Mesure des β-D-glucanes pour détecter les infections fongiques invasives chez les personnes immunodéprimées

Pourquoi est-il important d'améliorer le diagnostic des infections fongiques invasives ?
Les infections fongiques surviennent chez les personnes qui ne sont pas capables de lutter contre l'infection, et ces infections peuvent engager le pronostic vital dans ce groupe de personnes. Les infections fongiques sont difficiles à diagnostiquer. Le fait de ne pas reconnaître une infection fongique lorsqu'elle est présente (un faux négatif) entraîne un retard de traitement et de moins bons résultats. Un diagnostic incorrect de l'infection (un faux positif) pourrait entraîner un gaspillage de ressources et des examens et traitements inutiles.

Quel est l’objectif de la revue ?
L'objectif de cette revue est de déterminer la précision d'un test sanguin pour le diagnostic des infections fongiques chez les personnes qui ne peuvent pas lutter contre l'infection. Les auteurs de la revue ont inclus 49 études pour répondre à cette question.

Qu’a-t-il été étudié dans cette revue ?
Cinq types de tests sanguins ont été comparés. Tous ces tests utilisent des méthodes biochimiques similaires pour détecter la présence d'une molécule de sucre (β-D-glucane) qui est un composant de la paroi cellulaire fongique. Cette molécule n'est normalement pas présente dans le sang, sa détection indique donc la présence de champignons. Les tests nécessitent un échantillon de sang, qui est ensuite envoyé à un laboratoire pour analyse. Le diagnostic des infections fongiques est difficile et n'est souvent posé qu'après que la maladie ait évolué. Les tests sanguins peuvent fournir un diagnostic plus précoce, ils présenteraient donc un avantage par rapport aux méthodes actuelles.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?
Cette revue comprenait des études portant sur 6244 personnes qui risquaient de contracter des infections fongiques. Les résultats des études montrent que la précision varie considérablement d'une étude à l'autre. La variation était si importante qu'il n'a pas été possible d'obtenir une estimation fiable de la précision des différents tests.

Les résultats des études de cette revue sont-ils fiables ?
Dans les études incluses, le diagnostic d'infection fongique invasive a été établi à l'aide de critères élaborés par l'Organisation européenne de Recherche sur le Traitement du Cancer (‎OERTC)‎*. Les critères de l'OERTC sont considérés comme fiables et les études ont généralement été bien menées, il est donc probable que les diagnostics de référence étaient exacts. La précision des tests sanguins pour les infections fongiques invasives était très variable. Certaines études ont montré que le test sanguin était précis, mais d'autres ont constaté que le test sanguin n'était pas très précis. La raison de cette variation n'est pas comprise.

*Les critères de l'OERTC fournissent le diagnostic de référence. Les résultats du test sanguin sont comparés au diagnostic de référence.

À qui s’appliquent les résultats de cette revue ?
La plupart des études incluses ont été réalisées dans des centres hospitaliers universitaires ou des hôpitaux publics aux États-Unis, en Allemagne et en Italie. Les affections sous-jacentes les plus courantes étaient le cancer (47 %) et l'admission aux soins intensifs (33 %). La majorité des participants étaient des adultes. La prévalence globale des infections fongiques invasives était de 28 %.

Quelles sont les répercussions de cette revue ?
L’exactitude du diagnostic varie considérablement d'une étude à l'autre. Il n'est pas certain que les tests sanguins puissent détecter avec précision les infections fongiques invasives. Les tests détectent avec précision la maladie dans certaines études, mais pas dans d'autres. Les raisons de la variation de la précision ne sont pas comprises.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?
Les auteurs de la revue ont recherché et examiné les études publiées jusqu'en juin 2019.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté une hétérogénéité considérable entre les études, et ces différences ont empêché une méta-analyse formelle. En raison de la grande variation des résultats, il n'est pas possible d'estimer la précision diagnostique des tests des (1→3)-β-D-glucanes dans des contextes spécifiques. Les études futures estimant la précision des tests des (1→3)-β-D-glucanes devraient être liées à la manière dont le test est utilisé dans la pratique clinique et devraient décrire clairement le protocole d'échantillonnage et la relation entre le moment du test et le moment du diagnostic.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les infections fongiques invasives (IFI) sont des infections opportunistes potentiellement mortelles qui surviennent chez des personnes immunodéprimées ou en phase critique. La détection et le traitement précoces des IFI sont essentiels pour réduire la morbidité et la mortalité dans ces populations. Le (1→3)-β-D-glucane (BDG) est un composant de la paroi cellulaire fongique qui peut être détecté dans le sérum des individus infectés. Le test sérique du BDG est un moyen de détecter rapidement ces infections et d'initier un traitement avant qu'elles n’engagent le pronostic vital. Cinq versions différentes du test du BDG sont disponibles dans le commerce : Fungitell, Glucatell, Wako, Fungitec-G et Dynamiker Fungus.

Objectifs: 

Comparer la précision diagnostique des tests disponibles dans le commerce pour la BDG sérique afin de détecter certaines infections fongiques invasives (IFI) chez les personnes immunodéprimées ou gravement malades.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches sur MEDLINE (via Ovid) et Embase (via Ovid) jusqu'au 26 juin 2019. Nous avons utilisé SCOPUS pour effectuer une recherche de citations des articles pertinents ainsi que des références citées dans ces articles. Nous n'avons imposé aucune restriction quant à la langue ou à la conception des études.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toutes les références publiées à partir de 1995, date à laquelle les premiers tests commerciaux de BDG sont devenus disponibles. Nous avons examiné les études publiées, évaluées par des pairs, sur la précision du test diagnostic du BDG pour le diagnostic des infections fongiques chez les personnes immunodéprimées ou les personnes en soins intensifs, qui utilisaient les critères de l'Organisation européenne de Recherche sur le Traitement du Cancer (‎OERTC)‎ ou un équivalent comme test de référence. Nous avons examiné tous les plans d'étude (études cas-témoins, études de cohortes prospectives avec inclusion consécutive de patients et études de cohortes rétrospectives). Nous avons exclu les études de cas et les études comportant moins de dix participants. Nous avons également exclu les études sur les animaux et en laboratoire. Nous avons exclu les résumés de réunions car ils ne fournissaient pas suffisamment d'informations.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures standard décrites dans le Manuel Cochrane pour les revues sur la Précision des Tests de Diagnostic. Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, passé au crible les études, extrait les données et évalué la qualité de chaque étude. Pour chaque étude, nous avons créé une matrice 2 × 2 et calculé la sensibilité et la spécificité, ainsi qu'un intervalle de confiance (IC) à 95%. Nous avons évalué la qualité des études incluses en utilisant l'évaluation QUADAS-2 (Quality Assessment of Studies of Diagnostic Accuracy-Revised). Nous n'avons pas été en mesure de réaliser une méta-analyse en raison des variations considérables entre les études, à l'exception de Candida. Nous avons donc fourni des statistiques descriptives telles que les fonctions d’efficacité du récepteur (courbes ROC) et les graphiques en forêt par marque de test pour montrer les variations dans les résultats des études.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dans la revue 49 études avec un total de 6244 participants. Environ la moitié de ces études (24/49 ; 49 %) ont été menées auprès de personnes atteintes d'un cancer ou d’hémopathies malignes. La plupart des études (36/49 ; 73%) ont porté sur le test Fungitell. Viennent ensuite Glucatell (5 études ; 10%), Wako (3 études ; 6%), Fungitec-G (3 études ; 6%) et Dynamiker (2 études ; 4%). Environ trois quarts des études (79 %) ont utilisé un plan d'étude prospectif ou rétrospectif avec inclusion consécutive de patients ; le reste a utilisé un plan cas-témoin.

Sur la base des seuils de détection recommandés par le fabricant pour le test Fungitell, la sensibilité allait de 27 % à 100 % et la spécificité de 0 % à 100 %. Pour le test Glucatell, la sensibilité allait de 50 à 92 % et la spécificité de 41 à 94 %. Des études limitées ont utilisé les tests Dynamiker, Wako et Fungitec-G, mais les sensibilités et les spécificités individuelles variaient respectivement de 50 à 88% et de 60 à 100%. Les résultats montrent des différences considérables entre les études, même par fabricant, ce qui a empêché une méta-analyse formelle. La plupart des études (32/49 ; 65%) n'ont eu un risque élevé de biais signalé dans aucun des domaines QUADAS-2. Les domaines QUADAS-2 qui présentaient le plus grand risque de biais comprenaient la sélection et le flux des participants ainsi que les moments des tests.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mélaine Lim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.