Médicaments pour la prévention de la récurrence de l'AVC et autres événements vasculaires chez les patients ayant déjà eu un AVC ou un accident ischémique transitoire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question : Nous avons voulu évaluer l'efficacité et l'innocuité des agonistes des PPAR-³ par rapport à un placebo dans la prévention secondaire de l'AVC et des événements vasculaires chez les patients ayant déjà eu un accident vasculaire cérébral ou un accident ischémique transitoire (AIT).

Contexte : Les agonistes des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR) sont des médicaments qui améliorent la manière dont l'insuline fonctionne dans le corps humain. Ils sont couramment utilisés dans le traitement des patients adultes atteints de diabète (diabète de type 2). De plus, ils pourraient aussi protéger contre l'hyperlipidémie (présence d'excès de lipides dans le sang) et l'athérosclérose (où les parois des artères deviennent épaisses et durcissent), qui sont des facteurs de risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Caractéristiques de l'étude : Quatre études ont été identifiées jusqu'en octobre 2013. Ces études portaient sur un total de 1 163 participants. Trois études évaluaient la pioglitazone et une étude évaluait la rosiglitazone. Trois études incluaient des participants sans antécédents de diabète et une étude incluait uniquement des participants atteints de diabète.

Résultats : Comparé à un placebo, les agonistes des PPAR réduisaient la récurrence d'AVC et d'autres événements vasculaires, amélioraient la sensibilité à l'insuline (réponse de l'organisme à l'insuline) et stabilisaient les plaques carotidiennes (dépôts graisseux sur les parois des artères). Les agonistes des PPAR semblaient également être bien tolérés.

Qualité des preuves : Les conclusions de la revue doivent être interprétées avec prudence compte tenu du petit nombre d'études incluses et de la qualité limitée dans certaines des études incluses. Des essais contrôlés randomisés supplémentaires, bien conçus, en double aveugle et avec de grands effectifs sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les agonistes des PPAR démontraient réduire la récurrence d'AVC et le nombre total d'événements de décès cardio-vasculaire, d'infarctus non mortel du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral (AVC) non mortel et améliorer la sensibilité à l'insuline et la stabilisation des plaques carotidiennes. Des preuves de qualité limitée démontrent qu'ils sont bien tolérés. Cependant, les conclusions doivent être interprétées avec prudence compte tenu du petit nombre et de la qualité des études incluses. De futurs ECR bien conçus, en double aveugle et avec de grands échantillons sont nécessaires pour tester l'efficacité et l'innocuité des agonistes des PPAR dans la prévention secondaire de l'AVC et des événements vasculaires chez les personnes victimes d'AVC ou d'AIT.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les agonistes des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR) sont des médicaments sensibilisants à l'insuline utilisés pour le traitement de la résistance à l'insuline. En plus de diminuer le glucose dans le diabète, ces médicaments peuvent également protéger contre l'hyperlipidémie et l'athérosclérose, qui sont des facteurs de risque pour l'accident vasculaire cérébral (AVC).

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des agonistes des PPAR dans la prévention secondaire de l'AVC et des événements vasculaires chez les victimes d'AVC ou d'accident ischémique transitoire (AIT).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (août 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 9), MEDLINE (de 1949 à octobre 2013), EMBASE (de 1980 à octobre 2013), CINAHL (de 1982 à octobre 2013), AMED (de 1985 à octobre 2013) et 11 bases de données chinoises (octobre 2013). En vue d'identifier d'autres essais publiés, non publiés et en cours, nous avons effectué des recherches dans des registres d'essais en cours, les références bibliographiques et les actes de conférence pertinents et contacté les auteurs et des sociétés pharmaceutiques. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les agonistes des PPAR par rapport à un placebo pour la prévention secondaire de l'AVC et des événements vasculaires chez les personnes victimes d'un AVC ou d'un AIT, avec les critères de jugement de la récurrence d'AVC, des événements vasculaires et des effets indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres et résumés des dossiers identifiés, sélectionné les études à inclure, extrait les données éligibles, recoupé les données pour en vérifier l'exactitude et évalué la qualité méthodologique.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié quatre études éligibles, portant sur 1 163 participants; une seule étude présentait un faible risque de biais pour tous les domaines. Les participants dans les différentes études étaient hétérogènes. Le nombre de participants avec un AVC récurrent a été évalué dans les deux études, où les agonistes PPAR réduisaient la récurrence d'AVC par rapport à un placebo (risque relatif (RR) 0,52, intervalle de confiance à 95% (IC) de 0,34 à 0,80). Les agonistes des PPAR administrés pendant une durée moyenne de 34,5 mois dans un essai unique réduisaient le résultat composite du nombre total de décès cardio-vasculaire, d'infarctus du myocarde non mortel ou d'AVC non mortel (RR 0,73, IC à 95% 0,54 à 0,99). Les données sur les résultats composites supplémentaires qui reflétaient les effets indésirables graves (décès toutes causes confondues et autres événements vasculaires graves; mortalité toutes causes confondues, infarctus du myocarde non mortels ou AVC non mortels) étaient similaires, bien que les intervalles de confiance soient plus larges et que les effets ne soient pas statistiquement significatifs. De plus, deux études mesuraient respectivement la sensibilité de l'insuline et l'activité ubiquitine-protéasome dans les plaques carotidiennes avec des différences significatives dans ces résultats entre les agonistes des PPAR et un placebo. Aucune des études n'a rapporté le nombre de participants souffrant d'incapacité en raison d'événements vasculaires ou une amélioration de la qualité de vie. Trois ECR ont rapporté des informations sur les effets indésirables. Les effets indésirables fréquents incluaient l'Sdème, l'insuffisance cardiaque et l'anémie. Les preuves indiquant que les effets indésirables se produisaient plus fréquemment chez les participants traités avec des agonistes des PPAR par rapport à un placebo était imprécises et incohérentes (différence de risques (DR) 10%, IC à 95% -8% à 28 ; I² = 86 %).

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.