Méta-analyse en réseau des stratégies pour aider les adultes ayant des troubles mentaux sévères à obtenir et à garder un emploi

Quel est l'objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue était de déterminer s'il est possible d'aider les adultes ayant des troubles mentaux sévères à obtenir un emploi et à le garder.

Les personnes ayant des troubles mentaux sévères, tels que la schizophrénie ou le trouble bipolaire, sont plus souvent sans emploi. Cependant, ces personnes désirent souvent encore travailler. Il existe de nombreuses stratégies pour tenter de les aider à obtenir un emploi compétitif. Les personnes ayant des troubles mentaux sévères étaient auparavant assignées à des emplois protégés ou recrutées pour des formations pré-professionnelles avant qu'elles ne puissent chercher un travail compétitif. Il existe désormais également des interventions ayant pour objectif de permettre de trouver un emploi rapidement, avec un soutien continu pour garder l'emploi. On parle alors d'emploi accompagné. Récemment, un intérêt croissant pour la combinaison de l'emploi accompagné à d'autres interventions pré-professionnelles ou psychiatriques a été constaté.

Messages clés

L'emploi accompagné et l'emploi accompagné renforcé sont plus efficaces que les autres interventions pour obtenir et garder un emploi compétitif pour les personnes ayant des troubles mentaux sévères et ceux-ci n'ont pas augmenté le risque d'admissions à l'hôpital. La différence en terme d'efficacité entre l'emploi accompagné et l'emploi accompagné renforcé est faible. Les futures recherches devraient évaluer le rapport coût-efficacité de l'emploi accompagné renforcé par rapport à l'emploi accompagné seul.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Nous avons inclus 48 essais contrôlés randomisés impliquant 8743 participants. Les interventions comprenaient la formation pré-professionnelle, l'emploi transitoire, par exemple au travers d'emplois protégés, l'emploi accompagné, l'emploi accompagné renforcé avec d'autres interventions spécifiques ou des soins psychiatriques uniquement. Nous avons utilisé les données provenant de ces études concernant le nombre de participants ayant obtenu un emploi compétitif et le nombre de semaines durant lesquelles ceux-ci ont travaillé. Au travers d'une méta-analyse permettant des comparaisons directes et d'une méta-analyse en réseau, nous avons évalué la différence en terme d'efficacité entre toutes les interventions, et nous avons classé celles-ci en conséquence.

Quels sont les résultats de la revue ?

L'emploi accompagné et l'emploi accompagné renforcé sont plus efficaces que la formation pré-professionnelle, l'emploi transitoire ou les soins psychiatriques seuls pour obtenir un emploi dans les deux types de méta-analyses. Dans la méta-analyse impliquant des comparaisons directes, la formation pré-professionnelle était également plus efficace que les soins psychiatriques seuls. L'emploi accompagné renforcé a montré des résultats légèrement meilleurs que l'emploi accompagné seul, à nouveau dans les deux types de méta-analyses. Cependant, ce résultat était moins clair dans la méta-analyse en réseau. Dans les analyses en sous-groupe, l'emploi accompagné associé à l'enseignement de compétences liées aux symptômes a montré les meilleurs résultats. Les résultats sont basés sur des preuves de qualité modérée à très faible, ce qui signifie que les résultats de futures études pourraient modifier nos conclusions. L'emploi accompagné renforcé est plus efficace que la formation pré-professionnelle pour garder un emploi compétitif dans la méta-analyse par comparaisons directes. Les résultats sont favorables à l'emploi accompagné par rapport à l'emploi transitoire pour garder un emploi compétitif.

Dans l'ensemble, nous n'avons pas trouvé de différences entre les interventions au niveau du risque que les participants quittent les études ou soient admis à l'hôpital.

Cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché des études ayant été publiées jusqu'au 11 novembre 2016.

Conclusions des auteurs: 

L'emploi accompagné et l'emploi accompagné renforcé étaient les interventions les plus efficaces pour les personnes ayant des troubles mentaux sévères en termes d'obtention et de maintien de l'emploi, sur la base des analyses par comparaison directes et de la méta-analyse en réseau, et ceux-ci n'ont pas augmenté le risque d'événements indésirables. Ces résultats sont fondés sur des preuves de qualité faible à modérée, ce qui signifie que de futures études à faible risque de biais pourraient modifier ces conclusions. L'emploi accompagné renforcé pourrait être légèrement plus efficace que l'emploi accompagné seul. Cependant, cette différence était de petite taille dans les analyses par comparaisons directes, et d'autant plus faible dans la méta-analyse en réseau, ce qui signifie que cette différence doit être interprétée avec précaution. Davantage d'études sur le maintien de l'emploi compétitif sont nécessaires pour mieux savoir si les coûts et les efforts nécessaires sont pertinents à long terme à la fois pour l'individu et pour la société.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes ayant des troubles mentaux sévères présentent des taux élevés de chômage et d'incapacité de travail. Cependant, ceux-ci souhaitent souvent travailler. Les personnes ayant des troubles mentaux sévères étaient auparavant assignées à des emplois protégés ou étaient recrutées dans des formations pré-professionnelles pour faciliter la transition vers un emploi compétitif. Il existe désormais également des interventions axées sur la recherche rapide d'un emploi compétitif, avec un soutien continu pour garder l'emploi. On parle alors d'emploi accompagné. Récemment, un intérêt croissant pour la combinaison de l'emploi accompagné à d'autres interventions pré-professionnelles ou psychiatriques a été constaté.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité comparative des différents types d'interventions de réinsertion professionnelle et classer ces interventions en fonction de leur efficacité pour faciliter l'emploi compétitif chez les adultes ayant des troubles mentaux sévères.

La stratégie de recherche documentaire: 

En novembre 2016, nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsychINFO, et CINAHL, ainsi que dans les références bibliographiques des articles afin d'identifier des essais contrôlés randomisés et des revues systématiques. Nous avons identifié des revues systématiques à partir desquelles nous avons extrait des essais contrôlés randomisés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et des essais contrôlés randomisés en grappes évaluant l'effet des interventions visant l'obtention d'un emploi compétitif chez les adultes ayant une maladie mentale grave. Nous avons inclus les essais ayant des critères de jugement relatifs à l'emploi compétitif. Les principaux groupes d'interventions étaient les suivants : les programmes de formation pré-professionnelle, les interventions d'emploi transitoire, l'emploi accompagné, l'emploi accompagné renforcé avec d'autres interventions spécifiques, et les soins psychiatriques seuls.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont identifié les essais, extrait les données, y compris les événements indésirables, et évalué la qualité des essais. Nous avons effectué des méta-analyses directes et une méta-analyse en réseau, incluant des mesures de la surface sous la courbe de classement cumulée (SUCRA). Nous avons évalué la qualité des preuves pour les critères de jugement dans la méta-analyse en réseau conformément à la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 48 essais contrôlés randomisés impliquant 8743 participants. Parmi ceux-ci, 30 ont étudié l'emploi accompagné, 13 l'emploi accompagné renforcé, 17 la formation pré-professionnelle et 6 l'emploi transitoire. Les soins psychiatriques seuls ont fait office de condition de contrôle dans 13 études.

Méta-analyse par comparaisons directes de l'obtention d'un emploi compétitif

Nous avons pu inclure 18 essais avec un suivi à court terme dans une méta-analyse directe (N = 2291) des comparaisons suivantes. L'emploi accompagné était plus efficace que la formation pré-professionnelle (RR 2,52, IC à 95 % 1,21 à 5,24) et que l'emploi transitoire (RR 3,49, IC à 95 % 1,77 à 6,89) et la formation pré-professionnelle était plus efficace que les soins psychiatriques seuls (RR 8,96, IC à 95 % 1,77 à 45,51) dans l'obtention d'un emploi compétitif.

Pour la méta-analyse directe du suivi à long terme, nous avons pu inclure 22 essais (N = 5233). L'emploi accompagné renforcé (RR 4,32, IC à 95 % 1,49 à 12,48), l'emploi accompagné (RR 1,51, IC à 95 % 1,36 à 1,68) et la formation pré-professionnelle (RR 2,19, IC à 95 % de 1,07 à 4,46) étaient plus efficaces que les soins psychiatriques seuls. L'emploi accompagné renforcé était plus efficace que l'emploi accompagné (RR 1,94, IC à 95 % 1,03 à 3,65), que l'emploi transitoire (RR 2,45, IC à 95 % 1,69 à 3,55) et que la formation pré-professionnelle (RR 5,42, IC à 95 % 1,08 à 27,11). L'emploi accompagné était plus efficace que l'emploi transitoire (RR 3,28, IC à 95 % 2,13 à 5,04) et que la formation pré-professionnelle (RR 2,31, IC à 95 % 1,85 à 2,89).

Méta-analyse en réseau de l'obtention d'un emploi compétitif

Nous avons pu inclure 22 essais ayant un suivi à long terme dans une méta-analyse en réseau.

L'emploi accompagné renforcé était l'intervention la plus efficace par rapport aux soins psychiatriques seuls dans l'obtention d'un emploi compétitif (RR 3,81, IC à 95 % de 1,99 à 7,31, SUCRA 98,5, preuves de qualité modérée), suivie de l'emploi accompagné (RR de 2,72, IC à 95 % 1,55 à 4,76 ; SUCRA 76,5, preuves de faible qualité).

La formation pré-professionnelle (RR 1,26, IC à 95 % 0,73 à 2,19 ; SUCRA 40,3, preuves de très faible qualité) et l'emploi transitoire n'étaient pas considérablement différents des soins psychiatriques seuls (RR 1,00, IC à 95 % 0,51 à 1,96 ; SUCRA 17,2, preuves de faible qualité) pour obtenir un emploi compétitif, mais la formation pré-professionnelle s'est démarquée au niveau du classement et de la valeur SUCRA.

L'emploi accompagné renforcé était légèrement plus efficace que l'emploi accompagné, mais pas de manière significative (RR 1,40, IC à 95 % 0,92 à 2,14). La valeur et le classement moyen SUCRA étaient plus élevés pour l'emploi accompagné renforcé.

Les résultats de la méta-analyse en réseau des sous-groupes d'interventions étaient en faveur des interventions d'emploi accompagné renforcé, mais également de l'entraînement cognitif. Cependant, l'emploi accompagné renforcé associé à l'enseignement de compétences reliées aux symptômes a montré les meilleurs résultats (RR par rapport aux soins psychiatriques seuls 3,61 avec IC à 95 % de 1,03 à 12,63, SUCRA 80,3).

Nous avons évalué la qualité des preuves soutenant le classement obtenu à partir du réseau comme étant très faible en raison du potentiel risque de biais dans les études incluses, de l'incohérence et du biais de publication.

Méta-analyse directe du maintien de l'emploi compétitif

Sur la base de la méta-analyse directe du suivi à court terme du maintien de l'emploi, l'emploi accompagné était plus efficace que : les soins psychiatriques seuls, l'emploi transitoire, la formation pré-professionnelle et l'emploi accompagné renforcé.

Dans la méta-analyse directe du suivi à long terme, l'emploi accompagné renforcé était plus efficace que la formation pré-professionnelle (DM de 22,79 semaines, IC à 95 % 15,96 à 29,62) et que l'emploi accompagné (DM 10,09, IC à 95 % 0,32 à 19,85) pour le maintien de l'emploi compétitif. Les participants ayant obtenu un emploi accompagné ont travaillé plus de semaines que ceux ayant obtenu un emploi transitoire (DM 17,36, IC à 95 % 11,53 à 23,18) ou une formation pré-professionnelle (DM 11,56, IC à 95 % 5,99 à 17,13).

Nous n'avons pas trouvé de différences entre les interventions au niveau du risque de quitter l'étude ou d'être admis à l'hôpital.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.