Comparaison de la coloscopie avec injection d'eau et insufflation d'air

La coloscopie est un examen visuel de la paroi interne du gros intestin (côlon) avec une caméra montée sur un tube souple introduit par l'anus. Elle permet le diagnostic visuel des maladies colorectales et constitue en particulier un outil important dans le dépistage du cancer colorectal, qui fait désormais référence pour la détection précoce des tumeurs et polypes de la paroi intestinale. Les polypes pouvant évoluer en cancer colorectal, la procédure standard consiste à les éliminer lorsqu'ils sont identifiés ; la coloscopie permet l'ablation des polypes et limite ainsi le recours à la chirurgie ouverte.

Le degré de protection contre le cancer colorectal conféré par la coloscopie dépend de son exécution technique. Par exemple, il est important que la coloscopie soit réalisée sur toute la longueur du côlon afin d'examiner tous les segments de celui-ci. Une autre mesure de la qualité d'une coloscopie est sa capacité de détecter une lésion du côlon, par exemple un adénome.

Dans la coloscopie standard, de l'air est insufflé dans le côlon afin d'en élargir la lumière pour une meilleure visualisation et pour faciliter l'avancement du coloscope dans l'intestin. Des essais cliniques récents ont suggéré que l'utilisation d'eau au lieu d'air pouvait minimiser l'inconfort du patient et faciliter le passage du coloscope à travers les segments difficiles du côlon. En outre, l'eau injectée pour la coloscopie peut éliminer les résidus fécaux et améliorer ainsi la vue et la détection des adénomes.

L'objectif de cette revue était de comparer l'efficacité de la nouvelle méthode de coloscopie avec injection d'eau avec la procédure standard de la coloscopie avec insufflation d'air.

Nous avons inclus 16 essais regroupant 2933 coloscopies. La revue a montré que la coloscopie était aussi complète avec une injection d'eau qu'avec l'insufflation d'air habituelle et que la détection des adénomes (participants avec au moins un adénome détecté) était meilleure avec une injection d'eau (36 % contre 31 % dans le groupe avec insufflation d'air).

En outre, les participants avaient significativement moins de douleurs après une coloscopie à l'eau qu'avec la procédure standard.

La détection de cancers et de lésions précancéreuses pendant une coloscopie standard est loin d'être parfaite. Des améliorations, si modestes soient-elles, de la détection des adénomes par la coloscopie avec injection d'eau peuvent permettre d'augmenter le taux de détection et de réduire ainsi le risque de développement d'un cancer colorectal après une coloscopie sans résultats anormaux.

Conclusions des auteurs: 

L'injection d'eau au cours d'une coloscopie n'améliore pas le taux d'intubation cæcale, marquant le caractère complet des coloscopies, par rapport à la coloscopie standard avec insufflation d'air. En revanche, elle augmente légèrement la détection des adénomes, évaluée par deux mesures différentes (taux de détection des adénomes et le nombre d'adénomes détectés par examen). Cette amélioration de la détection des adénomes pourrait être due à l'effet détersif exercé par l'eau injectée sur la muqueuse. La détection des lésions précancéreuse avec la coloscopie standard est sous-optimale et une amélioration de la détection des adénomes, si modeste soit-elle, par la coloscopie avec injection d'eau pourrait contribuer à réduire le risque de cancer colorectal entre deux examens. Le bénéfice le plus évident de la coloscopie avec injection d'eau est une réduction des douleurs abdominales après l'examen, qui pourrait améliorer l'acceptation de la coloscopie de dépistage et de surveillance.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La coloscopie est une modalité diagnostique et thérapeutique largement utilisée. Une forte proportion de la population est susceptible de subir une coloscopie pour le diagnostic et le traitement des maladies colorectales, ou dans le cadre de programmes de dépistage du cancer colorectal. Afin de rendre l'examen moins douloureux et d'améliorer ainsi son acceptation par les patients, l'injection d'eau a été proposée pendant la phase d'insertion de l'endoscope, au lieu de l'insufflation d'air traditionnelle. En outre, la méthode avec injection d'eau pourrait améliorer la détection précoce de tumeurs précancéreuses.

Objectifs: 

Comparer la coloscopie avec injection d'eau à la méthode standard avec insufflation d'air, en évaluant en particulier la qualité technique et l'efficacité du dépistage, ainsi que l'acceptation de la méthode par les patients.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le cancer colorectal (février 2014), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2014, numéro 1), Ovid MEDLINE (de 1950 à février 2014), Ovid EMBASE (de 1974 à février 2014), et ClinicalTrials.gov (de 1999 à février 2014) pour trouver des essais contrôlés randomisés éligibles.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comparant l'injection d'eau (méthodes avec renouvellement de l'eau ou l'immersion dans l'eau) aux méthodes standard d'insertion avec insufflation d'air.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment les études à inclure et en ont extrait les données. Nous avons effectué une analyse en utilisant le logiciel Review Manager (RevMan 5).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 16 essais contrôlés randomisés, comprenant 2933 coloscopies. Les critères d'évaluation principaux étaient le taux d'intubation cæcale et le taux de détection des adénomes ; les critères d'évaluation secondaires étaient le temps nécessaire pour atteindre le cæcum, la douleur ressentie par les participants au cours de la procédure, l'achèvement de l'intubation cæcale sans sédation ou analgésie et les événements indésirables. Le caractère complet de la coloscopie, mesuré par le taux d'intubation cæcale, était similaire entre les méthodes avec injection d'eau et insufflation d'air (risque relatif 1,00, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,97 à 1,03, P = 0,93). Le taux de détection des adénomes, mesuré comme le nombre de participants chez lesquels au moins un adénome a été détecté, a été légèrement amélioré avec la méthode avec injection d'eau (risque relatif 1,16, IC à 95 % de 1,04 à 1,30, P = 0,007). En supposant que la fraction de patients subissant une coloscopie de dépistage chez lesquels un ou plusieurs adénomes ont été détectés était de 20 % avec la coloscopie standard, l'utilisation de la coloscopie avec injection d'eau peut augmenter cette proportion à 23 %. Nos résultats suggèrent que sur plus de 1,7 million de coloscopies de dépistage ambulatoires effectuées chaque année aux États-Unis, on aurait pu détecter des adénomes chez jusqu'à 68 000 sujets de plus en utilisant la coloscopie avec injection d'eau. En outre, les participants ont ressenti une diminution significative de la douleur avec l'injection d'eau (différence moyenne du score de douleur sur une échelle de 0 à 10 : -1,57, IC à 95 % de -2,00 à -1,14, P < 0,00001) et une proportion significativement plus faible de participants ont demandé une sédation ou une analgésie, ou les deux (risque relatif 1,20, IC à 95 % de 1,14 à 1,27, P <  0,00001). L'analyse qualitative suggère que la coloscopie avec injection d'eau n'était pas associée à une augmentation notable du taux d'événements indésirables par rapport à la procédure standard.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.