Agents pharmacologiques dans la prévention de la migraine vestibulaire

Question de la revue

Quels médicaments sont efficaces pour prévenir la migraine vestibulaire ?

Contexte

La migraine vestibulaire est une forme de migraine dans laquelle les principaux symptômes sont liés à des étourdissements et au système d'équilibre. C'est un problème courant qui touche 1 % de la population générale et peut-être davantage, car cette affection est probablement sous-diagnostiquée. Il n'existe toujours pas d'accord sur le meilleur traitement disponible pour prévenir les crises de migraine vestibulaire.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé une seule étude en cours sur ce sujet. Cette étude examine un bêta-bloquant (métoprolol) par rapport à un placebo (traitement factice).

Principaux résultats

Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé achevé répondant aux critères d'inclusion de cette revue. Nous sommes en attente des résultats de l'étude en cours. Le recrutement des patients doit être achevé à la fin de 2016.

Les données de cette revue sont à jour en juin 2015.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve issue d'ECR pour répondre à la question énoncée dans les objectifs de la revue. Cette revue systématique a mis en évidence la nécessité de mener des essais contrôlés randomisés bien conçus pour répondre aux questions sur l'efficacité des traitements actuels et nouveaux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La migraine vestibulaire est une cause fréquente de vertige épisodique. Beaucoup de traitements préventifs ont été proposés pour cette pathologie, y compris les inhibiteurs calciques, les bêta-bloquants, les antidépresseurs, les anticonvulsivants, les agonistes sélectifs des récepteurs 5-HT1, les antagonistes de la sérotonine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Objectifs: 

Évaluer les effets des agents pharmacologiques dans la prévention de la migraine vestibulaire.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le coordinateur des recherches d'essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie a interrogé le registre des essais de ce groupe, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2015, numéro 5), PubMed, EMBASE, CINAHL, Web of Science, Clinicaltrials.gov, ICTRP et d'autres sources afin de recenser des essais publiés et non publiés. Ces recherches ont été effectuées le 5 juin 2015.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des adultes (âgés de plus de 18 ans) avec un diagnostic de migraine vestibulaire ou de migraine vestibulaire probable posé selon les critères de la Bárány Society/International Headache Society (IHS) traités dans n'importe quel contexte de soins, et comparant des traitements pharmacologiques utilisés dans la prévention de la migraine vestibulaire, y compris les bêta-bloquants, les inhibiteurs calciques, les anticonvulsivants, les antidépresseurs, les antagonistes de la sérotonine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats principaux: 

Notre recherche dans la littérature a permis d'identifier 558 rapports, mais seulement 11 étaient suffisamment pertinents pour être soumis à une évaluation plus approfondie. Nous avons exclu deux études car elles n'avaient pas utilisé les critères diagnostiques de l'IHS pour la migraine vestibulaire. Nous avons exclu huit autres études pour diverses raisons liées à leur conception (ex. absence de placebo ou de comparateur de traitement), leur objectif (ex. traitement et non prévention de la migraine vestibulaire) ou leur réalisation (ex. arrêt précoce). Nous avons identifié une étude en cours comparant le métoprolol au placebo. Nous sommes dans l'attente des résultats de cette étude, dont le recrutement devrait être terminé à la fin de l'année 2016.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.