Jet ventilation à haute fréquence versus ventilation oscillatoire à haute fréquence pour le traitement des troubles pulmonaires chez les nouveau-nés prématurés

Contexte : les difficultés respiratoires dues au syndrome de détresse respiratoire (SDR) sont l'une des principales causes de décès chez les bébés nés prématurément. Les appareils respiratoires fournissant ce que l'on appelle la ventilation mécanique conventionnelle (VMC), actuellement utilisée pour aider ces bébés, contribuent potentiellement à des lésions pulmonaires à plus long terme, connues sous le nom de maladie pulmonaire chronique (MPC). La MPC survient fréquemment chez les bébés prématurés qui ont besoin d'appareils respiratoires, et le type de respirateur artificiel utilisé peut affecter l'apparition d'une MPC. Deux nouveaux types d'appareils respiratoires (connus sous le nom de jet ventilation à haute fréquence (JVHF) et ventilation oscillatoire à haute fréquence (VOHF)) ont été testés dans l'espoir que ces méthodes d'assistance respiratoire puissent réduire les lésions pulmonaires (MPC).

Question de notre revue : chez les nouveau-nés prématurés (nés avant terme) qui ont ou risquent d'avoir un SDR, nous avions prévu de comparer les risques et les bénéfices de deux modes d'appareils respiratoires : la JVHF et la VOHF.

Ce que les études ont montré : nous n'avons identifié aucune étude comparant ces deux modes d'assistance respiratoire.

Conclusion : cette revue n'a trouvé aucune donnée probante pour la comparaison de la supériorité ou des effets secondaires nocifs de la JVHF par rapport à la VOHF, ou de la VOHF sur JVHF, chez les nourrissons qui ont ou risquent d'avoir des difficultés respiratoires dues au SDR.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve pour soutenir la supériorité de la JVHF ou la VOHF en tant que traitement électif ou de secours. Jusqu'à ce que de telles données soient disponibles, la comparaison des effets secondaires potentiels ou des bénéfices présumés de l'une ou l'autre méthode n'est pas possible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est considéré comme l'une des principales causes de troubles pulmonaires sévères et de mortalité consécutive chez les nouveau-nés prématurés. Malgré des améliorations très répandues des soins, y compris l'augmentation de l'utilisation de stéroïdes prénataux, l'utilisation de la thérapie de remplacement de surfactant et des progrès en ventilation mécanique conventionnelle (VMC), la maladie pulmonaire chronique (MPC) survient chez 42 % nouveau-nés prématurés survivants nés à moins de 28 semaines d'âge gestationnel (AG). La ventilation à haute fréquence (VHF) vise à optimiser l'expansion pulmonaire tout en limitant le volume courant (VC) pour réduire les lésions pulmonaires. Deux méthodes de VHF (la ventilation oscillatoire à haute fréquence (VOHF) et la jet ventilation à haute fréquence (JVHF)) sont largement utilisées, mais aucune n'a montré de supériorité nette en intervention élective ou de secours.

Objectifs: 

Comparer les bénéfices et les effets secondaires de JVHF versus VOHF pour la mortalité et la morbidité chez les nouveau-nés prématurés nés à moins de 37 semaines AG atteints de troubles pulmonaires en intervention de secours et élective.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie pour consulter le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2015, numéro 11), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 30 novembre 2015), EMBASE (de 1980 au 30 novembre 2015), et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL) (de 1982 au 30 novembre 2015). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférence et les références bibliographiques d'articles trouvés pour les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés. Nous n'avons imposé aucune restriction de date, de langue ou de publication.

Critères de sélection: 

Nous avions prévu d'inclure les essais contrôlés randomisés, randomisés en grappes et quasi-randomisés si les auteurs des études indiquaient explicitement que les groupes comparés dans l'essai avaient été établis par une méthode d'assignation aléatoire ou systématique. Nous avions prévu d'exclure les études croisées, car elles ne permettraient pas d'évaluer les critères de jugement d'intérêt.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standards du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie, y compris une évaluation indépendante de l'essai et l'extraction des données. Nous avions prévu d'analyser les données en utilisant les risques relatifs (RR) et les différences de risque (DR) et 1/DR. Nous avions prévu de calculer le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice du traitement supplémentaire (NST) ou le nombre de sujets à traiter pour observer un effet indésirable du traitement (NSN).

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé aucune étude répondant à nos critères d'inclusion.

Notes de traduction: 

Post-édition : Angèle Kuy (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.