Les vasodilatateurs pour les femmes suivant un traitement de l’infertilité

Question de la revue

Les chercheurs de Cochrane ont examiné les données probantes disponibles sur les effets des vasodilatateurs (médicaments utilisés pour élargir les vaisseaux sanguins) chez les femmes qui suivent un traitement de l’infertilité.

Contexte

Pour les femmes qui suivent un traitement de l’infertilité pour différentes causes, les interventions visant à améliorer la réceptivité de l'utérus sont de la plus haute importance. De nombreux médicaments différents ont été évalués dans le but d'augmenter les taux d'implantation et de naissance vivante. Il s'agit notamment d'agents vasodilatateurs, utilisés pour dilater les vaisseaux sanguins afin d'améliorer la réceptivité endométriale, d'épaissir l'endomètre et de favoriser la relaxation utérine, parmi d'autres effets.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons trouvé 15 essais contrôlés randomisés (un type d'expérience dans laquelle des personnes sont réparties au hasard dans un ou plusieurs groupes de traitement) qui comparaient l'utilisation de vasodilatateurs par rapport à un placebo ou l'absence de traitement sur un total de 1326 femmes qui suivent un traitement de l’infertilité. Les données sont à jour jusqu'en octobre 2017.

Résultats principaux

Seulement trois des études incluses ont fait état de taux de natalité vivante. Dans l'ensemble, les vasodilatateurs font probablement peu ou pas de différence dans les taux de naissances vivantes. Des données de qualité modérée montrent que les vasodilatateurs augmentent probablement les taux globaux d'effets indésirables (y compris les céphalées et la tachycardie (rythme cardiaque plus rapide que la normale)) par rapport au placebo ou à aucun traitement. Toutefois, des preuves de faible qualité suggèrent que les vasodilatateurs peuvent augmenter les chances de grossesse.

Qualité des preuves

La qualité des données probantes est faible à modérée. D'autres recherches sont nécessaires (une étude est en cours et sera intégrée à cette revue dans une mise à jour ultérieure).

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les vasodilatateurs augmentent le taux de naissances vivantes chez les femmes qui suivent un traitement de l’infertilité. Cependant, des données de faible qualité suggèrent que les vasodilatateurs peuvent augmenter légèrement les taux de grossesse clinique. Des données de qualité moyenne montrent que les vasodilatateurs augmentent les effets indésirables globaux par rapport au placebo ou à l'absence de traitement. Des études d'une puissance adéquate doivent être réalisées pour pouvoir évaluer chaque traitement de façon plus précise.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le taux de grossesses réussies menées à terme a à peine augmenté depuis que la première technique de procréation assistée (TPA) est devenue disponible. Des vasodilatateurs ont été proposés pour augmenter la réceptivité endométriale, épaissir l'endomètre et favoriser la relaxation utérine, ce qui pourrait améliorer la réceptivité utérine et augmenter les chances de succès de la grossesse assistée.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des vasodilatateurs chez les femmes suivant un traitement de l’infertilité.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les bases de données électroniques, les registres d'essais et les sites Web suivants : le Registre spécialisé des essais contrôlés du Cochrane Gynaecology and Fertility Group (CGF), le Registre central des essais contrôlés de Cochrane, via le Cochrane Register of Studies Online (CRSO), MEDLINE, Embase, PsycINFO, le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL), Web of Knowledge, Open System for Information sur la littérature grecque en Europe (OpenSIGLE), le Latin American and Caribbean Health Science Information Database (LILACS), registres d’essais cliniques, et les listes de références des articles pertinents. Nous avons effectué la recherche en octobre 2017 et n'avons appliqué aucune restriction linguistique.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les vasodilatateurs seuls ou en association avec d'autres traitements à un placebo ou à aucun traitement ou à d'autres agents chez des femmes sous traitement de l’infertilité.

Recueil et analyse des données: 

Quatre auteurs de revue ont indépendamment choisi des études, évalué le risque de biais, extrait des données et calculé les risques relatifs (RR). Nous avons combiné les données de l'étude à l'aide d'un modèle à effet fixe et évalué la qualité des données probantes à l'aide des méthodes GRADE (Grades of Recommendation, Assessment, Development and Evaluation Working Group). Nos principaux critères de jugements ont été une naissance vivante ou une grossesse en cours et des effets indésirables des vasodilatateurs. Les critères de jugements secondaires comprenaient la grossesse clinique, l'épaisseur de l'endomètre, la grossesse multiple, la fausse couche et la grossesse extra-utérine.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 15 études avec un total de 1326 femmes. Toutes les études comprenaient une comparaison entre un vasodilatateur et un placebo ou l'absence de traitement. Nous avons jugé que la plupart de ces études ne présentaient pas un réel risque de biais. Dans l'ensemble, la qualité des données probantes était faible à modérée pour la plupart des critères de jugements. Les principales limites étaient l'imprécision due au faible nombre d'événements et de participants et le risque de biais dû au manque de clarté des méthodes de randomisation.

Les vasodilatateurs font probablement peu ou pas de différence dans les taux de naissances vivantes par rapport au placebo ou pas de traitement (RR 1,18, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,83 à 1,69 ; trois ECR ; N = 350 ; I² = 0 % ; qualité moyenne des résultats) mais augmentent probablement les taux généraux des effets indésirables, dont les céphalées et la tachycardie (RR 2,35, 95 % IC 1,51 à 3,66 ; quatre ECR ; N = 418 ; I² = 0 % ; qualité moyenne des résultats). Les données probantes suggèrent que si 236 femmes sur 1000 accouchent d’un enfant vivant avec le placebo ou sans traitement, alors entre 196 et 398 sur 1000 le feront avec l'utilisation de vasodilatateurs.

Comparé au placebo ou à l'absence de traitement, les vasodilatateurs peuvent améliorer légèrement les taux de grossesse clinique (RR 1,45, IC à 95 % 1,19 à 1,77 ; 11 ECR ; N = 1054 ; I² = 6 % ; faible qualité des résultats). Les vasodilatateurs font probablement peu ou pas de différence dans les taux de gestation multiple (RR 1,15, IC à 95 % 0,55 à 2,42 ; trois ECR ; N = 370 ; I² = 0 % ; faible qualité des résultats), fausse couche (RR 0,83, IC à 95 % 0,37 à 1,86 ; trois ECR ; N = 350 ; I² = 0 % ; faible qualité des résultats) ou grossesse ectopique (RR 1,48, IC à 95 % 0,25 à 8,69 ; deux ECR ; N = 250 ; I² = 5 % ; faible qualité des résultats). Toutes les études ont révélé un avantage pour l'épaississement de l'endomètre, mais les effets signalés variaient (I² = 92 %) et allaient d'une différence moyenne de 0,80 plus élevé (IC 95 % : 0,18 à 1,42) à 3,57 plus élevé (IC 95 % : 3,01 à 4,13) avec des données de très faible qualité, ce qui nous empêche d'interpréter ces résultats de façon claire.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Amytis Heim pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.