Les plans d'action personnalisés sous format écrit pour aider les adultes à gérer leur asthme

Question de la revue

Les personnes asthmatiques peuvent recevoir un plan d'action personnalisé sous format écrit pour la prise en charge de leur asthme. Ce plan fournit des informations sur les médicaments que ceux-ci doivent prendre et à quel moment il est approprié de les prendre. D'autres personnes peuvent recevoir une éducation sur la manière dont elles devraient prendre en charge leur asthme. Cette revue a cherché à déterminer si l'utilisation d'un plan seul ou associé à une formation permet d'améliorer les résultats pour les personnes asthmatiques.

Contexte

L'asthme est une maladie affectant les poumons et pouvant rendre la respiration difficile. Certaines personnes peuvent très bien gérer leur asthme, et celui-ci ne les affecte alors que très peu, mais pour d'autres personnes l'asthme peut changer et parfois s'aggraver très rapidement et de manière répétée. Dans ces situations, ces personnes peuvent consulter leur médecin ou être hospitalisées. Lorsque leur asthme s'aggrave, ces personnes peuvent prendre des médicaments ou modifier la quantité de médicament qu'elles prennent afin de mieux gérer leur asthme. Pour savoir à quel moment et de quelle manière ils devraient adapter leurs médicaments, les adultes asthmatiques peuvent recevoir un plan sous format écrit élaboré spécialement pour eux. C'est ce que l'on appelle un plan d'action personnalisé contre l'asthme (PAPCA). Le PAPCA indique à ces personnes quand elles doivent consulter leur médecin et il peut inclure des informations sur la manière dont elles devraient prendre en charge leur asthme.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons recherché des études jusqu'à septembre 2016. Nous avons trouvé 15 études ayant fourni des informations pertinentes pour cette revue. Un total de 3062 personnes avaient pris part à ces études ; 2602 personnes ont participé à 11 études examinant les PAPCA par rapport à l'absence de PAPCA, et 460 personnes ont été incluses dans quatre études examinant les PAPCA associés à une éducation par rapport à l'éducation seulement. Quatorze études ont duré six mois ou plus. L'âge moyen des participants dans ces études variait de 22 à 49 ans. La gravité de l'asthme variait de légère à sévère. Nous n'avons pas pu utiliser les données de 10 de ces 15 études pour informer nos conclusions.

Résultats principaux

Les PAPCA seuls par rapport à l'absence de PAPCA : Il n'y avait aucune différence (positive ou négative) entre les personnes utilisant un PAPCA et celles n'utilisant pas de PAPCA en termes d'hospitalisations en raison d'une aggravation de l'asthme. Un résultat identique a été trouvé au niveau des changements dans les scores d'évaluation des symptômes de l'asthme et au niveau du nombre de décès liés à l'asthme. Il n'y avait pas d'amélioration de la qualité de vie pour les personnes ayant un PAPCA par rapport à celles sans PAPCA, mais la différence n'était pas suffisamment large pour être pertinente.

Les PAPCA associés à une éducation par rapport à l'éducation seule : Les auteurs de la revue n'ont trouvé aucune différence réelle - bonne ou mauvaise - entre les personnes utilisant un PAPCA et ayant reçu une éducation par rapport à celles recevant uniquement une éducation. Cette constatation était vraie pour tous les autres résultats, c'est-à-dire les hospitalisations en raison d'une aggravation de l'asthme et les changements au niveau des scores d'évaluation des symptômes et de la qualité de vie.

Qualité des preuves

Nous avons évalué la qualité des 15 études incluses comme étant faible ou très faible car les quelques études incluses dans cette revue présentaient des problèmes dans leur conception, notamment quant à la manière dont celles-ci ont recruté des participants et dans les stratégies de prise en compte des données manquantes pour certaines personnes. En outre, des études avaient des problèmes dans la manière dont elles ont géré les données de résultat pour les personnes ayant quitté prématurément les études. Cela signifie que, au fur et à mesure que de nouvelles études seront effectuées et ajoutées dans les futures versions de cette revue, les résultats de la revue pourraient changer.

Conclusions des auteurs: 

L'analyse des études disponibles était limitée par des comptes-rendus variables des critères de jugement primaires et secondaires ; par conséquent, il est difficile de tirer des conclusions définitives concernant l'efficacité des PAPCA dans la prise en charge de l'asthme chez l'adulte. Nous n'avons trouvé aucune preuve issue d'essais contrôlés randomisés indiquant un bénéfice supplémentaire ou des risques associés à l'utilisation de PAPCA par rapport à l'absence de PAPCA ou les PAPCA associés à une éducation par rapport à l'éducation seule, mais nous avons estimé que la qualité des preuves était faible ou très faible, ce qui signifie que nous ne pouvons pas être sûrs de l'ampleur ou de la direction des effets du traitement rapportés. Dans le contexte de cette réserve, nous n'avons trouvé aucun effet notable sur les critères de jugement principaux des visites à l'hôpital pour les exacerbations de l'asthme, sur les scores d'évaluation des symptômes de l'asthme ou sur les événements indésirables. Nous recommandons de réaliser d'autres recherches en portant une attention particulière aux principaux critères de jugement relatifs aux patients tels que la fréquence des crises et la qualité de vie, avec un large éventail d'adultes, y compris ceux âgés de plus de 60 ans.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un objectif clé de la prise en charge de l'asthme consiste à responsabiliser chaque personne en lui permettant de gérer son affection. Un plan d'action personnalisé contre l'asthme (PAPCA), également connu sous le nom de plan d'action sous format écrit, de plan d'action individualisé, ou de plan d'action d'autogestion, contribue à cet objectif. Un PAPCA contient des instructions individualisées d'autogestion élaborées en collaboration avec le patient pour l'aider à maintenir le contrôle de son asthme et à reprendre le contrôle en cas d'exacerbation. Un PAPCA contient des caractéristiques initiales (telles que la fonction pulmonaire), les médicaments d'entretien et des instructions sur la manière de faire face à des symptômes s'aggravant et à quel moment rechercher une aide médicale.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des PAPCA utilisés seuls ou en association à une éducation au niveau de leur innocuité, des résultats rapportés par les patients et de l'utilisation des ressources chez les adultes asthmatiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les Voies respiratoires, dans des registres d'essais cliniques et dans les références bibliographiques des études incluses et des articles de revue pertinents, et sur les sites Internet des fabricants jusqu'au 14 septembre 2016.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR), à la fois avec ou sans mise en aveugle, évaluant les PAPCA sous format écrit offerts à des adultes asthmatiques. Les études incluses comparaient les PAPCA seuls par rapport à l'absence de PAPCA, et/ou les PAPCA associés à une éducation par rapport à une éducation seulement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les caractéristiques des études et les données de résultats et évalué le risque de biais pour chaque étude incluse. Les critères de jugement principaux étaient le nombre de participants rapportant au moins une exacerbation exigeant une visite aux urgences (SU) ou une hospitalisation, les scores d'évaluation des symptômes de l'asthme sur une échelle homologuée et les événements indésirables (toutes causes). Les critères de jugement secondaires étaient la qualité de vie mesurée sur une échelle homologuée, le nombre de participants rapportant au moins une exacerbation nécessitant des corticostéroïdes systémiques, la fonction respiratoire et le nombre de jours de travail ou d'étude perdus. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires pour toutes les analyses et suivi les méthodes Cochrane standard tout au long de l'étude.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 15 études décrites dans 27 articles remplissant nos critères d'inclusion. Ces 15 études incluses ont randomisé un total de 3062 participants (PAPCA vs absence de PAPCA : 2602 participants ; PAPCA associé à une éducation versus éducation seulement : 460 participants). Dix études (huit PAPCA vs absence de PAPCA ; deux PAPCA associés à une éducation versus éducation seulement) ont fourni des données de résultats ayant contribué aux analyses quantitatives. La qualité globale des preuves était faible ou très faible.

Quatorze études ont duré six mois ou plus, et la dernière étude a duré 14 semaines. Lorsque cette information était rapportée, l'âge moyen variait de 22 à 49 ans et la gravité de l'asthme variait d'une gravité légère à une gravité sévère.

Les PAPCA seuls par rapport à l'absence de PAPCA

Les résultats n'ont montré aucun bénéfice ou danger évident associé aux PAPCA en termes de nombre de participants nécessitant un séjour en SU ou une hospitalisation pour une exacerbation (rapport des cotes (RC) 0,75, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,45 à 1,24 ; 1385 participants ; cinq études ; preuves de faible qualité), de changement par rapport aux valeurs à l'inclusion dans les symptômes de l'asthme (différence moyenne (DM) -0,16, IC à 95 % -0,25 à -0,07 ; 141 participants ; une étude ; preuves de faible qualité) ou de nombre d'événements indésirables graves, y compris les décès (RC 3,26, IC à 95 % 0,33 à 32,21 ; 125 participants ; une étude ; preuves de très faible qualité). Les données ont révélé une amélioration statistiquement significative dans les scores de qualité de vie chez les personnes recevant un PAPCA par rapport à l'absence de PAPCA (DM 0,18, IC à 95 % 0,05 à 0,30 ; 441 participants ; trois études ; preuves de faible qualité), mais cette différence était inférieure au seuil pour une différence cliniquement importante minime (DCIM). Les résultats n'ont également montré aucun bénéfice ou risque notable associé aux PAPCA sur le nombre de participants rapportant au moins une exacerbation nécessitant des corticoïdes oraux (RC 1,45, IC à 95 % 0,84 à 2,48 ; 1136 participants ; trois études ; preuves de très faible qualité), ou sur la fonction respiratoire (changement du volume expiratoire maximal en une seconde par rapport aux valeurs à l'inclusion (VEMS) : DM -0,04 l, IC à 95 % -0,25 L à 0,17 L ; 392 participants ; trois études ; preuves de faible qualité). Dans une étude, les PAPCA étaient associés à une diminution significative du nombre de jours de travail ou d'étude perdus (DM -6,20, IC à 95 % -7,32 à -5,08 ; 74 participants ; preuves de faible qualité).

Les PAPCA associés à une éducation par rapport à l'éducation seule

Les résultats n'ont montré aucun bénéfice ou préjudice évident associé à l'ajout d'un PAPCA à l'éducation en termes de nombre de participants nécessitant un séjour en SU ou une hospitalisation pour une exacerbation (RC 1,08, IC à 95 % 0,27 à 4,32 ; 70 participants ; une étude ; preuves de très faible qualité), de changement par rapport aux valeurs à l'inclusion dans les symptômes de l'asthme (DM -0,10, IC à 95 % -0,54 à 0,34 ; 70 participants ; une étude ; preuves de faible qualité), de modification des scores de qualité de vie par rapport aux valeurs à l'inclusion (DM 0,13, IC à 95 % -0,13 à 0,39 ; 174 participants ; une étude ; preuves de faible qualité) et de nombre de participants nécessitant des corticoïdes oraux pour une exacerbation (RC 0,28, IC à 95 % 0,07 à 1,12 ; 70 participants ; une étude ; preuves de très faible qualité). Aucune étude n'a rapporté les événements indésirables graves, la fonction respiratoire ou le nombre de jours de travail ou d'étude perdus.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.