Effet des tests de dépistage du cancer (sur le cancer et les décès et maladies liés aux phénomènes thromboemboliques) chez les personnes présentant des caillots de sang non provoqués dans les jambes et les poumons

Contexte

La thromboembolie veineuse (TEV) désigne les caillots sanguins dans les veines des jambes (thrombose veineuse profonde (TVP)), qui peuvent se déplacer jusqu’aux poumons (entraînant une embolie pulmonaire (EP)). L'EP peut souvent être fatale. Les signes de TVP comprennent la douleur et l'enflure de la jambe, tandis que les signes d'EP comprennent l'essoufflement et la douleur thoracique. Les facteurs de risque de TEV comprennent la chirurgie, l'alitement prolongé, les traumatismes, les antécédents familiaux, la grossesse et les carences sanguines. Parfois, une TEV se produit sans raison apparente (elle n'est pas provoquée). Chez ces personnes, un cancer non détecté peut être la cause de la TEV. Ceci a soulevé la question de savoir si on devait rechercher un cancer sous-jacent chez les personnes atteintes d'une TEV non provoquée. Ceci est important, car la prise en charge de la TEV chez les personnes atteintes ou non de cancer diffère. Un diagnostic de cancer permettrait de s'assurer que les gens reçoivent le traitement optimal pour réduire le risque d'une autre TEV. Un diagnostic pourrait également permettre de traiter le cancer plus tôt, à un stade plus guérissable.

Caractéristiques de l'étude et principaux résultats

Cette revue visait à déterminer si le dépistage du cancer non diagnostiqué chez les personnes présentant une première TEV non provoquée (TVP ou EP) était efficace pour réduire les maladies et décès liés au cancer et à la TEV. Nous avons trouvé quatre études menées auprès de 1644 participants (en date de juillet 2018). Deux études ont comparé des tests de dépistage du cancer approfondis à des tests effectués à la discrétion du médecin et deux études ont comparé des tests de dépistage du cancer jumelés à la tomodensitométrie à des tests de dépistage du cancer seulement. La combinaison des résultats des deux études a démontré que des tests approfondis n'avaient aucun effet sur le nombre de décès liés au cancer. De plus, les tests approfondis n'ont pas permis d'identifier un plus grand nombre de personnes atteintes de cancer. Cependant, des tests approfondis ont permis de déceler des cancers à un stade plus précoce (environ 10 mois plus tôt) et les cancers étaient moins avancés chez les personnes du groupe des tests approfondis que chez les personnes du groupe dont les tests étaient effectués à la discrétion du médecin. Aucune des deux études n'a examiné le nombre de décès dus à toute cause confondue, les décès et les maladies associés à la TEV, les effets secondaires des tests de dépistage du cancer, les effets secondaires du traitement de la TEV ou la satisfaction des participants. Les deux études comparant les tests jumelés à la tomodensitométrie aux tests seuls ont montré que l'ajout de la tomodensitométrie n’avait peu ou pas d'effet sur le nombre de décès, les décès liés au cancer, les maladies associées à la TEV ; et n’a pas permis d’accroître le taux de détection de cancer, ou montré de différence nette concernant le délai avant le diagnostic ou les stades du cancer diagnostiqué. Aucune des deux études ne portait sur les décès associés à la TEV, les effets secondaires des tests de dépistage du cancer, les effets secondaires du traitement de la TEV, la satisfaction des participants ou la qualité de vie.

Qualité des preuves

Lorsque l'on a comparé les tests extensifs aux tests effectués à la discrétion du médecin, la qualité des données probantes était faible en raison du biais causé par l'arrêt prématuré de deux des études. Lorsque l'on a comparé les tests jumelés à la TEP/TDM aux tests seuls, la qualité des données probantes variait de faible à moyenne en raison de l'imprécision causée par un faible nombre d'événements et du biais dû au fait que l’évaluation des effets n’était pas effectuée à double insu.

Cette revue a révélé qu'il y a trop peu d'essais cliniques pour déterminer si le dépistage du cancer non diagnostiqué chez les personnes ayant une première TEV non provoquée (TVP ou EP) est efficace pour réduire le nombre de décès et de maladies liés au cancer et aux TEV. Des études subséquentes de bonne qualité et à grande échelle sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Des tests spécifiques de dépistage du cancer chez les personnes présentant une TEV non provoquée peuvent mener à un diagnostic précoce de cancer à un stade plus précoce de la maladie. Toutefois, les données probantes sont actuellement insuffisantes pour tirer des conclusions définitives sur l'efficacité des tests de dépistage du cancer non diagnostiqué chez les personnes ayant un premier épisode de TEV non provoquée (TVP ou EP) à réduire la morbidité et la mortalité liées au cancer ou aux TEV. Les résultats pourraient indiquer un avantage ou aucun avantage. D'autres essais contrôlés randomisés à grande échelle de bonne qualité sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thromboembolie veineuse (TEV) est un terme collectif désignant deux affections : la thrombose veineuse profonde (TVP) et l'embolie pulmonaire (EP). Une partie des personnes atteintes de TEV n'ont aucun facteur de risque sous-jacent ou immédiatement prédisposant et la TEV est alors qualifiée de non provoquée. La TEV non provoquée peut souvent être la première manifestation clinique d'une tumeur maligne sous-jacente. Ceci a soulevé la question de savoir si on devait rechercher un cancer sous-jacent aux personnes atteintes d'une TEV non provoquée. Le traitement de la TEV est différent chez les patients cancéreux et non cancéreux et un diagnostic adéquat permettrait que les gens reçoivent le traitement optimal de la TEV pour prévenir sa récidive et une morbidité accrue. En outre, un diagnostic approprié de cancer à un stade précoce pourrait éviter le risque de progression du cancer et entraîner une amélioration de la mortalité et de la morbidité liées au cancer. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2015.

Objectifs: 

Déterminer si le dépistage du cancer non diagnostiqué chez les personnes ayant un premier épisode de TEV non provoquée (TVP du membre inférieur ou EP) est efficace pour réduire la mortalité et la morbidité liées au cancer ou à la TEV et déterminer quels tests de dépistage du cancer sont les meilleurs pour identifier les cancers traitables rapidement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le Spécialiste de l’Information du Système Vasculaire de Cochrane a effectué une recherche dans les bases de données du Registre Spécialisé du Système Vasculaire de Cochrane, des bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase et CINAHL ainsi que dans les registres d'essais cliniques du Système d’enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé et de ClinicalTrials.gov. Ces recherches sont à jour jusqu’au 11 juillet 2018. Nous avons également procédé à une vérification des références afin d'identifier d'autres études.

Critères de sélection: 

Seuls les essais randomisés et quasi-randomisés dans le cadre desquels des personnes présentant une TEV non provoquée avaient été affectées à des tests spécifiques pour l'identification du cancer ou des tests cliniques seuls étaient admissibles à l'inclusion. Les principaux critères de jugement comprenaient la mortalité toutes causes confondues, la mortalité liée au cancer et la mortalité liée à la TEV.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les études, évalué leurs risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Les désaccords ont été résolus par la discussion.

Résultats principaux: 

Aucune nouvelle étude n'a été identifiée pour cette mise à jour 2018. Au total, quatre études comptant 1644 participants sont incluses. Deux études ont évalué l'effet de tests approfondis incluant la tomodensitométrie (TDM) par rapport aux tests laissés à la discrétion du médecin, tandis que les deux autres ont évalué l'effet des tests standards jumelés à la tomographie par émission de positrons (TEP)/TDM par rapport aux tests standards seuls. Dans le cas des tests approfondis incluant la tomodensitométrie par rapport aux tests effectués à la discrétion du médecin, la qualité des données probantes, évaluée selon le système GRADE, était faible en raison du risque de biais (fin prématurée des études). Lorsque l'on a comparé les tests standards combinés à la TEP/TDM par rapport aux tests standards seuls, la qualité des données probantes était moyenne en raison du risque de biais de détection. La qualité des données probantes s'est encore détériorée parce qu'un biais de détection était présent dans une étude où le nombre d'événements était faible.

Lorsque l'on a comparé les tests laissés à la discrétion du médecin aux tests approfondis incluant la tomodensitométrie, l'analyse combinée de deux études a montré que le dépistage du cancer indiquait un bénéfice ou aucun bénéfice sur la mortalité liée au cancer (rapport des cotes (RC) 0,49, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,15 à 1,67 ; 396 participants ; 2 études ; P = 0,26 ; données probantes de faible qualité). Une étude (201 participants) a montré que, dans l'ensemble, les tumeurs malignes étaient moins avancées au moment du diagnostic chez les participants ayant subi des tests approfondis que chez les participants du groupe témoin. Au total, 9/13 participants ayant reçu un diagnostic de cancer dans le groupe ayant fait l'objet de tests approfondis présentaient une tumeur maligne au stade T1 ou T2, comparativement à 2/10 participants ayant reçu un diagnostic de cancer dans le groupe témoin (RC 5,00, IC à 95 % : 1,05 à 23,76 ; P = 0,04 ; données probantes de faible qualité). Il n'y avait pas de différence nette dans la détection des stades avancés entre les tests approfondis et les tests à la discrétion du médecin : un participant du groupe soumis à des tests approfondis avait le stade T3 comparativement à quatre participants du groupe témoin (RC 0,25, IC à 95 % : 0,03 à 2,28 ; P = 0,22 ; données probantes de faible qualité). De plus, les participants ayant subi des tests approfondis ont été diagnostiqués plus tôt que les membres du groupe témoin (moyenne : 1 mois avec des tests approfondis contre 11,6 mois avec des tests à la discrétion du médecin pour le diagnostic du cancer à partir du moment du diagnostic de TEV). Les tests approfondis n'ont pas augmenté la fréquence d'un diagnostic de cancer sous-jacent (RC 1,32 ; IC à 95 % : 0,59 à 2,93 ; 396 participants ; 2 études ; P = 0,50 ; données probantes de faible qualité). Aucune de ces études ne mesurait la mortalité toutes causes confondues, la morbidité et la mortalité liées à la TEV, les complications de l'anticoagulation, les effets indésirables reliés aux tests de détection du cancer, la satisfaction des participants ou la qualité de vie.

Lorsque l'on a comparé le test de dépistage standard jumelé au TEP/TDM à un test de dépistage standard seul, le test de dépistage standard jumelé au TEP/TDM présentait un bénéfice ou ne présentait aucun bénéfice sur la mortalité toutes causes confondues (RC 1,22, IC à 95 % : 0,49 à 3,04 ; 1248 participants ; 2 études ; P = 0,66 ; données probantes de qualité moyenne) ; la mortalité due au cancer (RC 0,55, IC à 95 % : 0,20 à 1,52 ; 1248 participants ; 2 études ; P = 0,25 ; données probantes de qualité moyenne) ou la morbidité due aux TEV (RC 1,02 ; IC à 95 % : 0,48 à 2,17 ; 854 participants ; 1 étude ; P = 0,96 ; données probantes de qualité moyenne). En ce qui concerne le stade du cancer, il n'y avait pas de différence nette pour la détection des stades précoces (RC 1,78 ; 95 % de 0,51 à 6,17 ; 394 participants ; 1 étude ; P = 0,37 ; donnée probantes de faible qualité) ou avancés (RC 1,00 ; IC 95 % : 0,14 à 7,17 ; 394 participants ; 1 étude ; P = 1,00 ; données probantes de faible qualité) du cancer. Il n'y avait pas non plus de différence nette dans la fréquence de diagnostic de cancer sous-jacent (RC 1,71, IC à 95 % : 0,91 à 3,20 ; 1248 participants ; 2 études ; P = 0,09 ; données probantes de qualité moyenne). Le délai avant le diagnostic de cancer était de 4,2 mois dans le groupe du test standard et de 4,0 mois dans le groupe du test standard jumelé au TEP/TDM (P = 0,88). Aucune des deux études n'a mesuré la mortalité liée à la TEV, les complications de l'anticoagulation, les effets indésirables des tests de dépistage du cancer, la satisfaction des participants ou la qualité de vie.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Jean-Charles VINET et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.