faciliter la prise de décision concernant l'utilisation d'agents topiques ou de pansements pour le traitement des escarres. Une telle revue devrait idéalement aider les personnes ayant des escarres et les professionnels de la santé à évaluer les meilleures options de traitement. Cette revue est une méta-analyse en réseau (NMA) évaluant la probabilité de guérison complète des ulcères associée à divers pansements et agents topiques.

Objectifs: 

Évaluer les effets des pansements et des agents topiques pour la cicatrisation des escarres dans tout contexte de soins. Nous avons cherché à examiner cette base de preuves dans son ensemble, en déterminant les probabilités que chaque traitement soit le meilleur, avec une évaluation complète de l'incertitude et de la qualité des preuves.

La stratégie de recherche documentaire: 

En juillet 2016, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; Ovid MEDLINE ; Ovid MEDLINE (In-Process & Other Non-Indexed Citations) ; Ovid EMBASE et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également effectué des recherches dans des registres d'essais cliniques pour identifier les études en cours et non publiées, et nous avons passé au crible les références bibliographiques des études incluses ainsi que les revues, les méta-analyses, les directives et les rapports sur les technologies de la santé afin d'identifier des études supplémentaires. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés publiés ou non publiés (ECR) comparant les effets d'au moins une des interventions suivantes à n'importe quelle autre intervention dans le traitement des escarres (stade 2 ou supérieur) : tout pansement, ou agent topique appliqué directement sur une escarre ouverte et maintenu in situ. Nous avons exclu de cette revue les pansements raccordés à des dispositifs externes tels que la thérapie par pression négative, les greffes de peau, le traitement au moyen de facteurs de croissance, les gels plaquettaires et la thérapie larvaire.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment effectué la sélection des études, l'évaluation du risque de biais et l'extraction des données. Nous avons réalisé une méta-analyse en réseau en utilisant des méthodes de méta-régression fréquentistes pour le critère de jugement d'efficacité, la probabilité d'obtenir une guérison complète. Nous avons modélisé l'efficacité relative de chaque couple de traitements en tant que fonction de chaque traitement par rapport au traitement de référence (gaze + sérum physiologique). Nous avons considéré que les effets du traitement étaient similaires entre les classes de pansements (par ex., hydrocolloïdes, mousses). Nous présentons les estimations de l'effet avec leurs intervalles de confiance à 95 % pour les traitements individuels par rapport à tous les autres, et nous avons rapporté les probabilités de classement pour chaque intervention (probabilité d'être le meilleur, deuxième meilleur traitement, etc.). Nous avons évalué l'utilité (qualité) de l'ensemble des preuves en utilisant l'approche GRADE pour chaque comparaison dans le réseau et pour le réseau dans son ensemble.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 51 études (2947 participants) dans cette revue et réalisé une NMA dans un réseau d'interventions liées pour le seul critère de jugement de la probabilité d'obtenir une guérison complète. Le réseau a inclus 21 interventions différentes (13 pansements, 6 agents topiques et 2 interventions supplémentaires faisant office de lien) et a été informée par 39 études portant sur 2127 participants, dont 783 ont obtenu une guérison complète de leurs plaies.

Nous avons jugé que le réseau était pauvre : dans l'ensemble, il y avait relativement peu de participants, avec peu d'événements, tant pour le nombre d'interventions et le nombre de contrastes de traitement mixte ; la plupart des études étaient de petite taille ou de très petite taille. La cause de cette faiblesse était l'imprécision marquée dans les preuves, et ce, associée à un risque (majoritairement) élevé de biais dans les études informant le réseau, ce qui signifie que nous avons jugé la grande majorité des preuves comme étant de certitude faible ou très faible. Nous n'avons pas confiance dans les résultats concernant le classement des interventions dans cette revue (preuves de très faible certitude), mais nous présentons ici un résumé des résultats pour certaines comparaisons d'interventions par rapport au pansement de gaze + sérum physiologique. Nous présentons seulement ici les résultats des preuves que nous n'avons pas jugées comme étant de très faible certitude, mais ces résultats rapportés doivent néanmoins être interprétés dans le contexte de la très faible certitude quant au réseau dans son ensemble.

Il n'était pas possible d'établir clairement si les traitements impliquant des pansements incorporant des matrices modulatrices des protéases augmentent la probabilité d'obtenir une cicatrisation des escarres par rapport au pansement de gaze + sérum physiologique (risque relatif (RR) 1,65, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,92 à 2,94) (preuves de certitude modérée : faible risque de biais, rabaissé pour imprécisions). Ce risque relatif de 1,65 correspond à une différence absolue de 102 personnes guéries en plus avec les pansements incorporant des matrices modulatrices des protéases pour 1000 personnes traitées avec seulement un pansement de gaze + sérum physiologique (IC à 95 % de 13 à 302). Il est difficile de savoir si les interventions suivantes augmentent la probabilité d'une guérison par rapport au pansement de gaze + sérum physiologique (preuves de faible certitude) : la pommade à la collagénase (RR 2,12, IC à 95 % 1,06 à 4,22) ; les pansements en mousse (RR 1,52, IC à 95 % 1,03 à 2,26) ; les pansements de contact (RR 1,30, IC à 95 % 0,65 à 2,58) et le polyvinylpyrrolidone associé à de l'oxyde de zinc (RR 1,31, IC à 95 % 0,37 à 4,62) ; les deux dernières interventions avaient des intervalles de confiance cohérents avec à la fois un bénéfice cliniquement important et un préjudice clinique important, et les deux premières interventions présentaient un risque élevé de biais ainsi que des imprécisions.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.