Test urinaire de lipoarabinomannane à flux latéral pour la détection de la tuberculose active chez les personnes vivant avec le VIH

Pourquoi est-il important d'améliorer le diagnostic de la tuberculose ?

La tuberculose cause plus de décès chez les personnes vivant avec le VIH que toute autre maladie. Test urinaire de lipoarabinomannane à flux latéral (en anglais : lateral flow urine lipoarabinomannan assay, LF-LAM, LF-LAM, test Alere Determine™ TB LAM Ag) est un test rapide recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé pour aider à la détection de la tuberculose active chez les personnes séropositives au VIH atteintes d'une maladie grave. Un diagnostic rapide et précoce de la tuberculose peut permettre un traitement rapide et réduire les maladies graves et les décès. Un diagnostic incorrect de tuberculose peut entraîner de l'anxiété et des traitements inutiles.

Quel est l’objectif de la revue ?

Pour savoir dans quelle mesure le test LF-LAM est précis pour le diagnostic de la tuberculose chez les personnes séropositives présentant des symptômes de tuberculose (participants symptomatiques) et celles qui ne sont pas évaluées pour les symptômes de tuberculose (participants non sélectionnés). Il s'agit d'une mise à jour de revue Cochrane de 2016.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

Le LF-LAM est un instrument d’analyses disponible sur le marché qui détecte le lipoarabinomannane (LAM), un composant des parois cellulaires bactériennes, présent chez certaines personnes atteintes de tuberculose active. Le test est simple et affiche les résultats en 25 minutes. Les résultats du LF-LAM ont été comparés à des test en cultures ou moléculaires (benchmark).

Principaux résultats de la revue

Quinze études : huit études ont évalué le LF-LAM pour la tuberculose chez des participants symptomatiques et sept études chez des participants non sélectionnés. Toutes les études ont été menées dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

Diagnostic de la tuberculose chez les participants symptomatiques : Le LF-LAM s'est révélé positif chez 42 % des personnes atteintes de tuberculose (sensibilité) et non positif chez 91 % des personnes qui étaient négatives (spécificité).

Diagnostic de la tuberculose chez les participants non sélectionnés : La sensibilité du LF-LAM était de 35 % et sa spécificité de 95 %.

Dans quelle mesure avons-nous confiance dans les résultats de la revue ?

Plusieurs études excluaient les participants qui ne pouvaient pas produire d'expectorations et la plupart des études s'appuyaient sur un point de comparaison de qualité inférieure. Peu d'études et de participants ont été inclus dans certaines analyses et une seule étude a été menée en dehors de l'Afrique subsaharienne. Les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Que signifient les résultats ?

Parmi les participants symptomatiques, en théorie, pour une population de 1000 personnes dont 300 ont une tuberculose microbiologiquement confirmée, l'utilisation du LF-LAM entraînerait : 189 positifs au LF-LAM : et 63 (33%) d'entre eux n'auraient pas la tuberculose (faux positifs) ; 811 négatifs au LF-LAM : et 174 (21%) d'entre eux auraient la tuberculose (faux négatifs).

Parmi les participants non sélectionnés, en théorie, pour une population de 1000 personnes dont 100 ont une tuberculose microbiologiquement confirmée, l'utilisation du LF-LAM entraînerait : 80 positifs au LF-LAM : parmi ceux-ci, 45 (56%) n'auraient pas la tuberculose (faux positifs) ; et 920 négatifs au LF-LAM : parmi ceux-ci, 65 (7%) auraient la tuberculose (faux négatifs).

À qui s'appliquent les résultats de la revue ?

Les personnes séropositives au VIH qui présentent des symptômes de tuberculose et celles qui n'ont pas été évaluées pour les symptômes de la tuberculose.

Qu’implique cette revue ?

Le LF-LAM a une sensibilité d'environ 40% pour détecter la tuberculose. Comme le test ne nécessite pas de collecte d'expectorations, le LF-LAM peut être le seul moyen de diagnostiquer la tuberculose lorsque les expectorations ne peuvent être produites.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Au 11 mai 2018.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que le LF-LAM présente une sensibilité de 42 % au diagnostic de la tuberculose chez les personnes séropositives présentant des symptômes de tuberculose et de 35 % chez les personnes séropositives dont les symptômes de tuberculose n'ont pas été évalués, conformément aux résultats rapportés précédemment. Quel que soit le mode de recrutement, la sensibilité est plus élevée chez les patients hospitalisés et chez ceux dont les cellules CD4 sont plus faibles, mais dont la spécificité est plus faible en même temps. En tant que simple instrument d’analyses qui ne dépend pas de l'évaluation des expectorations, le LF-LAM peut aider à diagnostiquer la tuberculose, en particulier lorsqu'un échantillon d'expectoration ne peut être produit.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le test urinaire de lipoarabinomannane à flux latéral (LF-LAM) Alere Determine™ TB LAM Ag est recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour aider à détecter la tuberculose active chez les personnes séropositives au VIH atteintes d'une forme sévère de VIH. Cette mise à jour de revue pose la question suivante : " Est-ce que de nouvelles preuves justifient l'utilisation du LF-LAM chez un groupe plus large de personnes " et fait partie du processus de l'OMS pour la mise à jour des directives sur l'utilisation du LF-LAM.

Objectifs: 

Évaluer l'exactitude du LF-LAM pour le diagnostic de la tuberculose active chez les adultes séropositifs présentant des signes et symptômes de tuberculose (participants symptomatiques) et chez les adultes séropositifs indépendamment des signes et symptômes de la tuberculose (participants non sélectionnés non évalués pour les signes et symptômes de tuberculose).

Le rôle proposé pour le LF-LAM est de compléter le jugement clinique et d'autres tests pour aider au diagnostic de la tuberculose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre spécialisé du Cochrane Infectious Diseases Group ; MEDLINE, Embase, Science Citation Index, Web of Science, Latin American Caribbean Health Sciences Literature, Scopus, the WHO International Clinical Trials Registry Platform, the International Standard Randomized Controlled Trial Number Registry et ProQuest, sans restriction linguistique jusqu'au 11 mai 2018.

Critères de sélection: 

Essais randomisés, études transversales et d'observation de cohortes qui ont évalué le LF-LAM pour la tuberculose active (pulmonaire et extrapulmonaire) chez les adultes séropositifs au VIH. Nous avons inclus des études qui utilisaient le seuil recommandé par le fabricant pour la positivité du test, soit la carte de référence mise à jour avec quatre bandes (grade 1 de 4) ou la carte de référence antérieure correspondante avec cinq bandes (grade 2 de 5). L'étalon de référence était une culture ou un test d'amplification d'acide nucléique à partir de n'importe quel site corporel (microbiologique). Nous avons considéré qu'une norme de référence de qualité supérieure était une norme dans laquelle deux types d'échantillons ou plus étaient évalués pour le diagnostic de la tuberculose et qu'une norme de référence de qualité inférieure était une norme dans laquelle un seul type d'échantillon était évalué.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont extrait indépendamment les données à l'aide d'un formulaire standardisé et d'outils électroniques de saisie des données REDCap. Nous avons évalué la qualité des études à l'aide de l'outil Quality Assessment of Diagnostic Accuracy Studies-2 (QUADAS-2) et effectué des méta-analyses pour estimer la sensibilité et la spécificité regroupées en utilisant un modèle à effets aléatoires bivarié et une approche bayésienne. Nous avons analysé les études portant sur des participants strictement symptomatiques séparément de celles portant sur des participants non sélectionnés. Nous avons étudié des sources prédéfinies d'hétérogénéité, y compris l'influence de la numération des CD4 et du contexte clinique sur les estimations de précision. Nous avons évalué la certitude des données en utilisant la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 15 études uniques (neuf nouvelles études et six études de la revue initiale qui répondaient aux critères d'inclusion) : huit études chez des adultes symptomatiques et sept études chez des adultes non sélectionnés. Toutes les études ont été menées dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Le risque de biais était élevé dans les domaines de la sélection des patients et des normes de référence, principalement parce que les études excluaient les participants incapables de produire des expectorations et utilisaient une norme de référence de qualité inférieure.

Participants présentant des symptômes de tuberculose

La sensibilité du LF-LAM mise en commun (intervalle crédible (ICr) à 95 %) était de 42 % (31 % à 55 %) (preuve de certitude modérée) et la spécificité mise en commun était de 91 % (85 % à 95 %) (preuve de très faible certitude), (8 études, 3449 participants, 37 % atteints de tuberculose).

Pour une population de 1000 personnes dont 300 ont une tuberculose microbiologiquement confirmée, l'utilisation du LF-LAM entraînerait : 189 positifs au LF-LAM : et 63 (33%) d'entre eux n'auraient pas la tuberculose (faux positifs) ; 811 négatifs au LF-LAM : et 174 (21%) d'entre eux auraient la tuberculose (faux négatifs).

Selon le contexte clinique, la sensibilité regroupée était de 52 % (40 % à 64 %) chez les patients hospitalisés contre 29 % (17 % à 47 %) chez les patients externes, et la spécificité regroupée était de 87 % (78 % à 93 %) chez les patients internes contre 96 % (91 % à 99 %) chez les patients externes. Stratifiée par la numération des cellules CD4, la sensibilité regroupée a augmenté et la spécificité a diminué lorsque la numération des cellules CD4 a diminué.

Les participants non sélectionnés non évalués pour les signes et symptômes de la tuberculose

La sensibilité du LF-LAM regroupé était de 35 % (22 % à 50 %), (preuve modérée certaine) et la spécificité regroupée était de 95 % (89 % à 96 %), (preuve faible certaine), (7 études, 3 365 participants, 13 % atteints de tuberculose).

Pour une population de 1000 personnes dont 100 ont une tuberculose microbiologiquement confirmée, l'utilisation du LF-LAM entraînerait : 80 positifs au LF-LAM : parmi ceux-ci, 45 (56%) n'auraient pas la tuberculose (faux positifs) ; et 920 négatifs au LF-LAM : parmi ceux-ci, 65 (7%) auraient la tuberculose (faux négatifs).

Selon le contexte clinique, la sensibilité regroupée était de 62 % (41 % à 83 %) chez les patients hospitalisés et de 31 % (18 % à 47 %) chez les patients externes ; la spécificité regroupée était de 84 % (48 % à 96 %) chez les patients internes et de 95 % (87 % à 99 %) chez les patients externes. Stratifiée par la numération des cellules CD4, la sensibilité regroupée a augmenté et la spécificité a diminué lorsque la numération des cellules CD4 a diminué.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Christine Faillieres et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.