Ibuprofène oral en dose unique associé à la caféine contre la douleur postopératoire aiguë chez les adultes

Une douleur aiguë accompagne souvent une blessure. La plupart des gens opérés chirurgicalement souffrent de douleurs modérées ou sévères après. Les analgésiques sont testés chez les personnes souffrant de douleur, souvent après l'enlèvement des dents de sagesse. Cette douleur est habituellement traitée avec des analgésiques pris oralement. Les résultats peuvent être appliqués à d'autres formes de douleur aiguë.

Une série de revues Cochrane examine l'efficacité des analgésiques. Nous savons que, dans certaines circonstances, la combinaison d'analgésiques différents dans un même comprimé ou la prise simultané de comprimés différents permet de bien soulager la douleur chez davantage de personnes que l'un des deux analgésiques en monothérapie. Cela est particulièrement vrai pour les associations de deux analgésiques agissant par des mécanismes différents. Cette revue a examiné l'efficacité obtenue de la combinaison d'ibuprofène et de caféine pour soulager une douleur modérée ou sévère après une intervention chirurgicale.

Nous avons effectué des recherches jusqu'au 1er février 2015 et avons trouvé quatre études totalisant un maximum de 334 participants avec des données pour l'analyse. L'ibuprofène 200 mg associé à la caféine 100 mg a permis de soulager efficacement la douleur chez 6 participants sur 10 (59 %), contre 1 participant sur 10 (11 %) sous placebo (preuves de qualité modérée).

Dans ces études à dose unique, les taux d'événements indésirables étaient similaires avec la combinaison ibuprofène/caféine et le placebo (preuves de faible qualité). Aucun événement indésirable grave ou arrêt prématuré en raison d'événements indésirables n'est survenu avec cette association.

L'association d'ibuprofène 200 mg et de caféine 100 mg n'est pas couramment disponible, mais peut probablement être obtenue en prenant un comprimé d'ibuprofène à 200 mg avec une tasse de café moyennement fort. Les sources courantes de caféine comprennent non seulement les comprimés de caféine (100 mg par comprimé suffisent), mais également le café (100 mg à 150 mg par tasse d'environ 240 ml ou 8 fl oz, ou un double expresso), ainsi que le thé ( 75 mg par tasse), les boissons au cola (jusqu'à 40 mg par boissons), les boissons énergisantes (environ 80 mg par boisson), le chocolat noir (jusqu'à 50 mg par barre).

Certaines personnes peuvent obtenir un bon niveau de soulagement de la douleur avec une dose plus faible d'ibuprofène lorsque celui-ci est associé à la caféine.

Conclusions des auteurs: 

Particulièrement pour l'ibuprofène 200 mg + caféine 100 mg, la faible valeur NST est parmi les valeurs les plus faibles (meilleures) pour les analgésiques dans ce modèle de douleur. Cette association n'est pas couramment disponible, mais peut probablement être obtenue en prenant un comprimé d'ibuprofène à 200 mg avec une tasse de café moyennement fort ou un comprimé de caféine. En principe, cela peut fournir une bonne analgésie à des doses plus faibles d'ibuprofène.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il existe des preuves probantes que la combinaison de deux analgésiques différents à des doses fixes dans un comprimé unique peut permettre de soulager plus efficacement la douleur en cas de douleur aiguë et de céphalées que l'un ou l'autre des deux médicaments en monothérapie, et que les bénéfices médicamenteux spécifiques sont essentiellement additifs. Cela semble être vrai surtout pour la douleur postopératoire et la migraine sur une gamme de combinaisons médicamenteuses différentes et quand elles sont testées dans les mêmes essais et des essais différents. L'ajout de caféine aux analgésiques augmente également le nombre de personnes obtenant un bon soulagement de la douleur. Des combinaisons d'ibuprofène et de caféine sont disponibles sans ordonnance dans certaines parties du monde.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les effets indésirables d'une prise unique d'ibuprofène associé à la caféine par voie orale dans le traitement de la douleur postopératoire modérée à sévère en appliquant des méthodes qui permettent la comparaison avec d'autres analgésiques évalués dans des essais standardisés utilisant des méthodes et des critères de jugement presque identiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons interrogé le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, l'Oxford Pain Relief Database ainsi que deux registres d'essais cliniques, et avons consulté les bibliographies d'articles. Les dernières recherches datent du 1er février 2015.

Critères de sélection: 

Essais cliniques randomisés en double aveugle avec contrôle actif ou placebo, portant sur la prise unique d'ibuprofène associé à la caféine par voie orale dans le traitement de la douleur postopératoire aiguë chez l'adulte.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné l'éligibilité des essais, évalué le risque de biais et extrait les données de manière indépendante. Nous avons utilisé l'aire sous la courbe du soulagement de la douleur sur le temps pour déduire la proportion de participants ayant reçu l'ibuprofène associé à la caféine ou le placebo avec au moins 50 % de soulagement de la douleur sur six heures. Nous avons calculé le risque relatif (RR) et le nombre de sujets à traiter (NST) pour observer un bénéfice du traitement. Nous avons utilisé les informations sur l'usage d'un médicament de secours pour calculer la proportion de participants nécessitant un médicament de secours et la moyenne pondérée du délai moyen avant usage. Nous avons aussi recueilli des informations sur les effets indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié cinq études randomisées en double aveugle portant sur un total de 1 501 participants, mais seulement quatre d'entre elles avaient été publiées et comportaient des données de résultats pertinentes. Ces quatre études étaient de qualité élevée, même si deux étaient de petite taille.

Comparativement au placebo, les associations d'ibuprofène 200 mg + caféine 100 mg et d'ibuprofène 100 mg + caféine 100 mg ont toutes les deux permis à significativement plus de participants d'obtenir au moins 50 % du soulagement maximal de la douleur sur six heures, et les deux doses ont réduit de manière significative les taux de remédication (preuves de qualité modérée). Pour au moins 50 % du soulagement maximal de la douleur, le NST était de 2,1 (intervalle de confiance à 95 % de 1,8 à 2,5) pour l'ibuprofène 200 mg + caféine 100 mg (quatre études, 334 participants) et de 2,4 (1,9 à 3,1) pour l'ibuprofène 100 mg + caféine 100 mg (deux études, 200 participants) (preuves de qualité modérée). Ces valeurs sont proches de celles prédites par les modèles publiés pour les analgésiques de combinaison dans la douleur aiguë, et elles étaient appuyées par des valeurs de NST faibles (bonnes) pour la prévention de la remédication.

Les taux d'événements indésirables étaient faibles et aucune analyse pertinente n'a été possible.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.