Traitement chirurgical du cancer du col de l'utérus de stade IA2

Contexte

Le cancer du col de l'utérus est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes jusqu'à l'âge de 65 ans et est la cause la plus fréquente de décès par cancer gynécologique dans le monde. Le cancer du col est catégorisé (classé à l'aide d'un système universellement adopté, la classification de la Fédération Internationale de Gynécologie et d'Obstétrique ou FIGO) en fonction du degré d'avancement de la maladie et selon que le cancer s'est propagé au-delà du col de l'utérus. Le cancer du col de stade I est confiné au col de l'utérus. Le stade I se divise en stades IA et IB. Le stade IA est le premier stade du cancer du col, où le cancer est tellement petit qu'il ne peut être observé à l'œil nu. Le stade IA est encore sous-divisé en stades IA1 et IA2. Le stade IA2 signifie que le cancer a pénétré de 3 mm à 5 mm dans les tissus du col, mais sa largeur est encore de moins de 7 mm.

Il est bien établi que les taux de survie de la maladie diminuent en même temps que le stade auquel le diagnostic est établi augmente. Chez les femmes atteintes d'un cancer du col de stade IA2, il a été rapporté qu'entre 95 % et 98 % avaient survécu à cinq ans après le diagnostic avec la chirurgie standard.

Pour la maladie de stade IA2, la chirurgie ou la radiothérapie ont été le traitement de choix. La chirurgie standard est une hystérectomie radicale avec une lymphadénectomie pelvienne bilatérale. Elle implique l'ablation de l'utérus, du col de l'utérus, de la partie supérieure du vagin et des tissus situés autour du col de l'utérus (tissu paramétrial), ainsi que des ganglions lymphatiques (glandes) dans le bassin (lymphadénectomie pelvienne). Bien que ce type de chirurgie ait d'excellents résultats, elle peut provoquer des effets secondaires, tels que des lésions d'organes (vessie, intestin, vaisseau sanguin, nerf) et des effets secondaires à long terme, tels qu'une dysfonction sexuelle ou de la vessie, la formation de kystes pelviens et un lymphœdème (gonflement) des jambes. Un inconvénient majeur de hystérectomie radicale est que la femme n'est plus en mesure après de porter des enfants. Le cancer cervical étant courant chez les femmes de 25 à 35 ans, il s'agit d'une considération importante pour de nombreuses femmes.

Le traitement chirurgical alternatif est une trachélectomie radicale avec une lymphadénectomie pelvienne bilatérale. La trachélectomie radicale consiste à enlever le col de l'utérus, la partie supérieure du vagin et le tissu paramétrial ainsi que les ganglions lymphatiques pelviens, mais en gardant le corps de l'utérus. Ce traitement est bien établi et semble être sûr et efficace pour préserver la fertilité, avec de grandes chances de conception. Une fausse couche tardive et un travail prématuré sont les plus graves effets secondaires dans les grossesses où la femme a subi une trachélectomie.

Méthodes

Cette revue visait à évaluer des types moins invasifs de chirurgie, tels que l'hystérectomie simple ou la conisation (ablation du tissu central du col de l'utérus) avec ou sans lymphadénectomie pelvienne chez des femmes atteintes de maladie de stade IA2. Nous avons effectué des recherches dans la littérature de 1966 à septembre 2013. Nous avons ensuite vérifié 982 titres et résumés, mais n'avons trouvé aucun essai clinique pertinent achevé remplissant les critères d'inclusion, seulement un essai en cours.

Résultats

Nous avons identifié un grand essai contrôlé randomisé multicentrique en cours (ECR, une étude dans laquelle les femmes sont assignées aléatoirement (uniquement par hasard) à recevoir un des deux traitements : traitement standard ou moins radical) qui examinait ce sujet. Les résultats de cet essai seront publiés dans l'avenir.

Il n'existe actuellement pas de preuves indiquant qu'un type de technique chirurgicale est plus efficace, égal ou moins efficace qu'un autre pour prolonger la survie ou améliorer la qualité de vie, ou est associé à moins d'effets secondaires. La revue met en évidence la nécessité d'évaluer, une fois achevé, les résultats de l'ECR en cours afin de comparer différents types de chirurgie.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve permettant d'orienter les décisions concernant les différentes techniques chirurgicales chez les femmes atteintes d'un cancer cervical de stade IA2. Dans l'avenir, les résultats d'un grand ECR en cours devraient permettre la comparaison de différents types de chirurgie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer cervical est le deuxième cancer le plus fréquent chez les femmes jusqu'à l'âge de 65 ans et est la cause la plus fréquente de décès par cancer gynécologique dans le monde. Chez les femmes atteintes d'un cancer cervical de stade IA2 selon la classification de la Fédération Internationale de Gynécologie et d'Obstétrique (FIGO), l'invasion stromale (lorsque le cancer franchit la membrane basale de l'épithélium) mesurée est supérieure à 3 mm et inférieure à 5 mm en profondeur, avec une extension horizontale en surface de 7 mm au plus. Pour la pathologie de stade IA2, l'hystérectomie radicale avec une lymphadénectomie pelvienne ou une radiothérapie est le traitement standard. Afin d'éviter les complications des méthodes chirurgicales plus radicales, les options moins invasives, telles que l'hystérectomie simple, la trachélectomie simple ou la conisation, avec ou sans lymphadénectomie pelvienne, peuvent être pratiquées dans la pathologie de stade IA2, compte tenu du risque relativement faible de maladie métastatique locale ou distante. Les preuves ne sont pas claires pour l'excision moins radicale de la tumeur et pour le rôle de la lymphadénectomie systématique dans le cancer cervical de stade IA2.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de chirurgies moins radicales dans le cancer cervical de stade IA2.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE jusqu'à septembre 2013. Nous avons également consulté les registres d'essais cliniques et les résumés de réunions scientifiques.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des techniques chirurgicales chez les femmes atteintes d'un cancer cervical de stade IA2.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué si les études potentiellement pertinentes remplissaient les critères d'inclusion. Nous n'avons pas trouvé d'essais et, par conséquent, aucune donnée n'a été analysée.

Résultats principaux: 

La stratégie de recherche documentaire a identifié 982 références uniques, qui ont toutes été exclues sur la base du titre et du résumé, car il était clair qu'elles ne répondaient pas aux critères d'inclusion. Nous avons identifié un essai pertinent à grande échelle, actuellement en cours, dont les preuves pourront être ajoutées dans cette revue dans l'avenir.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.