La thérapie par la parole pour la gestion de la santé mentale dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire touchés par une tragédie humaine de masse

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

Les adultes, enfants et adolescents qui vivent dans des contextes de crise humanitaire (comme à la suite d'une crise déclenchée par des aléas naturels) dans les pays à revenu faible ou moyen (PRFM) sont exposés à des facteurs de stress à facettes multiples, qui les rendent plus vulnérables au développement du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), à la dépression majeure, à l'anxiété et à d'autres conséquences psychologiques négatives.

Qui peut être intéressé par cette revue ?

Les personnes qui sont directement exposées aux crises humanitaires et leurs familles et aidants naturels seront intéressés par cette revue, tout comme les professionnels de la santé et les para-professionnels travaillant à la fois dans les PRFM et dans les milieux à revenu élevé. En outre, les décideurs politiques, le personnel des programmes humanitaires, les concepteurs de lignes directrices et les agences (telles que les organisations non gouvernementales (ONG)) travaillant dans les secteurs de la santé et autres secteurs (par exemple, ceux qui assurent la protection des populations vivant dans des contextes humanitaires) peuvent être intéressés par cette revue.

À quelles questions cette revue cherche-t-elle à répondre ?

Les thérapies psychologiques sont-elles plus efficaces que les traitements de référence (y compris l'absence de traitement, les soins habituels, la liste d'attente, le placebo et le placebo psychologique) pour réduire le (ou les symptômes du) SSPT et les troubles dépressifs majeurs, l'anxiété et les troubles somatoformes et les troubles connexes (conditions dans lesquelles les personnes présentent des symptômes physiques (p. ex. douleur) qui ne peuvent être expliqués médicalement) chez les personnes de tout âge, sexe ou religion vivant dans les PRFM affectés par les crises humanitaires ?

Quelles études ont été incluses dans cette analyse ?

Les auteurs de l'étude ont fait des recherches dans les bases de données jusqu'en février 2016 pour trouver et inclure tous les essais pertinents publiés et non publiés. Les études devaient inclure des enfants et/ou des adultes vivant dans des PRFM touchés par les crises humanitaires. Les études devaient également être des essais contrôlés randomisés (ECR), ce qui signifie que les personnes étaient réparties au hasard (par hasard seulement) pour recevoir le traitement ou l'état de comparaison.

Nous avons inclus 33 essais avec un total de 3523 participants qui ont examiné une gamme de thérapies psychologiques.

Que disent les preuves présentées dans cette revue ?

Chez les adultes, les données probantes de faible qualité montrent que les thérapies psychologiques sont plus bénéfiques que les comparateurs témoins pour réduire les symptômes du SSPT, la dépression majeure et les troubles anxieux. Ces données appuient l'approche consistant à fournir des thérapies psychologiques aux populations touchées par les crises humanitaires, bien que nous n'ayons trouvé aucune étude sur l'efficacité ou l'acceptabilité des thérapies psychologiques pour les symptômes de dépression et d'anxiété au-delà de six mois. Seule une faible proportion des essais inclus a rapporté des données sur les enfants et les adolescents, ce qui a fourni des preuves de très faible qualité d'un plus grand bénéfice tiré des traitements psychologiques. En ce qui concerne l'acceptabilité, les données probantes de qualité moyenne à faible n'indiquent aucune différence dans les taux de décrochage chez les adultes, les enfants et les adolescents. Les examinateurs n'ont trouvé aucune étude évaluant le traitement psychologique des (symptômes de) troubles somatoformes ou des symptômes physiques médicalement inexpliqués (SPMI) chez les adultes, ni chez les enfants ou les adolescents, respectivement.

Que devrait-il se passer à la suite de cette revue ?

Les chercheurs devraient mener des essais de meilleure qualité afin d'évaluer davantage l'efficacité des thérapies psychologiques offertes sur de plus longues périodes aux adultes, aux enfants et aux adolescents. Idéalement, les essais devraient être randomisés, utiliser des instruments culturellement appropriés et validés pour évaluer les résultats et évaluer les corrélations des réductions des effets du traitement au fil du temps ; en outre, les chercheurs devraient faire tous les efforts possibles pour assurer des taux élevés de suivi au-delà de six mois après la fin du traitement.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de faible qualité indiquent que les thérapies psychologiques ont des effets importants ou modérés dans la réduction des symptômes de SSPT, de dépression et d'anxiété chez les adultes vivant dans des situations humanitaires dans les PRFM. De un à quatre mois et six mois après l'évaluation de suivi, les effets du traitement étaient plus faibles. Moins d'essais étaient axés sur les enfants et les adolescents et ils fournissent des preuves de très faible qualité de l'effet bénéfique des thérapies psychologiques dans la réduction des symptômes du SSPT au point final. La confiance dans ces résultats est influencée par le risque de biais dans les études et par des niveaux d'hétérogénéité élevés. Il faut davantage de données probantes issues de la recherche, en particulier pour les enfants et les adolescents sur de plus longues périodes de suivi.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes vivant dans des situations humanitaires dans les pays à revenu faible et moyen (PRFM) sont exposées à une constellation de facteurs de stress qui les rendent vulnérables aux troubles mentaux. Les troubles mentaux particulièrement prévalents dans ces milieux comprennent le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et les troubles dépressifs majeurs, l'anxiété, les troubles somatoformes (p. ex. symptômes physiques médicalement inexpliqués) et les troubles connexes. Une gamme de thérapies psychologiques sont utilisées pour gérer les symptômes des troubles mentaux dans cette population.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'acceptabilité des thérapies psychologiques, par rapport aux conditions de contrôle (liste d'attente, traitement comme d'habitude, placebo, placebo d'attention, placebo psychologique ou aucun traitement), visant à traiter les personnes atteintes de troubles mentaux (SSPT et troubles dépressifs majeurs, anxiété, troubles somatoformes et troubles connexes) vivant dans les PRFM affectés par les crises humanitaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais contrôlés sur les troubles mentaux communs de Cochrane (CCMDCTR), le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (Wiley), MEDLINE (OVID), Embase (OVID) et PsycINFO (OVID), jusqu'au 3 février 2016. Nous avons également consulté le portail des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) (ICTRP) et ClinicalTrials.gov pour identifier toute étude non publiée ou en cours. Nous avons vérifié les listes de références des études et revues pertinentes.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les thérapies psychologiques aux conditions de contrôle (absence de traitement, soins habituels, liste d'attente, placebo d'attention et placebo psychologique) pour traiter les adultes et les enfants atteints de troubles mentaux vivant dans les PRFM affectés par les crises humanitaires.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé des procédures Cochrane standard pour la collecte de données et l'évaluation du risque de biais. Nous avons calculé les différences moyennes standardisées pour les résultats continus et les ratios de risque pour les données dichotomiques, à l'aide d'un modèle à effets aléatoires. Nous avons analysé les données au point final (de zéro à quatre semaines après le traitement), à moyen terme (un à quatre mois après le traitement) et à long terme (six mois ou plus). L’approche GRADE (Grades of Recommendation, Assessment, Development, and Evaluation) a été utilisée pour évaluer la qualité des données probantes sur le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), la dépression, l'anxiété et les résultats du sevrage.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 36 études (33 ECR) avec un total de 3523 participants. Les études ont été menées en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi qu'en Asie. Elles ont été réalisées en réponse à des conflits armés, à des catastrophes déclenchées par des risques naturels et à d'autres types de crises humanitaires. Dans leur ensemble, les 33 ECR ont comparé huit traitements psychologiques à un comparateur témoin.

Quatre études portaient sur des enfants et des adolescents âgés de 5 à 18 ans. Trois études comprenaient des populations mixtes (deux études comprenaient des participants âgés de 12 à 25 ans et une étude comprenait des participants âgés de 16 à 65 ans). Les autres études comprenaient des populations adultes (18 ans ou plus).

Les essais inclus ont comparé une thérapie psychologique à une intervention de contrôle (liste d'attente dans la plupart des études ; aucun traitement ; aucun traitement ; traitement comme d'habitude). Les thérapies psychologiques ont été classées principalement comme thérapie cognitivo-comportementale (TCC) dans 23 comparaisons (dont sept comparaisons axées sur la thérapie narrative de l'exposition (TNE), deux sur l'approche de traitement des éléments communs (ATEC) et une sur le traitement de brève activation comportementale (BAC)) ; la désensibilisation et le retraitement du mouvement oculaire (DRMO) dans deux comparaisons ; la psychothérapie interpersonnelle (PTI) dans trois comparaisons ; la thérapie de champ de pensée (TCP) dans trois comparaisons ; et le conseil en traumatologie ou en soutien général dans deux comparaisons. Bien que les interventions aient été décrites selon ces catégories, plusieurs éléments psychothérapeutiques étaient communs à une gamme de thérapies (par exemple la psychoéducation, la capacité d'adaptation).

Chez les adultes, les thérapies psychologiques peuvent réduire considérablement les symptômes du syndrome de stress post-traumatique par rapport aux conditions témoins (différence moyenne standardisée (DMS) -1,07, intervalle de confiance à 95 % (IC) -1,34 à -0,79 ; 1272 participants ; 16 études ; preuves de faible qualité). L'effet est plus faible de un à quatre mois (DMS -0,49, IC à 95 % -0,68 à -0,31 ; 1660 participants ; 18 études) et à six mois (DMS -0,37, IC à 95 % -0,61 à -0,14 ; 400 participants ; cinq études). Les thérapies psychologiques peuvent également réduire considérablement les symptômes de dépression par rapport aux conditions témoins (DMS -0,86, IC à 95 % -1,06 à -0,67 ; 1254 participants ; 14 études ; données probantes de faible qualité). Comme pour les symptômes du SSPT, les données de suivi après un à quatre mois ont montré un effet moindre sur la dépression (DMS -0,42, IC à 95 % -0,63 à -0,21 ; 1386 participants ; 16 études). Les thérapies psychologiques peuvent réduire modérément l'anxiété au point final (DMS -0,74, IC à 95 % -0,98 à -0,49 ; 694 participants ; cinq études ; preuves de faible qualité) et un à quatre mois de suivi après le traitement (SMD -0,53, IC à 95 % -0,66 à -0,39 ; 969 participants ; sept études). Les taux d'abandon sont probablement semblables d'une étude à l'autre (19,5 % chez les témoins contre 19,1 % chez les psychothérapeutes (RR 0,98 95 % IC 0,82 à 1,16 ; 2930 participants ; 23 études, preuves de qualité modérée)).

Chez les enfants et les adolescents, nous avons trouvé des preuves de très faible qualité pour des scores de symptômes de SSPT inférieurs dans les conditions psychothérapeutiques (TCC) comparativement aux conditions témoins, bien que l'intervalle de confiance soit large (DMS -1,56, IC à 95 % -3,13 à 0,01 ; 130 participants ; trois études ;). Aucun ECR n'a fourni de données sur la dépression majeure ou l'anxiété chez les enfants. L'effet sur le sevrage était incertain (RR 1,87 95 % IC 0,47 à 7,47 ; 138 participants ; 3 études, données probantes de faible qualité).

Nous n'avons pas identifié d'études qui évaluent les traitements psychologiques sur les (symptômes de) troubles somatoformes ou SPMI dans les situations humanitaires des PRFM.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.