Les programmes d'autogestion pour les personnes vivant avec les effets à long terme d'un accident vasculaire cérébral (AVC)

Question de la revue

Quels sont les effets des programmes d'autogestion pour les personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Contexte

Un AVC est provoqué par une interruption de la circulation sanguine vers certaines parties du cerveau entraînant des lésions qui affectent la vie des personnes et modifient leur aptitude à une vie indépendante et de qualité. Il a été proposé qu'une formation particulière, appelée « programme d'autogestion », enseigne les personnes sur l'AVC, les aide à développer des aptitudes à travailler sur leurs problèmes et leurs défis et les aide à identifier et à atteindre leurs propres objectifs et à se prendre en charge.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé 14 études jusqu'en avril 2016, portant sur 1863 participants, ayant examiné les bénéfices de ces programmes pour des personnes victimes d'un AVC. Elles ont été réalisées dans divers pays avec diverses méthodologies - parfois en groupes, parfois individuellement - et pour diverses périodes de temps.

Résultats principaux

Nous avons constaté que de tels programmes améliorent la qualité de vie après un accident vasculaire cérébral (AVC). Les personnes victimes d'un AVC ont noté des améliorations dans leur capacité à vivre de la manière dont elles le voulaient et qu'elles se sentaient plus à même de prendre en charge leur propre vie, plutôt que d'être dépendantes de tierces personnes pour leur bonheur et la satisfaction dans la vie. Il n'y a pas eu de signalement de risques d'effets négatifs.

Qualité des preuves

La majorité des études ont été bien réalisées et présentent des éléments de preuve crédibles que les programmes d'autogestion peuvent être bénéfiques chez les patients victimes d'un AVC vivant dans la communauté.

Conclusions des auteurs: 

Les données actuelles indiquent que les programmes d'autogestion pourraient être bénéfiques chez les patients victimes d'un AVC vivant dans la communauté. Les bénéfices de ces programmes se situent dans l'amélioration de la qualité de vie et l'efficacité personnelle. Ce sont des objectifs bien reconnus pour les personnes après un accident vasculaire cérébral (AVC). Il existe des données pour de nombreux modes d'administration et d'exemples d'un contenu adapté au groupe cible. Les leaders étaient généralement des professionnels mais des pairs (victimes d'AVC et aidants) ont également été rapportés ; des personnes formées et expertes en accident vasculaire cérébral et ses conséquences. Il serait bénéfique pour d'autres recherches qu'elles se concentrent sur l'identification des principales caractéristiques des programmes d'autogestion efficaces et sur l'évaluation de leur rapport coût-efficacité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un AVC résulte d'un manque brutal d'apport sanguin au cerveau et devient une affection chronique pour des millions de survivants partout dans le monde. L'autogestion peut offrir aux survivants d'AVC un chemin pour promouvoir leur rétablissement. Les programmes d'autogestion pour les personnes ayant subi un AVC peuvent inclure un enseignement spécifique sur l'AVC et ses effets probables, mais, se focalisent surtout sur l'entraînement aux habilités afin d'encourager les patients à tenir un rôle actif dans leur prise en charge. Ces habilités peuvent inclure la résolution de problèmes, la définition d'objectifs, la prise de décision et les capacités à faire face.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions d'autogestion sur la qualité de vie des adultes après un AVC vivant dans la communauté, par rapport à des interventions témoins inactives ou actives.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes depuis leur création jusqu'en avril 2016 : le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, SCOPUS, Web of Science, OTSeeker, OT Search, PEDro, REHABDATA et DARE. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques suivants : ClinicalTrials.gov, Stroke Trials Registry, Current Controlled Trials, Organisation mondiale de la Santé et Australian New Zealand Clinical Trials Registry.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur des adultes victimes d'un AVC vivant dans la communauté ayant bénéficié d'interventions d'autogestion. Ces interventions incluaient plus d'un composant d'autogestion ou ciblaient plus d'un seul domaine de changement ou les deux. Les interventions étaient comparées soit à un groupe témoin inactif soit à un groupe témoin actif. Les résultats mesurés incluaient les changements en termes de qualité de vie, efficacité personnelle, niveaux d'activité ou de participation, incapacité, utilisation des services de santé, comportements de santé (tels que l'observance du traitement ou le mode de vie), coût, satisfaction des participants ou d'événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données prédéfinies de toutes les études incluses et évalué la qualité de l'étude et les risques de biais. Nous avons effectué des méta-analyses lorsqu'il a été possible de combiner les résultats.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 14 essais totalisant 1863 participants. Des preuves issues de six études ont montré que les programmes d'autogestion avaient amélioré la qualité de vie chez les personnes victimes d'un AVC (différence moyenne standardisée (DMS) à effets aléatoires de 0,34, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,05 à 0,62, P = 0,02 ; preuves de qualité moyenne) et amélioré l'efficacité personnelle (DMS à effets aléatoires de 0,33, IC à 95 % de 0,04 à 0,61, P = 0,03 ; preuves de faible qualité) par rapport aux soins habituels. Les études individuelles rapportaient des bénéfices pour les comportements de santé, tels qu'une réduction de l'utilisation des services de santé, du tabagisme et de la consommation d'alcool, ainsi qu'une amélioration du régime alimentaire et des attitudes. Cependant, il n'y avait pas d'effet supérieur pour de tels programmes dans les domaines du lieu de contrôle, des activités de la vie quotidienne, de l'observance du traitement, de la participation ou de l'humeur. L'hétérogénéité statistique était généralement faible ; cependant, il y avait beaucoup de variations dans les types et la mise en œuvre des programmes. Le risque de biais était relativement faible pour les essais cliniques interventionnels complexes où les participants et le personnel n'avaient pas pu être en aveugle.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Daniel Pinchenzon et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.