Bétahistine pour le traitement des symptômes de vertige

Question de la revue

Les patients souffrant de vertige résultant de différentes causes peuvent-il bénéficier de la bétahistine ?

Contexte

Le vertige est un symptôme qui correspond à une sensation de mouvement illusoire. Ce type d'étourdissements proviendrait de l'organe de l'équilibre de l'oreille interne ou de ses connexions avec le cerveau. Il s'agit d'un symptôme courant, qui peut entraîner de sérieux problèmes dans l'accomplissement d'activités normales. La bétahistine est un médicament qui peut permettre d'améliorer le flux sanguin vers l'oreille interne. Cette revue examine si la bétahistine est plus efficace qu'un placebo (médicament factice) pour traiter les symptômes de vertige dus à différentes causes chez les patients de tout âge.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus 17 études, avec un total de 1025 participants. Seize études portant sur 953 personnes comparaient la bétahistine à un placebo ; les études présentaient un risque de biais élevé ou incertain. Toutes les études avec des données analysables ont duré trois mois ou moins. Une étude, avec un risque de biais élevé, incluait 72 personnes souffrant de vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) et comparaient la bétahistine à un placebo ; tous les patients avaient également un traitement de mobilisation avec des manœuvres de repositionnement des particules ou manœuvres libératoires. Nous avons estimé que la qualité globale des preuves était faible.

Les études variaient considérablement en termes de types de participants, diagnostics, dose de bétahistine, durée de prise du médicament, méthodes d'étude et manière dont l'amélioration des symptômes de vertige était mesurée.

Principaux résultats

Lorsque toutes les études sont considérées ensemble, la proportion de patients rapportant une réduction de leurs symptômes de vertige était significativement plus élevée dans le groupe prenant de la bétahistine que dans le groupe sous placebo. Cependant, il y avait une grande variabilité dans les résultats des études et ce résultat devrait donc être considéré avec prudence.

La proportion de patients rapportant des effets secondaires du traitement était similaire dans les deux groupes : 16 % dans les groupes prenant de la bétahistine et de 15 % dans les groupes sous placebo. Dans l'ensemble, 16 % des patients des deux groupes ont abandonné les études.

Il n'y avait pas suffisamment d'informations sur l'effet de la bétahistine sur les tests objectifs de la fonction de l'organe de l'équilibre de l'oreille interne. Il n'y avait pas d'informations sur l'effet de la bétahistine sur la qualité de vie globale ou sur les chutes.

Qualité des données probantes

Nous avons estimé que la qualité des données probantes issues des études incluses était faible, ce qui signifie que nos estimations sur les effets de la bétahistine pourraient s'avérer inexactes. Les preuves sont à jour jusqu'en septembre 2015.

Conclusion

Des preuves de faible qualité suggèrent que les patients souffrant de vertige résultant de différentes causes peuvent bénéficier d'un traitement à la bétahistine en matière de réduction des symptômes de vertige. La bétahistine est généralement bien tolérée. Les futures recherches sur la prise en charge des symptômes de vertige devront utiliser une méthodologie plus rigoureuse et inclure des critères de jugement d'intérêt pour les patients et leurs familles.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de faible qualité suggèrent que chez les patients souffrant de vertige résultant de différentes causes, la bétahistine pourrait avoir des effets positifs en matière de réduction des symptômes de vertige. La bétahistine est généralement bien tolérée avec un faible risque d'événements indésirables. Les futures recherches sur la prise en charge des symptômes de vertige devront utiliser une méthodologie plus rigoureuse et inclure des critères de jugement d'intérêt pour les patients et leurs familles.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le vertige est un symptôme qui correspond à une sensation de mouvement illusoire. Ce type d'étourdissements proviendrait du labyrinthe de l'oreille interne ou de ses connexions neuronales. Il s'agit d'un symptôme courant, qui peut entraîner de sérieux problèmes dans l'accomplissement d'activités normales. La bétahistine est un médicament qui peut permettre d'améliorer le flux sanguin vers l'oreille interne. Cette revue examine si la bétahistine est plus efficace qu'un placebo pour traiter les symptômes de vertige dus à différentes causes chez les patients de tout âge.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la bétahistine chez des patients présentant des symptômes de vertige résultant de différentes causes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste des informations ORL de Cochrane a effectué des recherches dans le registre d’essais du groupe Cochrane sur l’otorhinolaryngologie (Cochrane ENT), le registre central Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2015, numéro 8), Pubmed, Ovid EMBASE, CINAHL, Web of Science, ClinicalTrials.gov, ICTRP et dans d’autres sources d'essais publiés et non publiés. Nous avons également contacté les fabricants et les chercheurs du domaine. La recherche a été effectuée le 21 septembre 2015.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant la bétahistine à un placebo chez des patients de tout âge atteints de vertige avec n'importe quel diagnostic otoneurologique, dans tous les contextes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane. Notre critère de jugement principal était la proportion de patients présentant une réduction des symptômes de vertige (avec l'intensité, la fréquence et la durée des symptômes considérées ensemble).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 études, avec un total de 1025 participants ; 12 études étaient publiées (567 patients) et cinq n'étaient pas publiées (458 patients). Seize études portant sur 953 personnes comparaient la bétahistine à un placebo. Toutes les études avec des données analysables avaient duré trois mois ou moins. La majorité d'entre elles étaient à risque élevé de biais, mais pour certaines le risque de biais n'était pas clair. Une étude, avec un risque de biais élevé, incluait 72 personnes souffrant de vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) et comparait la bétahistine à un placebo ; tous les patients avaient également un traitement de mobilisation avec des manœuvres de repositionnement des particules ou manœuvres libératoires. Les études variaient considérablement en termes de types de participants, diagnostics, dose de bétahistine, durée du traitement, méthodes d'étude et manière dont l'éventuelle amélioration des symptômes de vertige était mesurée. Nous avons estimé en utilisant le système GRADE, que la qualité globale des preuves était faible pour deux critères de jugement (la proportion de patients présentant une amélioration et la proportion présentant des événements indésirables).

Le regroupement des données a montré que la proportion de patients rapportant une réduction globale de leurs symptômes de vertige était plus élevée dans le groupe traité avec la bétahistine que dans le groupe placebo (risque relatif (RR) 1,30 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,05 à 1,60 ; 606 participants ; 11 études). Ce résultat doit être interprété avec prudence, car l'hétérogénéité statistique, mesurée par la valeur I2 était forte.

Les effets indésirables (pour la plupart des symptômes gastro-intestinaux et des maux de tête) étaient courants, mais les événements indésirables graves étaient rares et isolés : il n'y avait aucune différence dans la fréquence des effets indésirables entre les groupes prenant de la bétahistine et ceux sous placebo, avec des taux de 16 % et 15 %, respectivement (valeurs pondérées ; RR 1,03 ; IC à 95 % de 0,76 à 1,40 ; 819 participants ; 12 études).

Seize pour cent des patients appartenant aux deux groupes, bétahistine et placebo, se sont retirés (ont abandonné) des études (RR 0,96 ; IC à 95 % de 0,65 à 1,42 ; 481 participants ; huit études).

Trois études examinaient les tests objectifs de la fonction vestibulaire comme un critère de jugement ; le nombre de participants était faible, les techniques de mesure très variées et peu de détails étaient fournis, de sorte que l'analyse de ce critère de jugement n'était pas concluante.

Nous avons recherché des informations sur la qualité de vie et les chutes, mais aucune des études ne rendait compte de ces critères de jugement.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Sophie Fleurdépine et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.