Différentes durées de perfusion pour prévenir la perte d'audition induite par le platine chez les enfants atteints d'un cancer

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant les effets de différentes durées de perfusion de platine pour prévenir la perte d'audition ou les acouphènes, ou les deux, chez les enfants atteints de cancer. Nous avons également examiné l'efficacité antitumorale, les effets indésirables autres que la perte auditive et la qualité de vie.

Contexte

La chimiothérapie à base de platine, incluant le cisplatine, le carboplatine ou l'oxaliplatine, ou une combinaison de ceux-ci, est utilisée pour traiter différents types de cancer chez l'enfant. Malheureusement, l'un des effets indésirables les plus importants de la chimiothérapie à base de platine est la perte d'audition. Elle peut survenir non seulement pendant le traitement, mais aussi plusieurs années après la fin du traitement. Bien qu'elle ne mette pas la vie en danger, la perte de l'audition, surtout au cours des trois premières années de la vie, peut entraîner des difficultés scolaires et au niveau du fonctionnement psychosocial. Par conséquent, la prévention de la perte d’audition provoquée par le platine est très importante et pourrait améliorer la qualité de vie des enfants qui suivent un traitement contre le cancer et de ceux qui ont survécu à un traitement par chimiothérapie à base de platine.

Caractéristiques de l'étude

Les données de cette revue ont été mises à jour en novembre 2019.

Nous avons trouvé une étude (91 participants) comparant une perfusion continue de cisplatine à une perfusion de bolus de cisplatine d’une durée d’une heure chez des enfants atteints d'un neuroblastome. Pour la perfusion continue, le cisplatine a été administré du premier au cinquième jour du cycle de traitement, mais nous ne savons pas si la perfusion a duré cinq jours au total. Seuls les résultats obtenus peu après le traitement d'induction étaient disponibles.

Principaux résultats

À l'heure actuelle, il n'y a pas de preuve que l'utilisation d'une durée différente de perfusion de cisplatine prévienne la perte auditive ou agisse de manière défavorable sur la réponse tumorale et les effets indésirables. Aucune donnée n'était disponible pour les autres résultats d’intérêts (par exemple les acouphènes, la survie globale, la survie sans événement et la qualité de vie) ou pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion ou d'autres analogues du platine. Nous avons besoin de plus de recherches de bonne qualité avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur l'utilité des différentes durées d'infusion du platine pour prévenir la perte auditive chez les enfants atteints de cancer.

Qualité des données probantes

Les données probantes étaient de faible qualité.

Conclusions des auteurs: 

Étant donné qu'un seul ECR éligible, évaluant l'utilisation d'une perfusion continue de cisplatine par rapport à une perfusion de bolus de cisplatine d'une heure, a été trouvé, et qu'il présentait des limites méthodologiques, aucune conclusion définitive ne peut être tirée. Notons que l'expression « aucune preuve d'effet », comme identifiée dans cette revue, est différente de l'expression « preuve d'une absence d'effet ». Pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion et d'autres analogues du platine, aucune étude éligible n'a été identifiée. Des études supplémentaires de bonne qualité sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thérapie à base de platine, incluant le cisplatine, le carboplatine ou l'oxaliplatine, ou une combinaison de ceux-ci, est utilisée pour traiter diverses tumeurs malignes pédiatriques. Malheureusement, l'un de ses effets indésirables les plus importants est la survenue de perte d'audition ou ototoxicité. Afin de prévenir cette ototoxicité, différentes durées de perfusion de platine ont été étudiées. Cette revue est la troisième mise à jour d'une revue Cochrane déjà publiée.

Objectifs: 

Évaluer les effets de différentes durées de perfusion de platine pour prévenir la perte auditive ou les acouphènes, ou les deux, chez les enfants atteints d'un cancer. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer les effets possibles de ces durées de perfusion sur : a) l'efficacité antitumorale de la thérapie à base de platine, b) les effets indésirables autres que la perte auditive ou les acouphènes, et c) la qualité de vie.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les bases de données électroniques, registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; la Cochrane Library 14 novembre 2019), MEDLINE (PubMed) (de 1945 jusqu’au 14 novembre 2019) et Embase (Ovid) (de 1980 jusqu’au 14 novembre 2019). En outre, nous avons recherché à la main dans les listes de référence des articles pertinents et nous avons évalué les actes des conférences de la Société internationale d'oncologie pédiatrique (de 2009 jusqu’à 2019 inclus) et de la Société américaine d'hématologie/oncologie pédiatrique (de 2014 jusqu’à 2019 inclus). Nous avons parcouru le site ClinicalTrials.gov et le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l’Organisation mondiale de la Santé (ICTRP de l'OMS ; apps.who.int/trialsearch) pour les essais en cours (tous deux recherchés le 4 novembre 2019).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou essais cliniques contrôlés (ECC) comparant différentes durées de perfusion de platine chez des enfants atteints de cancer. Seule la durée de la perfusion de platine pouvait différer entre les groupes de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué, de manière indépendante, la sélection des études, l'évaluation du « risque de biais » et l'évaluation GRADE des études incluses, ainsi que l'extraction des données, y compris sur les effets indésirables. Des analyses ont été effectuées conformément aux instructions du guide Cochrane sur les revues systématiques d’interventions (Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions).

Résultats principaux: 

Nous avons identifié un ECR et aucun ECC ; dans cette mise à jour, aucune étude éligible supplémentaire n'a été identifiée. L'ECR (nombre total d'enfants = 91) a évalué l'utilisation d'une perfusion continue de cisplatine (N = 43) par rapport à une perfusion de bolus de cisplatine d'une heure (N = 48) chez des enfants atteints d'un neuroblastome. Pour la perfusion continue, le cisplatine a été administré du premier au cinquième jour du cycle de traitement, mais nous ne savons pas si la perfusion a duré cinq jours au total. Le risque de biais était présent. Seuls les résultats obtenus peu de temps après le traitement d'induction ont été fournis. Il n’a pas été identifié de preuve claire d'une différence sur la perte auditive (définie comme la combinaison d’une maladie symptomatique et asymptomatique) entre les différentes durées de perfusion car les résultats étaient imprécis (risque relatif (RR) 1,39, intervalle de confiance (IC) à 95% de 0,47 à 4,13, données probantes de faible qualité). Bien que le nombre d'enfants n'ait pas été fourni, il a été indiqué que la réponse tumorale était équivalente dans les deux groupes de traitement. En ce qui concerne les effets néfastes autres que l'ototoxicité, nous avons pu évaluer uniquement les décès dus à la toxicité. Là encore, l'intervalle de confiance de l'effet estimé était trop large pour exclure des différences entre les groupes de traitement (RR 1,12, IC à 95% de 0,07 à 17,31, données probantes de faible qualité). Aucune donnée n'était disponible pour les autres résultats d’intérêts (par exemple les acouphènes, la survie globale, la survie sans événement et la qualité de vie) ou pour d'autres (combinaisons de) durées de perfusion ou d'autres analogues du platine.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Guillaume Feller et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.