Interventions en face à face versus à distance et via internet (web 2.0) pour promouvoir l'activité physique

Ne pas pratiquer suffisamment d’activité physique entraîne un risque accru d'un certain nombre de maladies chroniques et de problèmes de santé physique et mentale. L’activité physique devrait être un objectif pour les adultes, elle peut également apporter des bénéfices sociaux, émotionnels et physiques. La majorité des adultes ne sont pas actifs aux niveaux recommandés. Nous avons examiné les études qui avaient comparé deux méthodes pour promouvoir l'activité physique (en tête-à-tête avec un professionnel versus en utilisant les technologies permettant des prescriptions à distance), ceci pour déterminer la meilleure méthode. Nous savons, grâce à une autre étude, que les deux approches sont efficaces. Nous avons trouvé dans la littérature médicale une seule étude qui répond à notre question, avec 225 adultes apparemment en bonne santé. Par conséquent, nous ne savons toujours pas quelle est la meilleure méthode pour promouvoir l'activité physique et la condition cardiorespiratoire. Nous n’avons pas été en mesure de formuler des commentaires sur les effets indésirables et l'influence de la méthode utilisée.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour évaluer si les interventions en face à face ou à distance et via internet (web 2.0) sont plus efficaces pour promouvoir l’activité physique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les interventions visant à promouvoir l'activité physique en face à face continuent d’être populaires, alors que les méthodes à distance et via le web 2.0 se développent rapidement, mais nous ne savons pas quelle méthode est la plus efficace pour obtenir un changement durable à long terme.

Objectifs: 

Comparer les interventions en face à face versus à distance et via internet (web 2.0) pour promouvoir l'activité physique chez les adultes (âgés de 16 ans et plus).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, et certaines autres bases de données (des premières dates disponibles jusqu'en octobre 2012). Les listes de références bibliographiques des articles pertinents ont été examinées. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparant les interventions en face à face versus à distance et via internet (web 2.0) pour promouvoir l'activité physique chez les adultes. Nous avons inclus les études lorsqu’elles comparaient une intervention qui était principalement administrée en face à face avec une intervention qui était principalement à distance et via internet (web 2.0). Pour évaluer le changement comportemental au fil du temps, les études incluses présentaient une durée minimale de 12 mois de suivi, à compter du début de l'intervention aux résultats définitifs. Nous avons exclu les études qui avaient plus de 20% de perte de suivi si elles n'avaient pas appliqué une analyse en intention de traiter.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité de chaque étude et extrait les données. Les articles qui n’étaient pas rédigés en anglais ont été examinés avec l'aide d'un traducteur qui était épidémiologiste. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires lorsque cela était nécessaire. Les différences moyennes standardisées (DMS) et les intervalles de confiance (IC) à 95% ont été calculés pour les mesures en continu de la condition cardiorespiratoire.

Résultats principaux: 

Une étude portant sur 225 adultes apparemment en bonne santé remplissait les critères d'inclusion. Cette étude a été réalisée dans un pays à revenus élevés. À partir de 27,299 résultats, 193 articles entièrement rédigés ont été identifiés pour être évalués par rapport aux critères d'inclusion. Cependant, un seul article remplissait les critères d'inclusion. Cette étude a rapporté l'effet d'une activité physique sur la condition cardiorespiratoire. Il n'y avait aucune donnée relatant l’activité physique, la qualité de vie, ou le rapport coût-efficacité. La différence entre les interventions en face à face versus à distance et via internet (web 2.0) n'était pas significative (DMS de -0,02; IC à 95% de -0,30 à 0,26; preuves de haute qualité). Le risque de biais dans l'étude incluse a été évalué comme faible et il n'y avait aucune preuve d'un risque accru d'effets indésirables.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.