L'impact des attentes individuelles de rétablissement sur la douleur, les limitations d'activités et le retour au travail en cas de lombalgie

Quel est l’objectif de la revue ?

Le but de cette revue Cochrane est de déterminer si les attentes positives de rétablissement des personnes souffrant de lombalgie sont liées à leur douleur future, aux activités qu'elles sont en mesure d'accomplir et à leur retour au travail. Les personnes qui pensent se remettre de leur lombalgie sont-elles plus susceptibles de s'en remettre ?

Messages clés

Les personnes souffrant de lombalgie qui ont des attentes positives à l'égard de leur propre rétablissement sont plus susceptibles de retourner au travail, de se remettre de la douleur et d'accroître les activités qu'elles sont capables d'accomplir.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

Les lombalgies coûtent cher et causent beaucoup d'invalidité. Il est important de comprendre quelles caractéristiques d'une personne souffrant de lombalgie sont liées à sa capacité de récupération (aussi appelée " pronostic "). Les caractéristiques des gens sont souvent non modifiables, y compris une caractéristique comme l'âge. Cependant, il existe des preuves que les attentes d'une personne à l'égard de son rétablissement peuvent être changeantes. Si les attentes positives sont effectivement liées à l'amélioration des maux de dos, aider une personne à avoir des attentes positives à l'égard de sa propre guérison peut l'aider à se rétablir.

Pour cette revue, nous avons examiné trois types d'attentes en matière de rétablissement et leur relation avec les résultats des maux de dos : les attentes générales de rétablissement (p. ex. votre mal de dos ne durera-t-il que peu de temps ?), les attentes d'auto-efficacité (p. ex. croyez-vous pouvoir reprendre vos activités normales ?) et les attentes de traitement (p. ex. la kinésithérapie améliorera-t-elle votre mal de dos ?).

Principaux résultats de la revue

Nous avons examiné 4 635 références et inclus 60 études pertinentes. Ces études comprenaient de l'information sur 30 530 personnes souffrant de lombalgie. Elles ont examiné les attentes des gens à l'égard de leur propre rétablissement et comment cela était lié à leur douleur, à leurs limitations d'activités et à leur retour au travail un an après leur épisode de maux de dos.

Dans l'ensemble, nous avons trouvé de bonnes données probantes sur le fait que des attentes positives de rétablissement sont liées à une probabilité plus élevée de retour au travail. Les données probantes sur les attentes positives de rétablissement vis à vis d'autres formes de rétablissement, les limitations d'activités et l'intensité de la douleur ne sont pas aussi solides. Nous n'avons pas trouvé d’étude montrant que les attentes positives de rétablissement étaient liées à des résultats moins favorables sur la lombalgie.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché les études qui avaient été publiées jusqu'au 12 mars 2019.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que les attentes individuelles en matière de rétablissement sont probablement fortement associées à la participation future au travail (données probantes de qualité moyenne) et pourraient être associées à des résultats de rétablissement importants sur le plan clinique (données probantes de faible qualité). L'association des attentes de rétablissement avec d'autres résultats d'intérêt est moins certaine. Nos résultats suggèrent que les attentes en matière de rétablissement devraient être prises en compte dans les études futures, afin d'améliorer le pronostic et la prise en charge des lombalgies.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les lombalgies sont coûteuses et invalidantes. Les données probantes sur les facteurs pronostiques peuvent aider les fournisseurs de soins de santé et les patients à comprendre le pronostic probable, éclairer l'élaboration de modèles de prédiction pour identifier des sous-groupes et orienter de nouvelles stratégies thérapeutiques. Des études récentes ont suggéré que les personnes qui ont de mauvaises attentes en matière de rétablissement souffrent davantage de maux de dos invalidants, mais les résultats des études sont divergents.

Objectifs: 

Synthétiser les données probantes sur l'association entre les attentes de rétablissement et les résultats de l'invalidité chez les adultes souffrant de lombalgie, et explorer les sources d'hétérogénéité.

Stratégie de recherche documentaire: 

La stratégie de recherche comprenait des recherches électroniques générales et ciblées dans MEDLINE, Embase, CINAHL et PsycINFO jusqu'au 12 mars 2019, des recherches dans la liste de références des revues pertinentes et des études incluses, et des recherches de citations dans les outils de mesure des attentes pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études sur le pronostic des lombalgies pour tout contexte évaluant les attentes générales, l'auto-efficacité et les attentes du traitement (mesurées de manière dichotomique et continue sur une échelle de 0 à 10), et leur association avec la participation au travail, la récupération cliniquement importante, les limitations fonctionnelles ou les résultats d'intensité de la douleur à court (3 mois), moyen (6 mois), long (12 mois) et très long (> 16 mois) suivi.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les caractéristiques des études et toutes les estimations des associations rapportées, ajustées ou non, entre les attentes et les résultats connexes. Deux auteurs ont évalué de façon indépendante les risques de biais à l'aide de l'outil QUIPS (Quality in Prognosis Studies). Nous avons effectué des synthèses narratives et des méta-analyses lorsque des estimations non ajustées ou ajustées appropriées étaient disponibles. Deux auteurs de la revue ont évalué et rapporté de façon indépendante la qualité globale des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons examiné 4 635 citations uniques pour inclure 60 études (30 530 participants). Trente-cinq études ont été menées en Europe, 21 en Amérique du Nord et quatre en Australie. Les populations à l'étude étaient surtout des populations atteintes de manière chronique (37 %), issues du secteur des soins de santé (62 %) ou des milieux professionnels (26 %). Les attentes générales était le type d'attente de rétablissement le plus souvent mesuré (70 %) ; 16 études ont mesuré plus d'un type d'attente.

Des données utilisables pour les synthèses étaient disponibles pour 52 études (87 % des études ; 28 885 participants). Nous avons trouvé des données probantes de qualité moyenne que les attentes de rétablissement positives sont fortement associées à une meilleure participation au travail (synthèse narrative) : 21 études ; méta-analyse : 12 études, 4 777 participants : rapport de cotes (RC) de 2,43, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,64 à 3,62) et des données probantes de faible qualité sur les résultats cliniques importants du rétablissement (synthèse narrative : 12 études ; méta-analyse : 5 études, 1820 participants : RC 1,89, IC à 95 % : 1,49 à 2,41), tous deux à des moments de suivi proches de 12 mois, utilisant des données ajustées. L'association des attentes de rétablissement avec d'autres résultats d'intérêt, y compris les limitations fonctionnelles (synthèse narrative : 10 études ; méta-analyse : 3 études, 1435 participants : RC 1,40, IC à 95 % : 0,85 à 2,31) et l’intensité de la douleur (synthèse narrative : 9 études ; méta-analyse : 3 études, 1555 participants : RC 1,15, IC à 95 % 1,08 à 1,23) sur des périodes de suivi proches de 12 mois, utilisant des données ajustées, est moins certain et fournit des données probantes de très faible et de faible qualité, respectivement. Aucune étude n'a rapporté d'associations négatives statistiquement significatives ou cliniquement importantes entre les attentes de rétablissement et tout résultat sur la lombalgie.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.