Le fentanyl par voie transdermique contre la douleur du cancer

Les timbres de fentanyl placés sur la peau soulagent bien la douleur chez la plupart des personnes souffrant de douleurs modérées ou sévères causées par un cancer.

Une personne sur deux ou trois atteintes d’un cancer souffre de douleurs dont l’intensité devient modérée ou sévère. La douleur tend à s’aggraver avec la progression du cancer. La morphine par voie orale est utilisée depuis les années 1950 pour lutter contre la douleur du cancer. Depuis cette époque, différents médicaments ayant une action de type morphinique ont été produits dans le but de lutter contre la douleur du cancer ; le fentanyl fait partie de ceux-ci. Il est particulièrement utile car il peut être absorbé à travers la peau à partir de timbres transdermiques. Quel que soit le médicament, la possibilité d’atteindre un taux constant de la molécule dans le sang et dans le cerveau pourrait, en théorie, conduire à un meilleur contrôle de la douleur du cancer. Elle élimine en outre la nécessité de prendre des médicaments plusieurs fois par jour, car les patches agissent souvent pendant plusieurs jours avant de devoir être renouvelés.

Nous avons trouvé neuf études impliquant 1244 patients. Ces études étaient souvent de petite taille, utilisaient des plans d’étude différents et comparaient le fentanyl à de nombreux médicaments différents. La plupart des patients présentaient des douleurs modérées à sévères avant l’administration de fentanyl par voie transdermique, qui devenaient légères en utilisant le fentanyl transdermique. Seuls 3 patients sur 10 étaient constipés avec le fentanyl transdermique, contre 5 sur 10 avec la morphine par voie orale. Nous n’avons pas pu analyser les données de façon significative en ce qui concerne les événements indésirables tels que des nausées, douleurs abdominales, hémorragies gastro-intestinales et confusion mentale. Ces événements pouvaient aussi bien être attribués aux processus pathologiques sous-jacents.

L’effet du timbre peut persister après son retrait, grâce au médicament absorbé par la peau. Les timbres usagés doivent être jetés de manière réfléchie.

Nous aurions aimé davantage de cohérence entre les plans d’étude, et en particulier dans le compte-rendu des études, qui devrait inclure le critère de réduction de la douleur à un niveau tolérable (« ne dépassant pas une douleur légère ») auquel elle ne gêne pas les patients atteints de cancer.

Conclusions des auteurs: 

Bien qu’il existe peu d’essais randomisés publiés sur son efficacité, le fentanyl par voie transdermique est un médicament important. La plupart des études avaient recruté moins de 100 participants et n’ont pas fourni de données appropriées pour la méta-analyse. Seules quelques-unes rapporte le nombre de patients dont les douleurs ont été bien soulagées mais, lorsque ces données ont été rapportées, la majorité des sujets ne ressentaient qu’une douleur légère sur une durée raisonnablement courte. Les preuves suggèrent que les problèmes de constipation sont significativement et utilement réduites avec le fentanyl par voie transdermique par rapport à la morphine par voie orale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les opiacés sont utilisés depuis de nombreuses années pour soulager la douleur. Le fentanyl par voie transdermique est une option d’administration qui permet une réduction durable de la douleur chez les patients atteints de douleurs modérées ou sévères dues à un cancer.

Objectifs: 

Déterminer l’efficacité analgésique de le fentanyl transdermique pour le soulagement de la douleur due au cancer et évaluer les événements indésirables associés à son utilisation dans cette indication.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données suivantes ont été consultées : Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 4 sur 12) ; MEDLINE (de 1966 à mai 2013) ; EMBASE (de 1974 à mai 2013 ; CANCERLIT (PubMED) (novembre 2012) et ClinicalTrials. gov (mai 2013).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) utilisant un placebo ou des molécules actives de comparaison et rendant compte de l’effet analgésique du fentanyl transdermique chez l’adulte et l’enfant souffrant de douleurs dues à un cancer. Les études comptant moins de 10 participants ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites indépendamment par deux auteurs de la revue. Nous avons extrait les données disponibles sur le nombre ou la proportion de patients pour lesquels le traitement a permis d’obtenir une douleur « ne dépassant pas une douleur légère » (patients « très satisfaits » ou score très bon ou excellent sur les échelles d’impression globale du patient), ainsi que les informations concernant les événements indésirables et les retraits de l’étude.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié neuf études répondant aux critères d’inclusion, y compris une étude turque qui est en attente de traduction. Ces études totalisent 1244 participants, randomisés dans des ECR classiques, dont 1197 ont fourni des données exploitables, plus 138 patients recrutés dans une étude de sevrage randomisé à recrutement enrichi (EERW). Au total, 600 participants ont été traités avec des timbres transdermiques au fentanyl, 382 avec diverses formulations de morphine, 36 avec de la méthadone, et 221 avec du paracétamol et de la codéine. Il existe des sources majeures de biais potentiel, notamment l’absence de mise en aveugle, la petite taille de l’effectif, des niveaux élevés d’attrition et des incohérences dans le compte-rendu.

Nous n’avons pas pu comparer les données dans le cadre d’une analyse significative en ce qui concerne les événements indésirables tels que nausées, douleurs abdominales, hémorragies gastro-intestinales et confusion mentale. Ces événements peuvent aussi être attribués aux processus pathologiques sous-jacents.

Il n’y avait pas suffisamment de données comparables pour réaliser une méta-analyse ou pour obtenir le nombre de sujets à traiter (NST) pour l’effet analgésique. Dans sept études totalisant 461 participants et rapportant l’intensité de la douleur après environ deux semaines, le score de douleur moyen ou médian se situait à la limite entre douleur légère et douleur modérée. La plupart des participants n’ont pas eu de douleurs pires que légères au cours du traitement. Une autre étude rapporte que 77 % des participants utilisant le fentanyl transdermique avaient un résultat positif, sans précisions. Le nombre de participants constipés avec le fentanyl transdermique (28 %) était plus bas qu’avec la morphine par voie orale (46 %), ce qui donne un risque relatif de 0,61 (IC à 95 % de 0,47 à 0,78) ; le NST pour éviter la constipation était de 5,5 (IC à 95 % de 3,8 à 10).

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.