Traitement du sarcome de Kaposi chez les enfants atteints d'infection par le VIH-1

L'utilisation combinée du TAR et de la chimiothérapie augmente la probabilité de la rémission de SK et réduit le risque de décès chez les enfants infectés par le VIH présentant un diagnostic de SK. Nous avons trouvé quatre études observationnelles ayant examiné cette question. Dans l'ensemble, nous avons constaté que, même si les données sont rares et ajustées statistiquement de manière inadéquate, le TAR et la chimiothérapie combinés par rapport à la chimiothérapie seule et le TAR et la chimiothérapie par rapport au TAR seul augmente la probabilité de rémission de SK et réduit le risque de décès chez les enfants infectés par le VIH présentant un diagnostic de SK. La qualité de ces preuves est cependant faible. De futurs essais cliniques sur les options de traitement de SK chez des enfants infectés par le VIH sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les données décrivant l'efficacité des différentes options de traitement pour inclure la chimiothérapie et le TAR chez les enfants atteints de SK sont rares. Cependant, l'utilisation du TAR associée à un traitement de chimiothérapie pourrait être supérieure à l'utilisation du TAR seul ou de la chimiothérapie seule.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le sarcome de Kaposi (SK) reste la deuxième malignité liée au VIH la plus fréquemment diagnostiquée dans le monde et la malignité liée au VIH la plus courante en Afrique sub-saharienne où le VIH est le plus fréquent et le virus de l'herpès 8 (HHV-8), l'agent de précipitation pour le développement de SK, est endémique. La majorité des patients atteints de SK seraient susceptibles de bénéficier d'une chimiothérapie systémique en complément à l'initiation au traitement antirétroviral (TAR). Cependant, comme la stadification pédiatrique et les critères de traitement ne sont pas facilement disponibles, aucun critère de traitement n'est uniforme.

Objectifs: 

Décrire l'efficacité des options actuelles de traitement pour le SK associé au VIH chez les populations d'enfants traités au TAR.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé les méthodes Cochrane standard pour consulter les bases de données électroniques et les actes de congrès en utilisant des termes de recherche pertinents, sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés, études de cohorte et cas-témoins portant sur des nourrissons et des enfants infectés par le VIH < à 18 ans traités par TAR et présentant un diagnostic de SK.

Recueil et analyse des données: 

Les résumés de toutes les études identifiées par lecture électronique ou bibliographique ont été examinés de manière indépendante par deux auteurs. Nous avions initialement identifié 920 références bibliographiques et examiné en détail l'éligibilité de 15 études. Les données ont été extraites indépendamment au moyen d'une fiche d'extraction standardisée.

Résultats principaux: 

Après avoir initialement dépisté 920 titres, 15 articles complets ont été rigoureusement examinés par deux auteurs. Nous avons identifié quatre études de cohorte qui répondaient à nos critères d'inclusion pour l'extraction des données, le codage et une potentielle méta-analyse.

À l'aide de l'échelle Newcastle-Ottawa et des évaluations des risques de biais de Cochrane, toutes les études observationnelles possédaient des cohortes qui étaient représentatifs de la moyenne des enfants (traités et non traités) infectés par le VIH et souffrant du sarcome de Kaposi. Pour tous les critères de jugement d'intérêt, aucune étude n'était ajustée à tout autre facteur potentiellement confusionnel. Deux des quatre études observationnelles décrivaient explicitement un suivi complet des participants à l'étude et/ou décrivaient les caractéristiques des participants perdus de vue.

L'utilisation du TAR associé à un traitement de chimiothérapie par rapport au TAR seul semble augmenter la probabilité de rémission de SK chez les enfants infectés par le VIH et présentant un diagnostic de SK, bien que les données soient rares et incorrectement ajustées à la stadification de la maladie et des comorbidités. En outre, bien que les données soient rares, dans certaines analyses, l'utilisation du TAR associé à un traitement de chimiothérapie par rapport à la chimiothérapie seule semble augmenter la probabilité de rémission de SK et réduire le risque de décès chez les enfants infectés par le VIH et présentant un diagnostic de SK.

Dans cette analyse, nous avons constaté que la qualité des preuves était très faible en raison des échantillons de petite taille et d'une pénurie de littérature pédiatrique.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.