Comparaison de surfactants d'origine animale pour la prévention et le traitement du syndrome de détresse respiratoire chez les nouveau-nés prématurés

Question de la revue : L'utilisation d'une préparation de surfactant d'origine animale par rapport à une autre préparation de surfactant d'origine animale conduit-elle à une amélioration des résultats chez les nourrissons à risque ou atteints du syndrome de détresse respiratoire ?

Contexte: Un large éventail de préparations de surfactants sont utilisés pour prévenir ou traiter le syndrome de détresse respiratoire (SDR) chez les nouveau-nés prématurés. Tous les produits de surfactant d'origine animale disponibles dans le commerce sont efficaces dans la prévention et le traitement du syndrome de détresse respiratoire chez les nouveau-nés prématurés. Cependant, on ne sait pas s'il y a des différences significatives dans les résultats cliniques obtenus grâce aux différents extraits de surfactant d'origine animale disponibles. Cette revue a comparé différents produits de surfactant d'origine animale en s'appuyant sur la provenance (porcine et bovine) et la méthode d'extraction (broyat de poumon ou lavage pulmonaire).

Caractéristiques des études : 16 essais contrôlés randomisés remplissaient nos critères d'inclusion.

Résultats : Nous avons relevé une amélioration du risque de décès avant la sortie de l'hôpital et du résultat combiné du décès ou d'un besoin en oxygène à quatre semaines avant la date prévue de l'accouchement, grâce à l'utilisation d'une dose plus élevée de surfactant d'origine porcine (un produit surfactant issu de poumon de porc) par rapport à un surfactant d'origine bovine (surfactant issu du broyat de tissu pulmonaire de vache). Sur la base des preuves disponibles, nous ne pouvons pas affirmer avec certitude si l'amélioration des résultats avec le surfactant d'origine porcine à dose élevée est due à la dose élevée (niveau de phospholipide plus élevé avec l'utilisation d'une dose initiale plus forte) ou si elle est due à la source de surfactant (porc ou vache). Les essais de comparaison sur les surfactants obtenus de sources bovines qui utilisaient différentes méthodes d'extraction ou de modifications n'ont montré aucune différence dans les résultats cliniques.

Conclusions des auteurs: 

Des différences significatives en termes de résultats cliniques ont été signalées dans les essais de comparaison entre le surfactant modifié de broyat de poumon (beractant) par rapport au surfactant de broyat de poumon de porc (poractant alfa), y compris une augmentation significative du risque de mortalité avant la sortie de l'hôpital, du risque de décès ou des besoins en oxygène à 36 semaines d'âge post-menstruel, de la PCA nécessitant un traitement et du recours à plus d'une dose de surfactant chez les nourrissons traités avec un surfactant modifié d'origine bovine issu de broyat de poumon comparé au surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon. La différence de résultats était limitée aux études utilisant une plus forte dose initiale de surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon. On ignore si les différences observées sont issues de la quantité administrée ou de la source de l'extraction (porcine et bovine) en raison du manque de groupes de comparaison traités avec une dose équivalente et d'échantillons de taille appropriée. Aucune différence dans les résultats cliniques n'a été observée dans les essais comparatifs entre le surfactant d'origine bovine issu du lavage pulmonaire et le surfactant modifié d'origine bovine issu de broyat de poumon.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les surfactants d'origine animale ont démontré plusieurs avantages par rapport à la première génération de surfactants synthétiques et sont les plus couramment utilisés dans les préparations de surfactant. Pour l'usage clinique, les surfactants d'origine animale sont issus de tissus pulmonaires d'origine bovine ou porcine qui ont été broyés ou lavés et modifiés ou purifiés. Il est difficile de savoir si des différences significatives en terme de résultats cliniques existent parmi les surfactants disponibles d'origine bovine (surfactant modifié issu de broyat ou de lavage) et d'origine porcine (surfactant modifié issu de broyat ou de lavage).

Objectifs: 

Comparer l'effet produit par l'administration de différents extraits de surfactant d'origine animale sur le risque de mortalité, de maladie pulmonaire chronique et d'autres morbidités associées à la prématurité chez les nouveau-nés à risque ou atteints de syndrome de détresse respiratoire (SDR).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie pour consulter le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2015, numéro 7), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 31 juillet 2015), EMBASE (de 1980 au 31 juillet 2015) et CINAHL (de 1982 au 31 juillet 2015). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférence et les références bibliographiques d'articles trouvés pour les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant l'effet de traitements par des extraits de surfactant d'origine animale administrés à des nouveau-nés prématurés à risque ou atteints de SDR pour prévenir les complications liées à la prématurité et la mortalité.

Recueil et analyse des données: 

Les données concernant les résultats cliniques ont été extraites des rapports d'essais cliniques par les auteurs de la revue. Les analyses en sous-groupe ont été réalisées en se basant sur l'âge gestationnel, le dosage et le programme d'administration de surfactant, l'intensité du traitement et la stratégie de traitement. L'analyse des données a été réalisée en conformité avec les normes du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux: 

Seize essais contrôlés randomisés ont été inclus dans l'analyse.

Surfactant d'origine bovine issu du lavage pulmonaire versus surfactant modifié d'origine bovine issu de broyat de poumon: Sept études de traitement et deux études de prévention ont comparé le surfactant d'origine bovine issu du lavage pulmonaire au surfactant modifié d'origine bovine issu de broyat de poumon. La méta-analyse n'a révélé aucune différence significative en termes de décès ou de maladie pulmonaire chronique dans les essais de prévention (RR typique de 1,02, IC à 95 % 0,89 à 1,17 ; DR typique de 0,01, IC à 95 % −0,05 à 0,06 ; 2 études et 1123 nourrissons ; preuves de qualité élevée) ou les essais de traitement (RR typique de 0,95, IC à 95 % 0,86 à 1,06 ; DR typique −0,02, IC à 95 % −0,06 à 0,02 ; 3 études et 2009 nourrissons ; preuves de qualité élevée)

Surfactant modifié d'origine bovine issu de broyat de poumon comparé au surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon : Neuf études de traitement ont comparé des surfactants modifiés d'origine bovine issu de broyat de poumon à des surfactants d'origine porcine de broyat de poumon. Une méta-analyse de ces essais a démontré une augmentation significative du risque de mortalité avant la sortie de l'hôpital (RR typique de 1,44, IC à 95 % 1,04 à 2,00 ; DR typique de 0,05, IC à 95 % 0,01 à 0,10 ; NNN 20, IC à 95 % 10 à 100 ; 9 études et 901 nourrissons ; preuves de qualité moyenne), du risque de décès ou des besoins en oxygène à 36 semaines d'âge post-menstruel (RR typique de 1,30, IC à 95 % 1,04 à 1,64 ; DR typique de 0,11, IC à 95 % 0,02 à 0,20 ; NNN 9, IC à 95 % 5 à 50 ; 3 études et 448 nourrissons ; preuves de qualité modérée), du recours à plus d'une dose de surfactant (RR typique de 1,57, IC à 95 % 1,29 à 1,92 ; DR typique de 0,14, IC à 95 % 0,08 à 0,20 ; NNN 7, IC à 95 % 5 à 13 ; 6 études et 786 nourrissons), et de persistance du canal artériel (PCA) nécessitant un traitement (RR typique de 1,86, IC à 95 % 1,28 à 2,70 ; DR typique de 0,28, IC à 95 % 0,13 à 0,43 ; NNN 4, IC à 95 % 2 à 8 ; 3 études et 137 nourrissons) chez les nourrissons qui ont été traités avec le surfactant d'origine bovine modifié issu de broyat de poumon comparé au surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon. Dans l'analyse en sous-groupe basés sur la dose initiale de surfactant, l'amélioration de la mortalité avant la sortie de l'hôpital (RR typique de 1,62, IC à 95 % 1,11 à 2,38 ; DR typique de 0,06, IC à 95 % 0,01 à 0,11 ; NNN 16, IC à 95 % 9 à 100) et du risque de décès ou de besoins en oxygène à 36 semaines d'âge post-menstruel (RR typique de 1,39, IC à 95 % 1,08 à 1,79 ; DR typique de 0,13, IC à 95 % 0,03 à 0,23 ; NNN 7, IC à 95 % 4 à 33) a été limitée à la dose initiale plus élevée de surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon (> 100 mg/kg).

D'autres comparaisons : aucune différence de résultat n'a été notée entre le surfactant d'origine bovine issu du lavage pulmonaire et le surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon. Il n'y avait aucune étude comparant le surfactant d'origine bovine issu du lavage pulmonaire et le surfactant d'origine porcine issu du lavage pulmonaire ; ou comparant le surfactant d'origine porcine issu de broyat de poumon au surfactant d'origine porcine issu du lavage pulmonaire.

Notes de traduction: 

Post-édition : Justine Marcoux (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.