Homéopathie pour le traitement du syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble chronique courant qui se caractérise par une altération des habitudes intestinales et des douleurs abdominales, une gêne, des ballonnements, de la constipation ou des diarrhées ou les deux. Il est difficile à traiter, car aucune cause unique n’a été identifiée. Le SCI dégrade la qualité de vie liée à la santé et la productivité au travail. À ce jour, il n'existe pas de consensus concernant le traitement du SCI le plus adéquat. Par conséquent, il est important d'évaluer l'efficacité et l'innocuité des traitements, y compris le traitement homéopathique dont certaines personnes atteintes du SCI utilisent. L’homéopathie clinique correspond à un remède pour traiter un trouble spécifique (tel que l’arnica pour traiter les ecchymoses), tandis que l’homéopathie individualisée implique une série de consultations approfondies pour évaluer les symptômes, les effets des remèdes et d'autres problèmes qui peuvent affecter le patient, afin de sélectionner le « remède » approprié. L’homéopathie individualisée inclut à la fois une consultation et un remède, alors que l’homéopathie clinique consiste en une investigation sans la consultation approfondie.

Cette revue a identifié trois essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur un total de 213 participants. Deux ECR (129 participants) comparaient un remède homéopathique à un placebo pour le traitement du SCI avec prédominance de constipation. L'autre étude (23 participants) comparait le traitement homéopathique individualisé (consultation plus remède) aux soins habituels chez les patients présentant un diagnostic du SCI. Les soins habituels comprenaient des doses élevées de chlorhydrate de dicyclomine (un médicament antispasmodique) et des agents gonflants comme traitement fécale(tels que les aliments riche en fibres). Les patients du groupe de soins habituels suivaient un régime alimentaire en fibres élevé. Les trois essais étudiaient les effets du traitement homéopathique sur la gravité des symptômes du SCI. Aucune des études incluses n'a rendu compte des effets secondaires. Les ECR comparant les traitements homéopathiques individualisés aux soins habituels n’ont trouvé aucune différence statistiquement significative entre le traitement homéopathique et les soins habituels. Aucune conclusion ne peut être apportée dans cette étude en raison du petit nombre de participants et de la faible qualité de notification. De plus, cette étude a été effectuée en 1990 et les soins habituels pour le SCI ont depuis peut-être été modifiés. Par conséquent, on ne connait pas la performance du traitement homéopathique individualisé en comparaison avec les soins habituels. Une analyse combinée de deux petites études (129 participants) suggère un avantage potentiel pour l’homéopathie clinique, en utilisant l’asafoetida, par rapport au placebo pour les patients atteints du SCI avec prédominance de constipation sur un suivi à court terme de deux semaines. Cependant, les deux études ont été effectuées dans les années 1970, lorsque le compte-rendu des essais n'était pas aussi exhaustif qu’aujourd'hui. Ces études étaient sujettes à un biais, ce qui rend difficile de déterminer si les avantages trouvés dans ces études reflètent véritablement l'efficacité du traitement homéopathique. D’autres ECR de haute qualité portant sur un plus grand nombre de patients sont nécessaires pour évaluer l'efficacité et l’innocuité de l’homéopathie clinique et individualisée par rapport à un placebo ou aux soins habituels.

Conclusions des auteurs: 

Une analyse combinée de deux petites études suggère un potentiel avantage pour l’homéopathie clinique, en utilisant le remède asafoetida, par rapport au placebo pour le traitement du SCI avec prédominance de constipation. Ces résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de la faible qualité de notification dans ces essais, d’un risque de biais élevé ou incertain, d'un suivi à court terme et de l'éparpillement des données. Une petite étude n'a trouvé aucune différence en termes de statistiques entre l’homéopathie individualisée et les soins habituels (définis comme des doses élevées de chlorhydrate dicyclomine, des agents gonflants comme traitement fécal, et un régime alimentaire riche en fibres). Aucune conclusion ne peut être apportée dans cette étude en raison du faible nombre de participants et du risque de biais élevé. De plus, il est probable que les soins habituels aient changé depuis la réalisation de cet essai. D’autres ECR de haute qualité, présentant des statistiques adéquates, sont nécessaires pour évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'homéopathie clinique et individualisée par rapport à un placebo ou aux soins habituels.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble fréquent, trouble chronique qui conduit à une diminution de la qualité de vie et de la productivité au travail. Les directives thérapeutiques reposant sur des données factuelles n'ont pas été en mesure de suggérer des recommandations sur les effets du traitement homéopathique pour le SCI, car aucune des revues systématiques n’a été réalisée pour évaluer l'efficacité des médicaments homéopathiques pour le traitement du SCI. Deux types de traitement homéopathique ont été évalués dans cette revue systématique. Lors d’homéopathie clinique, un remède spécifique est prescrit pour un trouble spécifique. Ce qui diffère d’un traitement homéopathique individualisé, où un remède homéopathique est prescrit selon les symptômes individuels après une consultation détaillée.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du traitement homéopathique pour le traitement du SCI.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE, le registre Cochrane des essais contrôlés, EMBASE, Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL), Allied and Complementary Medicine Database (AMED), le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les MII/TFI, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'évaluation et la base de données de la Bibliothèque Homéopathique (Hom-inform) depuis leur création jusqu' en février 2013.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR), les études de cohorte et les cas-témoins comparant un traitement homéopathique à un placebo, d'autres traitements de contrôle, ou aux soins habituels chez les adultes atteints du SCI, ont été pris en compte pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué les risques de biais et extrait les données. Le critère de jugement principal était l'amélioration globale du SCI. La qualité globale des preuves indiquent que ce résultat a été évalué selon les critères GRADE. Nous avons calculé la différence moyenne (DM) avec un intervalle de confiance (IC) à 95% pour les résultats continus et le risque relatif (RR) et l'IC à 95% pour les résultats dichotomiques.

Résultats principaux: 

Trois ECR (213 participants) ont été inclus. Aucune étude de cohorte ou de cas-témoins n’a été identifiée. Deux études publiées en 1976 et 1979 comparaient l’homéopathie clinique (remède homéopathique) à un placebo pour le traitement du SCI avec prédominance de constipation. Une étude publiée en 1990 comparait le traitement homéopathique individualisé (consultation plus remède) aux soins habituels (définis comme des doses élevées de chlorhydrate dicyclomine, des agents gonflants comme traitement fécal et un régime alimentaire riche en fibres) pour le traitement du SCI chez les patients de sexe féminin. En raison de la faible qualité de notification dans les trois études incluses et pour la plupart des critères, le risque de biais était incertain et élevé pour certains critères d'inclusion. Une méta-analyse de deux petites études (129 participants atteints du SCI avec prédominance de constipation) a trouvé une différence statistiquement significative dans l'amélioration globale entre le remède homéopathique asafoetida et un placebo sur un suivi à court terme de deux semaines. 73% des patients dans le groupe homéopathique se sont améliorés par rapport à 45% des patients sous placebo (RR 1,61, IC à 95% de 1,18 à 2,18). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative en termes d'amélioration globale entre les remèdes homéopathiques asafoetida plus nux vomica et un placebo. 68% des patients dans le groupe homéopathique ont constaté une amélioration par rapport à 52% des patients sous placebo (1 étude, N =42, RR de 1,31, IC à 95% de 0,80 à 2,15). Les analyses GRADE évaluaient la qualité globale des preuves pour le critère de jugement sur l’amélioration globale comme étant très faible en raison du risque de biais élevé ou incertain, d'un suivi à court terme et de l'éparpillement des données. Aucune différence statistiquement significative n’a été trouvée entre le traitement homéopathique individualisé et les soins habituels (1 ECR, N =20) pour le critère de jugement sur le « malaise », où les participants présentaient un score sur « l’état dans lequel ils se sentaient» avant et après le traitement (DM 0,03; IC à 95% - de 3,16 à 3,22). Aucune des études incluses n'a rendu compte des effets indésirables.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.