L'enrichissement du riz en vitamines et minéraux pour lutter contre la malnutrition en micronutriments

Quel est l’objectif de la revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était d'évaluer si l'enrichissement du riz avec un ou plusieurs micronutriments (vitamines ou minéraux) dans la population générale âgée de deux ans ou plus améliore l'état nutritionnel.

Messages principaux

L'enrichissement du riz en fer seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments semble faire peu ou pas de différence dans le risque d'anémie, mais réduit probablement le risque de carence en fer et augmente les concentrations moyennes d'hémoglobine dans la population de deux ans ou plus. Si de la vitamine A est ajoutée, elle peut réduire le risque de carence en vitamine A et, lorsque de l'acide folique est ajouté, le riz enrichi peut légèrement augmenter les concentrations sériques de folate.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

La malnutrition en micronutriments compromet la santé et le bien-être des populations dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire. L'enrichissement est l'ajout d'éléments nutritifs aux aliments pour améliorer leur qualité nutritionnelle. Le riz est largement consommé comme aliment de base et peut être adopté comme véhicule alimentaire pour l'enrichissement. Cette revue porte sur les avantages et les inconvénients de l'enrichissement du riz avec des vitamines et des minéraux sur l'état micronutritionnel et sur la santé, chez les participants âgés de deux ans et plus, en plus des résultats relatifs aux carences en fer, vitamine A, zinc et folate.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons identifié 17 études (impliquant 10 483 participants) du Bangladesh, du Brésil, du Burundi, du Cambodge, de l'Inde, de l'Indonésie, du Mexique, des Philippines, de Thaïlande et des États-Unis. Douze études ont été randomisées (2 238 participants) ; 10 portaient sur des enfants et deux sur des femmes non enceintes non allaitantes. En plus du fer, certaines études contenaient de la vitamine A, du zinc ou de l'acide folique comme agents fortifiants, seuls ou en combinaison. Cinq études non randomisées (8245 participants) ont été évaluées pour compléter l'information sur la mise en œuvre et l'impact de l'enrichissement. Les études incluses ont été financées par des gouvernements, des organisations privées et non gouvernementales, ainsi que d'autres institutions universitaires. Les sources de financement ne semblent pas avoir modifié les résultats.

Nous ne savons pas si l'enrichissement du riz en fer et autres micronutriments réduit le risque d'anémie, bien que cette intervention puisse augmenter les concentrations moyennes d'hémoglobine (un biomarqueur de l'anémie). Nous ne savons pas si l'enrichissement du riz en fer seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments, comparé à l'absence d'enrichissement, réduit le risque de carence en fer.

De plus, la consommation de vitamine A dans le riz enrichi semble faire peu de différence sur les concentrations d'hémoglobine et de rétinol sérique (un biomarqueur de la vitamine A nutritionnelle). Nous ne savons pas si l'enrichissement du riz a des effets négatifs, à moyen ou à long terme, car les preuves étaient très limitées. Nous avons constaté que la certitude globale des éléments de preuve variait de très faible à faible. De plus, toutes les études ont utilisé du fer pour fortifier le riz, de sorte que l'effet des nutriments isolés peut être caché. Il n'y a pas eu de biais de publication significatif parmi ces études.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché les études qui avaient été publiées jusqu'au 10 décembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

L'enrichissement du riz en fer seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments semble faire peu ou pas de différence dans le risque de souffrir d'anémie ou de carence en fer et nous sommes incertains quant à une augmentation des concentrations moyennes d'hémoglobine dans la population générale de plus de 2 ans. L'enrichissement du riz avec du fer et d'autres micronutriments tels que la vitamine A ou l'acide folique semble faire peu ou pas de différence dans le risque de carence en vitamine A ou dans la concentration sérique de folate. On dispose de peu de données sur les effets néfastes de l'enrichissement du riz.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'enrichissement du riz avec des vitamines et des minéraux a le potentiel d’améliorer l’état nutritionnel des populations dans les pays consommateurs de riz où des carences en micronutriments existent. Au niveau mondial, 490 millions de tonnes métriques de riz sont consommées chaque année. C'est la culture vivrière de base d'environ trois milliards de personnes.

Objectifs: 

Déterminer les avantages et les inconvénients de l'enrichissement du riz en vitamines et en minéraux (fer, vitamine A, zinc ou acide folique) sur l'état micronutritionnel et la santé dans la population générale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et 16 autres jusqu'au 10 décembre 2018. Nous avons effectué une recherche sur le site ClinicalTrials.gov et dans le site Web de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) intitulé International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) le 10 décembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés et quasi-randomisés (avec randomisation individuelle ou en grappes) et des études avant/après contrôlées. Les participants étaient des personnes âgées de plus de deux ans (y compris les femmes enceintes) de n'importe quel pays. L'intervention portait sur du riz enrichi d'au moins un micronutriment ou d'une combinaison de plusieurs micronutriments (fer, acide folique, zinc, vitamine A ou autres vitamines et minéraux) par rapport au riz non enrichi ou sans intervention.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les études et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 études (10 483 participants) et identifié deux études en cours. Douze études incluses étaient des essais contrôlés randomisés (ECR), avec 2 238 participants après ajustement pour le regroupement dans deux ECR en grappes, et cinq étaient des études non randomisées avec quatre études avant/après contrôlées et une étude transversale cas-témoins (8 245 participants). Quatre études ont été menées en Inde, trois en Thaïlande, deux aux Philippines, deux au Brésil, deux au Bangladesh, au Burundi, au Cambodge, en Indonésie, au Mexique et aux États-Unis. Deux études portaient sur des femmes non enceintes et non allaitantes et dix sur des enfants d'âge préscolaire ou scolaire.

Les 17 études ont toutes fait état d'enrichissement en fer. Parmi ces études, six ont enrichi du riz uniquement avec du fer ; onze ont ajouté d'autres micronutriments (fer, zinc et vitamine A, et acide folique). Une étude avait un bras avec de la vitamine A seule et un bras avec des caroténoïdes seuls. La teneur en fer variait de 0,2 à 112,8 mg/100 g de riz non cuit, donné pendant une période variant de deux semaines à 48 mois.

Treize études n'ont pas clairement décrit ni la génération de séquences, ni le masquage de l’allocation. Onze études présentaient un faible taux d'attrition. Rien n'indique qu’il y ait eu une publication sélective parmi ces études Nous avons examiné deux ECR présentant un faible risque global de biais et dix un risque global élevé de biais. Un ECR présentait un risque élevé ou peu clair de biais dans la plupart des domaines. Toutes les études avant/après contrôlées présentaient un risque élevé ou un risque incertain de biais dans la plupart des domaines. Les études incluses ont été financées par des gouvernements, des organisations privées et non gouvernementales, ainsi que d'autres institutions universitaires. Les sources de financement ne semblent pas avoir modifié les résultats. Nous avons utilisé les études non randomisées dans la synthèse qualitative, mais nous les avons exclues de l'analyse quantitative et des conclusions de la revue parce qu'elles fournissaient surtout de l'information contextuelle et une information quantitative limitée.

Riz enrichi de fer seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments par rapport au riz non enrichi (aucun micronutriment ajouté)

L'enrichissement du riz en fer (seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments) semble faire peu ou pas de différence dans le risque d'anémie (risque relatif (RR) 0,72, intervalle de confiance à 95% (IC) 0,54 à 0,97 ; I2 = 74% ; 7 études, 1634 participants ; faible certitude) et semble réduire le risque de déficience en fer (RR 0,66, 95% IC 0,51 à 0,84 ; 8 études, 1733 participants ; preuve faible certitude). L'enrichissement du riz semble augmenter l'hémoglobine moyenne (différence moyenne (DM) de 1,83, IC à 95 % de 0,66 à 3,00 ; I2 = 54 % ; 11 études, 2163 participants ; preuve de faible certitude) et semble faire peu ou pas de différence avec une carence en vitamine A (la vitamine A étant un des micronutriments du groupe enrichissement) (RR 0,68, IC à 95 % 0,36-1,29 ; I2 = 37 % ; 4 études, 927 participants ; preuve de faible certitude). Selon une étude, l'enrichissement du riz (avec de l'acide folique comme micronutriment) pourrait améliorer le taux de folate sérique ou plasmatique (nmol/L) (DM 4,30, IC à 95 %, 2,00 à 6,60 ; 215 participants ; données peu fiables). Selon une étude, l'enrichissement du riz en fer seul ou avec d'autres micronutriments semble légèrement augmenter le risque d'infection par l'ankylostome (RR 1,78, IC à 95 %, 1,18 à 2,70 ; 785 participants ; données peu fiables). Nous ne sommes pas certains de l'effet du riz enrichi sur la diarrhée (RR 3,52, IC à 95 % : 0,18 à 67,39 ; 1 étude, 258 participants ; preuve de très faible certitude).

Riz enrichi en vitamine A seul ou en combinaison avec d'autres micronutriments par rapport au riz non enrichi (aucun micronutriment ajouté)

Dans un bras d’une étude, le riz était enrichi en vitamine A seulement, comparé à un bras avec du riz non enrichi. L'enrichissement du riz en vitamine A (en combinaison avec d'autres micronutriments) peut augmenter le taux moyen d'hémoglobine (DM 10,00, IC à 95 % : 8,79 à 11,21 ; 1 étude, 74 participants ; données peu fiables). Le riz enrichi en vitamine A peut légèrement améliorer la concentration sérique de rétinol (DM 0,17, IC à 95 % : 0,13 à 0,21 ; 1 étude, 74 participants ; preuve de faible certitude).

Aucune étude n'a fourni de données permettant de comparer l'enrichissement du riz par rapport à l'absence d'intervention. Les études sur l'acide folique et le zinc incluaient également une supplémentation en fer dans les bras avec enrichissement. Nous les avons donc présentées dans le cadre de la première comparaison.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Alan Charissou et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.