Antibiothérapie pour adultes atteints de neurosyphilis

Problématique de la revue

Nous avons examiné l'efficacité clinique et l'innocuité de l'antibiothérapie chez les adultes atteints de neurosyphilis.

Contexte

La syphilis est une maladie causée par un micro-organisme appelé Treponema pallidum. À n'importe quel stade de la syphilis, une personne peut contracter la neurosyphilis, qui est une infection du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). L'infection peut se propager dans tout le système nerveux central, entraînant des complications dans le cerveau et la colonne vertébrale. Elle peut survenir au début ou à la fin de la syphilis et peut avoir de graves conséquences pour les patients. La recherche a montré que les personnes qui sont également infectées par le VIH sont plus susceptibles de contracter la neurosyphilis. Les antibiotiques sont utilisés pour traiter la neurosyphilis. La première option est la pénicilline. Cependant, dans certains cas, comme l'allergie à la pénicilline, d'autres antibiotiques peuvent être utilisés.

Caractéristiques des études

Nous avons consulté la littérature médicale jusqu'en avril 2019 pour trouver des essais qui évaluaient l'efficacité et l'innocuité des médicaments proposés pour la prise en charge de la neurosyphilis chez l'adulte. Nous n'avons trouvé qu'un seul essai clinique randomisé qui répondait à nos critères (les patients sont répartis au hasard en groupes pour recevoir différents traitements). Cet essai a porté sur 36 adultes atteints à la fois de syphilis et du VIH, principalement des hommes, dont l'âge médian était de 34 ans. L'essai comparait deux médicaments : la ceftriaxone (2 g une fois par jour) et la pénicilline G (4 millions d'unités toutes les 4 heures pendant 10 jours). Il a été financé par une société pharmaceutique.

Résultats principaux

L'essai a rapporté les effets sur la guérison sérologique, c'est-à-dire d'une diminution des taux d'infection démontrée par l'analyse en laboratoire des liquides du cerveau et la moelle épinière (appelés liquides cérébrospinaux), et sur la guérison clinique, c'est-à-dire l'absence de signes ou de symptômes de neurosyphilis. Seulement trois des 18 participants recevant de la ceftriaxone et deux des 18 participants recevant de la pénicilline G ont obtenu une guérison sérologique, et huit des 18 participants recevant de la ceftriaxone et deux des 18 participants recevant de la pénicilline G ont obtenu une guérison clinique.

Il n'y avait pas suffisamment de données probantes pour nous permettre de déterminer s'il existe une différence entre le traitement par la ceftriaxone ou la pénicilline G pour la neurosyphilis chez les adultes. Les résultats évalués pourraient changer lorsque des essais d'une meilleure conception seront disponibles. De plus, nous n'avons trouvé aucune preuve de l'efficacité et de l'innocuité des autres médicaments proposés pour traiter cette affection.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était très faible pour les critères de jugement de la guérison sérologique et de la guérison clinique en raison de problèmes liés à la conception et aux méthodes de l'essai, et parce qu'il n'y avait qu'un petit nombre de participants.

Conclusions des auteurs: 

En raison de la faible qualité et de l'insuffisance des données probantes, il n'a pas été possible de déterminer s'il y avait une différence entre le traitement par la ceftriaxone ou la pénicilline G. De plus, les avantages pour les personnes non infectées par le VIH et la neurosyphilis ne sont pas connus, tout comme le profil de tolérance de la ceftriaxone, ce qui oblige à interpréter avec prudence ces résultats. Cette conclusion ne signifie pas que les antibiotiques ne doivent pas être utilisés pour traiter cette entité clinique. Cette revue Cochrane a mis en évidence la nécessité d'essais suffisamment puissants, qui devraient être planifiés en fonction des éléments d’un protocole standardisé : Recommandations pour les essais cliniques interventionnels (recommandations SPIRIT), menées et rapportées selon les recommandations de l'énoncé CONSORT. De plus, les critères de jugement devraient être fondés sur le point de vue des patients et tenir compte des recommandations du Patient-Centered Outcomes Research Institute (PCORI).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La neurosyphilis est une infection du système nerveux central, causée par Treponema pallidum, un spirochète capable d'infecter presque tous les organes ou tissus de l'organisme causant des complications neurologiques dues à l'infection. Cette maladie est une manifestation tertiaire de la syphilis. Le traitement de première intention de la neurosyphilis est la pénicilline. Cependant, dans des cas tels que l'allergie à la pénicilline, d'autres types d'antibiothérapie peuvent être utilisés.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et l'innocuité de l'antibiothérapie chez les adultes atteints de neurosyphilis.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans la Cochrane Library, CENTRAL, MEDLINE, Embase, LILACS, la plateforme d'enregistrement des essais cliniques internationaux de l'Organisation mondiale de la santé et Opengrey jusqu'en avril 2019. Nous avons également effectué des recherches dans les actes de huit congrès, jusqu'à un maximum de 10 ans, et nous avons communiqué avec les auteurs des essais pour obtenir de plus amples renseignements.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés qui incluaient des hommes et des femmes, quel que soit leur âge, avec des diagnostics définitifs de neurosyphilis, y compris des patients séropositifs. Nous avons comparé toute antibiothérapie (concentration, dose, fréquence, durée) pour le traitement de la neurosyphilis chez les adultes.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les essais éligibles, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons réglé les désaccords en faisant appel à un troisième auteur de la revue. Pour les données dichotomiques (guérison sérologique, guérison clinique, événements indésirables), nous avons présenté les résultats sous forme de risques relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons évalué la qualité des données probantes en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié un essai, avec 36 participants diagnostiqué ​avec la syphilis et le VIH. Les participants étaient principalement des hommes, avec un âge médian de 34 ans. Cette étude, ​financée par une société pharmaceutique, a comparé la ceftriaxone chez 18 participants (2 g par jour pendant 10 jours) et la pénicilline G, également chez 18 participants (4 millions/unités (MU)/intraveineuse (IV) aux 4 heures pendant 10 jours). Les résultats de l'essai étaient incomplets et peu concluants. Trois des 18 participants (16 %) ayant reçu de la ceftriaxone contre 2 des 18 (11 %) ayant reçu de la pénicilline G ont obtenu une guérison sérologique (RR 1,50 ; IC à 95 % : 0.28 à 7,93 ; 1 essai, 36 participants (données probantes de très faible qualité) ; et 8 des 18 participants (44 %) recevant de la ceftriaxone comparativement à 2 des 18 participants (18 %) recevant de la pénicilline G ont obtenu une guérison clinique (RR 4,00 ; IC à 95 % : 0.98 à 16 h 30 ; 1 essai, 36 participants, preuves de très faible qualité). Bien qu'un plus grand nombre de participants ayant reçu de la ceftriaxone aient obtenu une guérison sérologique et clinique comparativement à ceux ayant reçu de la pénicilline G, les données de cet essai n'étaient pas suffisantes pour conclure à une différence entre le traitement par la ceftriaxone et la pénicilline G.

Dans cet essai, les auteurs ont rapporté les événements indésirables sous l’appellation de signes cliniques et symptômes, au cours du suivi des participants. De plus, cet essai n'a pas évalué la récidive de la neurosyphilis, le délai de rétablissement ni la qualité de vie. Nous avons jugé que le risque de biais dans cet essai clinique n'était pas clair en ce qui concerne la génération de séquences aléatoires, l’allocation des traitements,et la mise en aveugle des participants. Le risque de biais était élevé pour les données incomplètes sur les résultats, les conflits d'intérêts potentiels (biais de financement) et d'autres biais comme avec l'absence d'un calcul préalable de la taille des échantillons à inclure dans l’étude. Nous avons jugé que la qualité des données probantes était très faible.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.