Le milnacipran contre les douleurs neuropathiques chez l'adulte

Les douleurs neuropathiques sont des douleurs causées par des lésions nerveuses. Elles sont différentes des messages de douleur émis par des tissus endommagés (par exemple suite à une chute, une coupure ou de l'arthrite du genou) et transmis via des nerfs sains. Les douleurs neuropathiques sont traitées par des médicaments différents de ceux utilisés pour les douleurs provenant de tissus endommagés. Les médicaments tels que le paracétamol ou l'ibuprofène ne sont généralement pas efficaces contre les douleurs neuropathiques, tandis que les médicaments qui sont parfois utilisés pour traiter la dépression ou l'épilepsie peuvent être très efficaces chez certaines personnes souffrant de douleurs neuropathiques.

Le milnacipran est un antidépresseur, et ceux-ci sont largement recommandés pour traiter les douleurs neuropathiques ; le milnacipran pourrait ainsi être utile pour traiter ces douleurs.

Ceci est une mise à jour d'une revue sur le milnacipran contre les douleurs neuropathiques et la fibromyalgie, publiée pour la première fois en 2012. La revue a été divisée de manière à ce que la présente revue ne porte que sur les douleurs neuropathiques, et qu'une revue différente porte sur la fibromyalgie.

En février 2015, nous avons effectué des recherches pour trouver des essais cliniques sur l'utilisation du milnacipran pour traiter les douleurs neuropathiques chez les adultes.

Nous n'avons trouvé qu'une seule petite étude portant sur 40 participants souffrant de lombalgies chroniques à composante neuropathique. Le milnacipran n'était pas différent du placebo en termes de soulagement de la douleur ou d'effets indésirables (données probantes de qualité très faible).

Il n'y avait pas de données probantes pour soutenir l'utilisation du milnacipran pour traiter les douleurs neuropathiques.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y avait pas de données pour soutenir l'utilisation du milnacipran pour traiter les douleurs neuropathiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le milnacipran est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSN) qui est parfois utilisé pour traiter la douleur neuropathique chronique et la fibromyalgie. Ceci est une mise à jour d'une revue antérieure sur le milnacipran contre les douleurs neuropathiques et la fibromyalgie chez les adultes, publiée à l'origine dans le numéro 3, 2012, de La Bibliothèque Cochrane. Nous avons divisé cette revue de manière à ce que la présente revue ne porte que sur les douleurs neuropathiques, et qu'une revue différente porte sur la fibromyalgie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables du milnacipran utilisé contre les douleurs neuropathiques chroniques chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE jusqu'au 23 février 2015, ainsi que dans les bibliographies des articles et des revues récupérés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toute étude randomisée en double aveugle, d'une durée de huit semaines ou plus, comparant le milnacipran à un placebo ou à un autre traitement actif contre les douleurs neuropathiques chroniques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, recherché des études, ont extrait des données sur l'efficacité et les effets indésirables et ont évalué la qualité des études. Nous n'avons pas effectué d'analyses.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus une seule étude comprenant 40 participants souffrant de lombalgies chroniques à composante neuropathique. L'étude n'a pas trouvé de différence dans les scores de douleur entre le milnacipran (100 mg à 200 mg par jour) et le placebo après six semaines (données probantes de très faible qualité). Les taux d'effets indésirables étaient similaires entre les traitements, avec trop peu de données pour tirer des conclusions (données probantes de très faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition : Lucile Vallas - Révision : Marjorie Leydier (M2 ILTS, Université de Paris)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.