Injection d'artéméther pour le traitement de patients atteints de paludisme grave

Objectif de la revue

L'injection d'artésunate est recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour traiter les adultes et les enfants atteints de paludisme grave, car des études ont montré qu'elle entraîne moins de décès que le traitement par quinine.

L’artéméther est un médicament alternatif à base d'artémisinine mais n'est disponible qu'en solution huileuse prémélangée pour injection intramusculaire. L’artéméther est maintenant largement disponible et est utilisé dans de nombreux pays africains, bien qu'il ne soit pas spécifiquement recommandé par l'OMS. L'objectif de cette revue était d'examiner les effets du traitement des personnes atteintes de paludisme grave par l'artéméther injecté par voie intramusculaire par rapport au traitement par d'autres médicaments antipaludiques administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse.

Messages clés

L'artéméther n'est peut-être pas plus efficace que la quinine pour prévenir les décès dus au paludisme grave chez les enfants. Cependant, chez les adultes, l'artéméther est probablement plus efficace que la quinine pour prévenir les décès. En ce qui concerne les autres critères de jugement axés sur le patient, comme la fièvre et le temps d’élimination du parasite, l'artéméther semble être plus efficace que la quinine chez les enfants et les adultes. Chez les adultes, l'artéméther a eu un effet important sur la mortalité comparativement à la quinine, mais d'autres critères de jugement n'ont pas été signalés ou n'ont montré aucune différence significative. L’artéméther n'a pas été comparé à l'artésunate chez les enfants. Bien qu'il y ait peu de données probantes directes comparant l'artéméther à l'artésunate chez les adultes, l'artéméther augmente probablement le risque de décès comparativement à l'artésunate. Dans les milieux où l'artésunate n'est pas disponible, l'artéméther demeure une meilleure alternative à la quinine pour le traitement du paludisme grave.

Quel est le sujet de la revue ?

Les auteurs de la revue ont examiné les recherches disponibles qui ont évalué les effets du traitement des personnes atteintes de paludisme grave par injection intramusculaire d'artéméther par rapport au traitement par d'autres médicaments antipaludiques administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse. Dix-neuf études ont examiné les effets du traitement par artéméther intramusculaire sur les personnes atteintes de paludisme grave par rapport au traitement par d'autres médicaments antipaludiques administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse. Ces études ont été menées en Afrique (12 études) et en Asie (7 études). Il s'agit d'une mise à jour d'une revue Cochrane de 2014 et comprend un nouvel essai de la République Centrafricaine.

Principaux résultats de la revue

Artéméther par rapport à la quinine

Pour les enfants, l'artéméther intramusculaire est probablement aussi efficace que la quinine pour prévenir les décès dus au paludisme grave (données probantes de qualité modérée). L’artéméther peut raccourcir d'environ cinq heures le délai jusqu'à la résolution du coma (données probantes de faible qualité) et peut réduire le nombre d'enfants présentant des signes de lésions cérébrales au moment de la sortie de l'hôpital (données probantes de faible qualité).

Chez les enfants plus âgés (> 15 ans) et les adultes, le traitement par artéméther entraîne probablement moins de décès que la quinine (données probantes de qualité modérée).

L'artéméther par rapport à l'artésunate

Chez les adultes, l'artéméther se comporte moins bien que l'artésunate en termes de mortalité (données probantes de qualité modérée), mais aucun essai n'a été mené chez de jeunes enfants.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché des études jusqu'au 7 septembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

L’artéméther semble être plus efficace que la quinine chez les enfants et les adultes. L'artéméther par rapport à l'artésunate n'a pas fait l'objet d'études approfondies, mais chez les adultes, il semble inférieur. Ces résultats sont conformes aux recommandations de l'OMS selon lesquelles l'artésunate est le médicament de choix, mais l'artéméther est acceptable lorsque l'artésunate n'est pas disponible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

En 2011, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé l'artésunate parentéral de préférence à la quinine comme traitement de première intention pour les personnes atteintes de paludisme grave. Avant cette recommandation, de nombreux pays, en particulier en Afrique, avaient commencé à utiliser l'artéméther, un dérivé alternatif de l'artémisinine. La présente revue Cochrane évalue l'artéméther intramusculaire par rapport à la quinine et à l'artésunate.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'artéméther intramusculaire par rapport à tout autre médicament parentéral dans le traitement du paludisme grave chez les adultes et les enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches e registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies infectieuses, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, Embase et LILACS, ISI Web of Science, les actes des conférences et des listes d'articles de référence. Nous avons également effectué des recherches dans le Registre international des essais cliniques de l'OMS, ClinicalTrials.gov, et dans le métaRegistre des essais contrôlés (mRCT) pour les essais en cours jusqu'au 7 septembre 2018. Nous avons vérifié les listes de références de toutes les études identifiées par la recherche. Nous avons examiné les références énumérées dans les articles de synthèse et les bibliographies compilées antérieurement pour trouver des études admissibles.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'artéméther intramusculaire à la quinine ou à l'artésunate intraveineux/intramusculaire pour le traitement du paludisme grave.

Recueil et analyse des données: 

Le critère de jugement principal était la mortalité toutes causes confondues. Les deux auteurs de la revue ont examiné indépendamment chaque article par titre et par résumé, et ont examiné les études potentiellement pertinentes en vue de leur inclusion à l'aide d'un formulaire d'admissibilité. Les deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué le risque de biais des études incluses. Nous avons résumé les résultats dichotomiques à l'aide du risque relatif (RR) et les résultats continus à l'aide de différences moyennes (DM), et nous avons présenté les deux mesures avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Le cas échéant, nous avons combiné les données dans des méta-analyses et utilisé l'approche GRADE pour résumer la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 19 ECR, enrôlant 2874 adultes et enfants atteints de paludisme grave, menés en Afrique (12 essais) et en Asie (7 essais).

Artéméther par rapport à la quinine

Chez les enfants, il y a probablement peu ou pas de différence dans le risque de décès entre l'artéméther intramusculaire et la quinine (RR 0,97, IC à 95 % : 0,77 à 1,21 ; 13 essais, 1 659 participants, données probantes de qualité modérée). Le temps de résolution du coma peut être raccourci d'environ cinq heures avec l'artéméther (DM -5,45, IC à 95 % -7,90 à -3,00 ; six essais, 358 participants, données probantes de faible qualité). L’artéméther peut faire peu de différence dans les séquelles neurologiques (RR 0,84, IC à 95 % : 0,66 à 1,07 ; sept essais, 968 participants, données probantes de faible qualité). Comparativement à la quinine, l'artéméther réduit probablement le temps d'élimination du parasite d'environ neuf heures (DM -9,03, IC à 95 % -11,43 à -6,63 ; sept essais, 420 participants, données probantes de qualité modérée) et peut réduire le temps d'élimination de la fièvre d'environ trois heures (DM -3,73, IC à 95 % -6,55 à -0,92 ; huit essais, 457 participants, données probantes de faible qualité).

Chez les adultes, le traitement par artéméther intramusculaire entraîne probablement moins de décès que le traitement par quinine (RR 0,59, IC à 95 % : 0,42 à 0,83 ; quatre essais, 716 participants, données probantes de qualité modérée).

L'artéméther par rapport à l'artésunate

L'artéméther et l'artésunate n'ont pas été directement comparés dans des essais randomisés chez des enfants.

Chez les adultes, la mortalité est probablement plus élevée avec l'artéméther intramusculaire (RR 1,80, IC à 95 %, 1,09 à 2,97 ; deux essais, 494 participants, données probantes de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Julia Caratini et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.