Les acides gras oméga-6 dans la prévention et le traitement des maladies cardiaques et circulatoires

Problématique de la revue

Nous avons examiné des essais randomisés (où les participants avaient une chance égale d'être assignés aux différents traitements) examinant les effets d'une teneur plus élevée en acides gras oméga-6 par rapport à une faible teneur en acides gras oméga-6 sur les décès et les maladies cardiovasculaires (comprenant les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux).

Contexte

Les acides gras oméga-6 sont essentiels, nous devons en obtenir de la nourriture. Ils sont importants pour réguler la production d'énergie (qui fait partie du métabolisme), la santé des os, de la peau et des cheveux. De nombreux aliments contiennent des acides gras oméga-6, en particulier les huiles végétales et les fruits à coque. L'acide linoléique (AL), l'acide gamma-linolénique (AGL), l'acide dihomo-gamma-linolénique (ADGL) et l'acide arachidonique (AA) font partie des acides gras oméga-6.

Certaines données suggèrent qu'un apport plus élevé en acides gras oméga-6 et un apport plus faible en acides gras saturés (provenant de sources animales comme la viande et le fromage) peuvent réduire les maladies coronariennes. Cependant, on craint que des niveaux élevés d'acides gras oméga-6 puissent aggraver le risque cardiovasculaire en augmentant l'inflammation. Dans l'ensemble, il n'existe aucune preuve concluante sur les bienfaits ou les méfaits de l'apport en acides gras oméga-6 sur les maladies cardiovasculaires ou sur d'autres critères de santé.

Caractéristiques des études

Les données de cette revue sont à jour jusqu'en mai 2017. Nous avons trouvé 19 études menées sur 6461 adultes. Ces études ont évalué les effets d'un apport plus élevé en acides gras oméga-6 par rapport à un apport plus faible en acides gras oméga-6 sur les maladies cardiaques et circulatoires ainsi que sur les décès. Nous avons constaté que trois essais étaient hautement dignes de confiance (avec de bonnes conceptions qui produisent des données probantes fiables). Les études ont eu lieu en Amérique du Nord, en Asie, en Europe et en Australie, et huit ont été financées uniquement par des organismes nationaux ou de bienfaisance. Les participants ont augmenté leurs apports d'oméga-6 ou maintenu leurs apports d'acides gras habituels pendant au moins un an et jusqu'à huit ans.

Résultats principaux

Nous avons constaté qu'une augmentation des acides gras oméga-6 peut avoir peu ou pas d'effet sur les décès ou les événements cardiovasculaires, mais qu'elle pourrait réduire le risque de crise cardiaque (données de faible qualité). La qualité des données a été affaiblie par les problèmes de conception des études, le faible nombre d'événements et de participants des pays en développement ainsi que le faible nombre de femmes.

Les données suggèrent qu'une augmentation du taux d’acides gras oméga-6 réduit le cholestérol sanguin (données très fiables), a probablement peu ou pas d'effet sur le poids corporel ajusté en fonction de la taille (données de qualité moyenne) et peut faire peu ou pas de différence pour les triglycérides, les lipoprotéines de haute densité (HDL, le " bon " cholestérol) ou les lipoprotéines de basse densité (LDL, le " mauvais " cholestérol, données de faible qualité).

Conclusions des auteurs: 

Il s'agit de l'évaluation systématique la plus exhaustive des effets des acides gras oméga-6 sur la santé cardiovasculaire, la mortalité, les lipides et l'adiposité à ce jour, à l'aide de données non publiées précédemment. Nous n'avons pas trouvé de preuve que l'augmentation des acides gras oméga-6 réduit d’autres critères cardiovasculaires que l'infarctus du myocarde, pour lequel 53 personnes peuvent avoir besoin d'augmenter leur apport en acides gras oméga-6 pour prévenir un infarctus du myocarde. Bien que les bienfaits des acides gras oméga-6 n'aient pas encore été prouvés, leur augmentation pourrait être bénéfique pour les personnes à risque élevé d'infarctus du myocarde. L'augmentation des acides gras oméga-6 réduit le cholestérol total sérique, mais pas les autres fractions lipidiques sanguines ni l'adiposité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les acides gras oméga-6 sont des acides gras polyinsaturés essentiels à de nombreuses fonctions physiologiques, mais leur effet sur le risque de maladie cardiovasculaire est discuté.

Objectifs: 

Evaluer les effets de l'augmentation des acides gras oméga-6 [acide linoléique (AL), acide gamma-linolénique (AGL), acide dihomo-gamma-linolénique (ADGL) et acide arachidonique (AA)] sur les maladies cardiovasculaires et la mortalité toutes causes confondues.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et Embase jusqu'en mai 2017 et dans clinicaltrials.gov et dans le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé jusqu'en septembre 2016, sans restriction de langue. Nous avons vérifié les essais inclus dans des revues systématiques pertinentes.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'apport en acides gras oméga-6 plus élevé et plus faible chez des adultes souffrant ou non de maladies cardiovasculaires et évaluant les effets sur 12 mois au minimum. Nous avons inclus les textes intégraux, les résumés, les inscriptions au registre des essais cliniques et les études non publiées. Les critères de jugement étaient les suivants : mortalité toutes causes confondues, mortalité due aux maladies cardiovasculaires, événements liés aux maladies cardiovasculaires, facteurs de risque (lipides sanguins, adiposité, tension artérielle) et événements indésirables potentiels. Nous avons exclu les essais où nous ne pouvions pas distinguer les effets des acides gras oméga-6 de ceux d'autres interventions liées à l'alimentation, au mode de vie ou aux prises de médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné indépendamment les titres et les résumés, évalué les essais en vue de les inclure, extrait les données et évalué le risque de biais des essais inclus. Nous avons écrit aux auteurs des études incluses. Les méta-analyses ont utilisé un modèle à effets aléatoires, tandis que les analyses de sensibilité ont utilisé des modèles à effets fixes et limités pour les essais globalement à faible risque de biais. Nous avons évalué la qualité des éléments probants selon GRADE pour les tableaux de « Résumé des résultats ».

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 19 ECR chez 6461 participants qui ont été suivis pendant un à huit ans. Sept essais ont évalué les effets de l'AGL supplémentaire et 12 pour l'AL, aucun pour l'ADGL ou l'AA ; les acides gras oméga-6 ont habituellement remplacé les acides gras saturés ou monoinsaturés alimentaires. Nous avons évalué trois ECR comme présentant globalement un faible risque de biais.

Critères de jugement principaux : nous avons trouvé des données de faible qualité indiquant qu'une consommation accrue d'acides gras oméga-6 pourrait n’avoir que peu ou pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues (risque relatif (RR) de 1,00, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,88 à 1,12, 740 décès, 4506 participants randomisés, 10 essais) ou les événements cardiovasculaires (RR 0,97, IC à 95 % de 0,81 à 1,15, 1404 personnes concernées sur 4962 participants randomisés, 7 essais). Nous ne savons pas si l'augmentation des acides gras oméga-6 affecte la mortalité due aux maladies cardiovasculaires (RR 1,09, IC à 95 % : 0,76 à 1,55, 472 décès, 4019 participants randomisés, 7 essais), les événements coronariens (RR 0,88, IC à 95 % : 0,66 à 1,17, 1059 personnes concernées sur 3997 participants randomisés, 7 essais), les événements indésirables cardiaques et cérébrovasculaires graves (RR 0.84, IC à 95 % : 0,59 à 1,20, 817 événements, 2 879 participants, 2 essais cliniques) ou l’accident vasculaire cérébral (RR 1,36, IC à 95 % : 0,45 à 4,11, 54 événements, 3 730 participants, 4 essais cliniques), car nous avons jugé que les données étaient de très faible qualité. Nous n'avons pas trouvé de preuve d'effets dose-réponse ou de durée pour les principaux critères de jugement, mais les résultats suggèrent une plus grande protection sur tous les critères de jugement chez les participants dont l'apport de base en oméga-6 était plus faible.

Autres critères de jugement clés : nous avons constaté qu'une consommation accrue d'acides gras oméga-6 pourrait réduire le risque d'infarctus du myocarde (RR 0,88, IC à 95 % 0,76 à 1,02, 609 événements, 4 606 participants, 7 essais, preuves de faible qualité). Des données de haute qualité suggèrent que l'augmentation des acides gras oméga-6 réduit légèrement le cholestérol sérique total à long terme (différence moyenne (DM) -0,33 mmol/l, IC à 95 % -0,50 à -0,16, I2 = 81 % ; hétérogénéité partiellement expliquée par la dose, 4 280 participants, 10 essais). L'augmentation des acides gras oméga-6 a probablement peu ou pas d'effet sur l'adiposité (indice de masse corporelle (IMC) DM -0,20 kg/m2, IC à 95 % -0,56 à 0,16, 371 participants, 1 essai, preuves de qualité moyenne). Elle peut ne faire que peu ou pas de différence dans les triglycérides sériques (DM -0,01 mmol/l, IC à 95 % -0,23 à 0,21, 834 participants, 5 essais), les HDL (DM -0,01 mmol/l, IC à 95 % -0,03 à 0,02, 1995 participants, 4 essais) ou les lipoprotéines de basse densité (DM -0,04 mmol/l, IC à 95 % -0,21 à 0,14, 244 participants, 2 essais, preuves de faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition : Mathilde Jacquot - Révision : Louise Morin (M2 ILTS, Université de Paris)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.