Différentes durées de perfusion pour prévenir la perte d'audition induite par le platine chez les enfants atteints d'un cancer

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La chimiothérapie à base de platine, comprenant le cisplatine, le carboplatine et l'oxaliplatine ou d'une combinaison de ceux-ci, est utilisée pour traiter différents types de cancers de l'enfant. Malheureusement, l'un des effets indésirables les plus importants de la chimiothérapie avec platine est la perte d'audition. Elle peut se produire non seulement pendant le traitement, mais aussi plusieurs années après la fin du traitement. Bien qu'elle ne mette pas en jeu le pronostic vital, la perte d'audition, en particulier au cours des trois premières années de la vie, peut conduire à des difficultés au niveau des performances scolaires et du fonctionnement psychosocial. Par conséquent, la prévention de la perte d'audition induite par le platine est très importante et pourrait améliorer la qualité de vie des enfants subissant un traitement anticancéreux et ceux qui ont survécu à un traitement avec une chimiothérapie à base de platine.

Les auteurs de la revue ont identifié une étude randomisée comparant une perfusion continue de cisplatine avec une perfusion d'une heure du cisplatine en bolus chez des enfants présentant un neuroblastome. Pour la perfusion continue, le cisplatine était administré aux jours 1 à 5 du cycle de traitement, mais il n'est pas clair si la durée de la perfusion était de 5 jours au total. L'étude avaient des problèmes méthodologiques et seuls les résultats de peu de temps après le traitement d'induction étaient disponibles. Actuellement, il n'existe aucune preuve montrant que l'utilisation d'une durée de perfusion de cisplatine différente prévient la perte d'audition ou a un impact négatif sur la réponse tumorale et les effets indésirables. Aucune donnée n'était disponible pour les autres résultats intéressants (c'est à dire les acouphènes, la survie globale, la survie sans événement et la qualité de vie) ou pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion ou d'autres analogues du platine. Nous avons besoin de plus de recherches de haute qualité avant de pouvoir tirer des conclusions définitives quant à l'utilité de différentes durées de perfusion de platine pour prévenir la perte d'audition chez les enfants atteints d'un cancer.

Conclusions des auteurs: 

Étant donné qu'un seul ECR éligible évaluant l'utilisation d'une perfusion continue de cisplatine versus une perfusion d'une heure du cisplatine en bolus a été identifié, et qu'il présentait des limitations méthodologiques, aucune conclusion définitive ne peut être faite. Il convient de noter que l'expression « aucune preuve d'effet », comme identifiée dans cette revue, est différente de l'expression « preuve d'une absence d'effet ». Pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion ou d'autres analogues du platine aucune étude éligible n'a été identifiée. Davantage de recherches de haute qualité sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un traitement à base de platine, notamment le cisplatine, le carboplatine et l'oxaliplatine, ou une combinaison de ceux-ci, est utilisé pour traiter une variété de malignités pédiatriques. Malheureusement, l'un des effets indésirables les plus importants est la survenue d'une perte auditive ou ototoxicité. Dans un effort visant à prévenir cette ototoxicité, différentes durées de perfusion à base de platine ont été étudiées.

Objectifs: 

Évaluer les effets de différentes durées de perfusion de platine pour prévenir la perte d'audition ou les acouphènes, ou les deux, chez des enfants atteints d'un cancer. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer les effets éventuels de ces durées de perfusion sur : a) l'efficacité antitumorale du traitement à base de platine, b) des effets indésirables autres que la perte d'audition ou les acouphènes, et c) la qualité de vie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2013, numéro 12), MEDLINE (PubMed) (de 1945 au 4 décembre 2013) et EMBASE (Ovid) (de 1980 au 4 décembre 2013). En outre, nous avons effectué une recherche manuelle dans les références bibliographiques des articles pertinents et les actes de conférence de l'International Society for Paediatric Oncology (de 2009 à 2013). Nous avons passé au crible ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) (http://www.who.int/ictrp/en/) pour les essais en cours (les deux ont eté consultés le 13 décembre 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou essais cliniques contrôlés (ECC) comparant différentes durées de perfusion de platine chez des enfants atteints d'un cancer. Seule la durée de perfusion de platine pouvait différer entre les groupes de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont procédé indépendamment à la sélection des études, à l'évaluation du risque de biais et à l'évaluation GRADE des études incluses, et ont extrait les données, notamment les effets indésirables. Des analyses ont été effectuées conformément aux recommandations du Manuel Cochrane pour les revues systématique des interventions en santé (Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions).

Résultats principaux: 

Nous avons identifié un ECR et aucun ECC. L'ECR (nombre total d'enfants = 91) a évalué l'utilisation d'une perfusion continue de cisplatine (N = 43) par rapport à une perfusion d'une heure du cisplatine en bolus (N = 48) chez des enfants présentant un neuroblastome. Pour la perfusion continue, le cisplatine était administré aux jours 1 à 5 du cycle, mais il est difficile de savoir si la durée de la perfusion était un total de 5 jours. Des limitations méthodologiques étaient présentes. Seuls les résultats de peu de temps après le traitement d'induction ont été fournis. Aucune preuve probante d'une différence en termes de perte auditive (définie comme une atteinte symptomatique et asymptomatique combinées) entre les différentes durées de perfusion n'a été identifiée car les résultats étaient imprécis (RR 1,39 ; IC à 95 % de 0,47 à 4,13, preuves de faible qualité). Bien que le nombre d'enfants n'était pas fourni, il était indiqué que la réponse tumorale était équivalente dans les deux bras de traitement. En ce qui concerne les effets indésirables autres que l'ototoxicité, nous n'avons pu évaluer que les décès toxiques. De nouveau, l'intervalle de confiance de l'effet estimé était trop large pour exclure des différences entre les groupes de traitement (RR 1,12 ; IC à 95 % de 0,07 à 17,31, preuves de faible qualité). Aucune donnée n'était disponible pour les autres résultats intéressants (c'est à dire les acouphènes, la survie globale, la survie sans événement et la qualité de vie) ou pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion ou d'autres analogues du platine.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.