La thérapie cognitivo-comportementale sur Internet avec accompagnement par un thérapeute dans les troubles anxieux de l'adulte : revue des données probantes

Qui peut être intéressé par cette revue ?

Les personnes qui souffrent d'anxiété et leurs proches.

Les médecins généralistes.

Les professionnels travaillant dans des services de psychothérapie.

Les concepteurs de thérapies sur Internet contre les problèmes de santé mentale.

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

De nombreux adultes souffrent de troubles anxieux, qui ont un impact considérable sur leur vie quotidienne. Ces troubles sont souvent à l'origine de frais de santé élevés et ont aussi un coût important pour la société en raison de l'absentéisme au travail et de la réduction de la qualité de vie. Bien que la recherche ait démontré l'efficacité des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) dans le traitement de l'anxiété, de nombreux patients ne peuvent pas accéder à des séances de TCC en cabinet (face à face) à cause des longues listes d'attente, du manque de temps pour les séances, de problèmes de transport et du nombre limité de thérapeutes qualifiés.

Les TCC en ligne sur Internet (TCCI) constituent un moyen possible de résoudre plusieurs des difficultés qui empêchent les patients d'accéder à un traitement face à face. Les thérapeutes peuvent apporter un soutien thérapeutique aux patients par le biais d'Internet, par téléphone ou par courrier électronique. Cela pourrait constituer un moyen d'élargir l'accès aux TCC, en particulier pour les personnes qui vivent dans les zones rurales. On ignore toutefois encore si les TCCI accompagnées par un thérapeute sont efficaces pour réduire les symptômes anxieux.

Quelles sont les questions auxquelles cette revue tente de répondre ?

Cette revue a pour but de résumer les recherches actuelles et de déterminer si les thérapies cognitivo-comportementales par Internet avec accompagnement par un thérapeute constituent un traitement efficace des troubles anxieux.

Cette revue cherche à répondre aux questions suivantes :

- La TCCI accompagnée par un thérapeute est-elle plus efficace que l'absence de traitement (liste d'attente) ?

- La TCCI accompagnée par un thérapeute est-elle plus efficace que la TCC en cabinet ?

- La TCCI accompagnée par un thérapeute est-elle plus efficace que la TCC non accompagnée (thérapie suivie par le patient seul, sans l'aide d'un thérapeute) ?

- Quelle est la qualité des recherches actuelles sur la TCCI accompagnée par un thérapeute dans le traitement de l'anxiété ?

Quelles études ont été incluses dans la revue ?

Nous avons consulté les bases de données afin de trouver toutes les études de bonne qualité consacrées à la TCCI accompagnée par un thérapeute dans le traitement de l'anxiété publiées jusqu'à mars 2015. Pour être incluses dans la revue, les études devaient être des essais contrôlés randomisés portant sur des adultes âgés de plus de 18 ans et présentant un diagnostic principal de trouble anxieux ; 38 études portant sur un total de 3214 participants ont été incluses dans la revue.

Que nous apprennent les données probantes de cette revue ?

La TCCI accompagnée par un thérapeute était significativement plus efficace que l'absence de traitement (liste d'attente) pour améliorer l'anxiété et réduire les symptômes. La qualité des preuves était mauvaise à moyenne.

Il n'y avait aucune différence significative entre l'efficacité de la TCCI accompagnée par un thérapeute et de la TCC non accompagnée, mais la qualité des preuves était très mauvaise. La satisfaction rapportée des patients était généralement plus grande avec la TCCI accompagnée par un thérapeute, mais ce paramètre n'a pas fait l'objet d'évaluations formelles.

L'efficacité de la TCCI accompagnée par un thérapeute n'est peut-être pas différente de celle de la TCC en cabinet, mais la qualité des preuves est mauvaise.

Il existait un faible risque de biais dans les études incluses, hormis pour la mise en insu des participants et du personnel et l'appréciation des critères d'évaluation. Les événements indésirables étaient rarement rapportés dans les études.

Conclusions des auteurs: 

La TCCI accompagnée par un thérapeute semble constituer un traitement efficace de l'anxiété chez l'adulte. Les preuves de la comparaison entre la TCCI accompagnée par un thérapeute et un témoin (liste d'attente, attention, information ou groupe de discussion en ligne seul) étaient de qualité mauvaise à moyenne ; celles de la comparaison entre TCCI accompagnée et non accompagnée par un thérapeute étaient de très mauvaise qualité et celles des comparaisons entre TCCI accompagnée par un thérapeute et TCC en cabinet étaient de mauvaise qualité. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de mieux définir et mesurer les effets négatifs potentiels du traitement. Ces résultats suggèrent que la TCCI accompagnée par un thérapeute est plus efficace qu'une liste d'attente, l'attention, l'information ou un groupe de discussion en ligne seul (témoins) et qu'il n'y a peut-être pas de différence significative de résultats entre la TCC non accompagnée et la TCCI accompagnée par un thérapeute ; cette dernière observation doit toutefois être interprétée avec prudence en raison de son imprécision. Les données suggèrent que la TCCI accompagnée par un thérapeute ne donne pas des résultats significativement différents de la TCC en cabinet pour la réduction de l'anxiété. Les recherches futures devront explorer l'hétérogénéité entre les études, qui nuit à la qualité des preuves ; elles devront également inclure des essais d'équivalence comparant la TCC sur Internet et en cabinet, examiner l'importance du rôle du thérapeute dans la TCCI et inclure des essais d'efficacité de la TCCI dans le contexte du monde réel. Vu la rapidité d'avancement des recherches dans ce domaine, la présente revue devra bientôt être mise à jour.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est un traitement fondé sur les preuves des troubles anxieux. De nombreux patients ont cependant des difficultés à accéder à ce traitement en raison de différents obstacles. C'est pourquoi des chercheurs ont étudié la possibilité d'utiliser Internet pour administrer la TCC. Il est important à présent de s'assurer que la décision de promouvoir ce mode de traitement se fonde sur des preuves de bonne qualité.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la TCC par Internet accompagnée par un thérapeute (TCCI) sur la rémission des troubles anxieux et la réduction des symptômes anxieux chez l'adulte, en comparaison avec une liste d'attente (témoin), une TCC non accompagnée ou une TCC en cabinet. Les effets du traitement sur la qualité de vie et la satisfaction des patients vis-à-vis de l'intervention ont également été évalués.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et les névroses (CCDANCTR) jusqu'au 16 mars 2015. Le CCDANCTR inclut des essais contrôlés randomisés pertinents issus de MEDLINE, EMBASE, PsycINFO et CENTRAL. Nous avons également effectué des recherches dans des registres d'essais cliniques en ligne et les références bibliographiques des études incluses. Nous avons contacté les auteurs afin d'identifier des essais supplémentaires.

Critères de sélection: 

Chaque étude identifiée pour inclusion a été évaluée de manière indépendante par deux auteurs. Pour être incluses, les études devaient être des essais contrôlés randomisés comparant la TCCI accompagnée par un thérapeute à un témoin (liste d'attente, attention, information ou groupe de discussion en ligne), à la TCC non accompagnée (suivie par le patient seul) ou à la TCC en cabinet (face à face). Nous avons inclus des études portant sur le traitement d'adultes souffrant d'un trouble anxieux (trouble panique, agoraphobie, phobie sociale, stress post-traumatique, état de stress aigu, trouble d'anxiété généralisée, trouble obsessionnel-compulsif ou phobie spécifique) selon la définition donnée par le DSM III, III-R, IV ou IV-TR ou la Classification internationale des maladies (version 9 ou 10).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante le risque de biais des études incluses et apprécié leur qualité globale. Nous avons utilisé des données issues d'analyses en intention de traiter lorsque cela était possible. Nous avons évalué l'effet du traitement pour le paramètre dichotomique d'amélioration cliniquement significative de l'anxiété au moyen d'un risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95%. Pour les mesures des symptômes anxieux spécifiques du trouble et généraux ainsi que de la qualité de vie, nous avons évalué des scores continus en utilisant les différences moyennes standardisées (DMS). Nous avons examiné l'hétérogénéité statistique à l'aide de la statistique I2.

Résultats principaux: 

Nous avons passé au crible 1736 références bibliographiques et sélectionné 38 études (3214 participants) à inclure. Ces études examinaient la phobie sociale (11 essais), le trouble panique avec ou sans agoraphobie (8 essais), le trouble d'anxiété généralisée (5 essais), le trouble de stress post-traumatique (2 essais), le trouble obsessionnel-compulsif (2 essais) et la phobie spécifique (2 essais). Huit autres études portaient sur différents diagnostics de troubles anxieux. Les études ont été menées en Suède (18 essais), en Australie (14 essais), en Suisse (3 essais), aux Pays-Bas (2 essais) et aux États-Unis (1 essai) et portaient sur différents protocoles de TCCI. Trois comparaisons primaires ont été identifiées : TCCI accompagnée par un thérapeute et témoin (liste d'attente), TCCI accompagnée et TCCI non accompagnée, enfin TCCI accompagnée et TCC en cabinet (face à face).

Les preuves de 11 études (866 participants), de mauvaise qualité, ont contribué à un risque relatif (RR) groupé de 3,75 (IC à 95 % de 2,51 à 5,60 ; I2= 50 %) pour une amélioration cliniquement notable de l'anxiété après le traitement, en faveur de la TCCI accompagnée par un thérapeute par rapport à une liste d'attente, à l'attention, à l'information ou à un groupe de discussion en ligne seul. La DMS pour les symptômes anxieux spécifiques du trouble après le traitement (28 études, 2147 participants ; DMS de -1,06, IC à 95 % de -1,29 à -0,82 ; I2= 83 %) et les symptômes anxieux généraux après le traitement (19 études, 1496 participants ; DMS de -0,75, IC à 95 % de -0,98 à -0,52 ; I2= 78 %) était favorable à la TCCI accompagnée par un thérapeute ; la qualité des preuves pour ces deux critères d'évaluation était mauvaise.

Une étude comparant la TCC non accompagnée à la TCCI accompagnée par un thérapeute et évaluant l'amélioration cliniquement notable de l'anxiété après le traitement n'a fait apparaître aucune différence de résultat entre les deux traitements (54 participants ; preuves de très mauvaise qualité). Après le traitement, il n'y avait aucune différence claire entre la TCC non accompagnée et la TCCI accompagnée par un thérapeute pour les symptômes anxieux spécifiques du trouble (5 études, 312 participants ; DMS de -0,22, IC à 95 % de -0,56 à 0,13 ; I2= 58 % ; preuves de très mauvaise qualité) ou les symptômes anxieux généraux (2 études, 138 participants ; DMS de 0,28, IC à 95 % de -2,21 à 2,78 ; I2= 0 % ; preuves de très mauvaise qualité).

Par rapport à la TCC en cabinet, la TCCI accompagnée par un thérapeute n'a pas donné une différence significative en termes d'amélioration cliniquement notable de l'anxiété après le traitement (4 études, 365 participants ; RR 1,09, IC à 95 % de 0,89 à 1,34 ; I2= 0 % ; preuves de mauvaise qualité). Il n'y avait également aucune différence claire entre la TCC au cabinet et la TTCI accompagnée par un thérapeute en ce qui concerne les symptômes anxieux spécifiques du trouble après le traitement (7 études, 450 participants ; DMS de 0,06, IC à 95 % de -0,25 à 0,37 ; I2= 60 % ; preuves de mauvaise qualité) ou les symptômes anxieux généraux après le traitement (5 études, 317 participants ; DMS de 0,17, IC à 95 % de -0,35 à 0,69 ; I2= 78 % ; preuves de mauvaise qualité).

Dans l'ensemble, le risque de biais des études incluses était faible ou incertain dans la plupart des domaines. Cependant, de par la nature des essais portant sur des interventions psychosociales, la mise en insu des participants et du personnel et l'appréciation des critères d'évaluation avaient, en tendance, un risque élevé de biais. L'hétérogénéité entre plusieurs des méta-analyses était considérable. Elle s'explique en partie par le type de trouble anxieux ou peut résulter d'un artefact de mesure méta-analytique lié à la combinaison de plusieurs mesures d'évaluation. Les événements indésirables étaient rarement rapportés.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Suzanne Assénat et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.