Thérapie d'appoint par brivaracetam pour l'épilepsie pharmaco-résistante

Contexte

L'épilepsie est un trouble caractérisé par des crises multiples. La plupart des gens peuvent contrôler leur épilepsie avec un seul médicament antiépileptique ; cependant, certaines personnes ont besoin de plusieurs médicaments antiépileptiques. On dit que ces personnes souffrent d'épilepsie pharmaco-résistante. Le brivaracetam est un médicament antiépileptique qui peut être pris en traitement d'appoint avec un autre médicament antiépileptique pour essayer de contrôler l'épilepsie pharmaco-résistante.

Objectif de la revue

Cette revue visait à déterminer si le brivaracetam est efficace et toléré lorsqu'il est utilisé comme traitement d'appoint chez les personnes souffrant d'épilepsie pharmaco-résistante.

Résultats

Nous avons pu identifier six études évaluant le brivaracetam comme traitement d'appoint de l'épilepsie pharmaco-résistante. Ces études incluaient un total de 2 411 participants âgés de 16 à 80 ans. La plupart des participants souffraient d'épilepsie focale (c.-à-d. une épilepsie qui prend naissance dans une région du cerveau). Les personnes qui ont reçu du brivaracetam en plus de leur traitement antiépileptique normal étaient presque deux fois plus susceptibles de bénéficier d’une réduction d’au moins 50 % de la fréquence de leurs crises par rapport aux personnes qui avaient reçu un placebo (c.-à-d. un médicament faux et inactif qui ne devrait pas interagir avec leur épilepsie). Les personnes qui ont reçu du brivaracetam étaient également près de six fois plus susceptibles d'être libérées de toutes crises par rapport à celles qui ont reçu un placebo. Les personnes ayant reçu du brivaracetam étaient plus susceptibles de se retirer des études en raison d'effets secondaires, mais elles n'étaient pas plus susceptibles de ressentir des effets secondaires que les personnes recevant le placebo.

Qualité des données probantes

Les données probantes tirées d'études portant sur l'efficacité du brivaracetam étaient de qualité moyenne. Cela signifie que nous pouvons être raisonnablement certains que les résultats des études montrant que le brivaracetam est efficace pour réduire la fréquence des crises d'épilepsie pharmaco-résistante sont exacts. Les données probantes relatives à la tolérance du brivaracetam, par exemple le nombre de personnes se retirant de ces études et le nombre de personnes subissant des effets secondaires, étaient toutefois de faible qualité. Cela signifie que nous ne pouvons pas être certains que les résultats de l'essai sont tout à fait exacts d’une part, et que d'autres recherches sont nécessaires pour étudier en profondeur la tolérance du brivaracetam d’autre part. Tous les participants à l'étude étaient des adultes et la plupart souffraient d'épilepsie focale. Par conséquent, l'étude ne peut pas nous informer sur l'efficacité du brivaracetam chez les enfants ou chez les personnes atteintes d'autres types d'épilepsie, par exemple l'épilepsie généralisée, qui est une épilepsie qui intéresse tout le cerveau.

Les données sont à jour jusqu'en octobre 2018.

Conclusions des auteurs: 

Le brivaracetam, lorsqu'il est utilisé comme traitement d'appoint chez les patients atteints d'épilepsie pharmaco-résistante, est efficace pour réduire la fréquence des crises et peut aider les patients à obtenir la disparition des crises. Toutefois, l'ajout de brivaracetam est associé à une plus grande proportion d'abandon de traitement en raison d'événements indésirables, comparativement au placebo. Il est important de noter qu'une seule des études éligibles comprenait des participants atteints d'épilepsie généralisée. Aucune des études ne portait sur des participants de moins de 16 ans et toutes étaient de courte durée. Par conséquent, ces résultats s'appliquent principalement aux patients adultes atteints d'épilepsie focale pharmaco-résistante. Les recherches futures devraient donc se concentrer sur la tolérance et l'efficacité du brivaracetam au cours du suivi à long terme, et devraient également évaluer l'efficacité et la tolérance du brivaracetam administré en traitement d’appoint pour d'autres types de crises et son usage pour d'autres groupes d'âge.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est l'un des troubles neurologiques les plus courants. On estime que jusqu'à 30 % des patients épileptiques continuent d'avoir des crises d'épilepsie malgré un traitement par un antiépileptique. Ces patients sont classés comme pharmaco-résistants et doivent être traités par une association de plusieurs antiépileptiques. Le brivaracetam est un antiépileptique de troisième génération qui est un ligand de haute affinité pour la protéine 2A des vésicules synaptiques. Cette revue porte sur l'utilisation du brivaracetam comme traitement d'appoint de l'épilepsie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance du brivaracetam lorsqu'il est utilisé comme traitement d'appoint pour les personnes souffrant d'épilepsie pharmaco-résistante.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le 9 octobre 2018, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : le Registre d'études Cochrane (CRS Web), qui comprend le Registre spécialisé du Cochrane Epilepsy Group et le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL) ; Medline (Ovid) 1946 au 8 octobre 2018 ; ClinicalTrials.gov ; la plateforme internationale des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS. Initialement, nous avons également recherché SCOPUS comme substitut d'Embase, mais cela n'est plus nécessaire, car les essais contrôlés randomisés et quasi-aléatoires dans Embase sont maintenant inclus dans CENTRAL.

Critères de sélection: 

Nous avons cherché des essais contrôlés randomisés en groupes parallèles, recrutant des personnes de tout âge atteintes d'épilepsie pharmaco-résistante. Nous avons accepté les études de tous les niveaux d’insu (double-aveugle, simple-aveugle ou ouvert).

Recueil et analyse des données: 

Conformément aux procédures méthodologiques normalisées attendues par la Collaboration Cochrane, deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les essais à inclure avant d'évaluer la qualité des essais et d'extraire les données pertinentes. Le résultat principal à évaluer était une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises. Les résultats secondaires étaient : l’absence de convulsion, l'interruption du traitement pour quelque raison que ce soit, l'interruption du traitement en raison d'événements indésirables, la proportion des participants ayant subi des événements indésirables, et les interactions médicamenteuses. Nous avons utilisé une analyse en intention de traiter (ITT) pour toutes les analyses primaires et nous avons présenté les résultats sous forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

La revue a porté sur six essais cliniques incluant 2 411 participants. Une seule étude comprenait des participants ayant des crises d'épilepsie focale et des crises d'épilepsie généralisée ; les cinq autres essais comprenaient des participants n'ayant que des crises d'épilepsie focale. Les six études incluaient des participants âgés de 16 à 80 ans, sur des périodes de traitement allaient de 7 à 16 semaines. Nous avons estimé que deux études présentaient un faible risque de biais et quatre un risque de biais incertain. Une étude n'a pas fourni de détails sur la méthode utilisée pour la dissimulation de la répartition et une autre n'a pas signalé tous les résultats préétablis dans le protocole de l'essai. Une étude n'a pas décrit comment l'insu était maintenu, et une autre a noté des contradiction dans les rapports.

Les participants recevant du brivaracetam en traitement d’appoint étaient significativement plus susceptibles de connaître une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises par rapport à ceux recevant un placebo (RR 1,81, IC à 95 %, 1,53 à 2,14 ; 6 études ; preuves de qualité moyenne). Les participants recevant du brivaracetam étaient également significativement plus susceptibles d'obtenir une absence de crise (RR 5,89, IC à 95 %, 2,30 à 15,13 ; 6 études ; preuves de qualité moyenne). L'incidence d'interruption du traitement pour quelque raison que ce soit (RR 1,27 ; IC, 95 % : 0,94 à 1,74 ; 6 études ; données de faible qualité), de même que le risque d’apparition d’un ou plusieurs événements indésirables (RR 1,08 ; IC, 95 % : 1,00 à 1,17 ; 5 études ; preuves de qualité moyenne), n’étaient pas significativement différents chez les patients prenant un traitement comprenant du brivaracetam, par rapport à ceux prenant un placebo. Cependant, les participants recevant du brivaracetam semblaient significativement plus susceptibles d'abandonner le traitement en raison d'événements indésirables que ceux recevant un placebo (RR 1,54, IC à 95 %, 1,02 à 2,33 ; 6 études ; preuves de faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Leopold et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.