Perfusion d'albumine humaine pour le traitement de l’œdème chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique

Problématique

Le syndrome néphrotique est un trouble rénal qui provoque l'excrétion de grandes quantités de protéines dans l'urine. La perte de protéines entraine une rétention du liquide qui est normalement excrété dans l'urine. L’œdème, se forme souvent aux chevilles et parfois aux mains et au visage.

L'œdème est souvent traité par un diurétique (un médicament qui stimule les reins pour augmenter l'excrétion de sel et d'eau). Cependant, dans le syndrome néphrotique, les diurétiques seuls ne fonctionnent souvent pas. L'albumine humaine a été utilisée pour remplacer la protéine perdue. L’œdème peut alors être drainé dans la circulation sanguine pour être excrété par les reins. Cette protéine peut être administrée seule ou en association avec un diurétique. Nous voulions savoir si l'albumine pouvait traiter l'œdème chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique.

Comment avons-nous procédé ?

Nous avons cherché des essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi- ECR comparant (1) l'albumine avec un placebo ou sans traitement, (2) l'albumine avec un diurétique, (3) l'albumine combinée avec un diurétique par rapport à un diurétique seul, ou (4) l'albumine avec un autre traitement. Nous avons exclu les études en cross-over, mais nous aurions inclus les données de la première période avant le cross-over si elles étaient disponibles. La dernière recherche a été effectuée en juin 2019.

Qu’avons-nous trouvé ?

La revue n’a trouvé qu'un petit ECR (26 patients) comparant l'albumine humaine associé au furosémide diurétique à un placebo approprié pour l'inclusion.. Nous avons trouvé neuf études sur des personnes atteintes du syndrome néphrotique qui ont testé ces comparaisons, mais il s'agissait d'études " cross-over" que nous avons jugées inappropriées. Pour savoir s'il y avait une amélioration après l'administration d'albumine, l'étude a mesuré la perte de poids et le sodium sérique. L'effet indésirable mesuré était relatif à la tension artérielle. Bien que les auteurs aient signalé une perte de poids accrue, nous n'avons pas été en mesure de le confirmer en raison de l'incohérence entre les données présentées dans le tableau et le texte. Il n'y a eu aucun changement dans le sodium sérique ou la tension artérielle. Nous avons jugé que ces critères de jugement étaient tous d'une très faible certitude. La mort, la qualité de vie et la fonction rénale n'ont pas été signalées.

Conclusions
Étant donné qu'une seule petite étude a été trouvée, nous ne pouvons pas dire si l'albumine est efficace chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique et nous ne savons pas, d'après les études que nous avons examinées, si elle est sûre. Il n'y a aucune données probantes chez les adultes. Nous avons jugé que les données probantes étaient de faible certitude. Des ECR sont donc nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons relevé qu'une seule petite étude pertinente à notre revue, de sorte que nous ne sommes pas en mesure de tirer de conclusions concernant l'utilisation de l'albumine humaine avec ou sans diurétiques dans le syndrome néphrotique. Des ECR supplémentaires sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'œdème est un symptôme clinique courant chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique et l'albumine humaine a été largement utilisée dans le traitement de l'œdème en augmentant le volume vasculaire, ce qui provoque la diurèse. Il peut être utilisé avec ou sans diurétiques comme le furosémide. Cependant, la contribution quantitative de l'albumine humaine dans le traitement de l'œdème n'est pas entièrement comprise. Si l'albumine humaine s'avérait efficace et sûre dans le traitement de l'œdème, elle pourrait aider les cliniciens à élaborer des stratégies thérapeutiques pour améliorer la gestion de la résistance diurétique associée au syndrome néphrotique.

Objectifs: 

Cette revue visait à examiner les bienfaits et les méfaits de la perfusion d'albumine humaine pour le traitement de l'œdème associé au syndrome néphrotique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le Registre d'études sur les reins et les greffes de Cochrane jusqu'au 23 juin 2019 en communiquant avec les spécialistes de l'information à l'aide de termes de recherche pertinents à cette revue. Les études figurant dans le registre spécialisé sont identifiées par des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, les actes de conférences, le portail de recherche du Registre international des essais cliniques (ICTRP) et ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) et des quasi-ECR évaluant l'effet de la perfusion d'albumine humaine par rapport au placebo ou sans intervention, l'albumine humaine avec diurétiques par rapport aux diurétiques seuls, l'albumine humaine par rapport aux diurétiques et autres traitements, les critères de jugement cliniques, le décès, la qualité de vie, la fonction rénale et les effets indésirables chez les personnes atteintes du syndrome néphrotique. Nous avons exclu les études en cross-over, mais les données de la première période avant le cross-over devaient être incluses si elles étaient disponibles.

Recueil et analyse des données: 

Les méthodes standard de la Collaboration Cochrane ont été utilisées. Deux auteurs ont évalué de façon indépendante éligibilité, le risque de biais, la qualité de l'étude et les données extraites. Nous avons calculé la différence moyenne (DM) pour des données continues avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons évalué la certitude des données probantes en utilisant le système GRADE.

Résultats principaux: 

Une étude répondait à nos critères d'inclusion (26 enfants présentant un syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes) et 11 ont été exclus (neuf études en cross-over, une dans laquelle l'albumine n'était pas utilisée pour le syndrome néphrotique et une dans laquelle les auteurs n'ont pas indiqué si les enfants étaient atteints d'œdème). Le risque de biais pour l'étude incluse n'était pas clair pour le biais de sélection, élevé pour le biais de performance et de détection, faible pour le biais d'attrition, et élevé pour le report sélectif. L'étude incluse comparait l'albumine et le furosémide à un volume égal de dextrose. Parmi nos critères de jugements préétablis, les auteurs ont signalé une amélioration clinique sous forme de changement de poids, de sodium sérique et de tension artérielle. Les auteurs ont signalé une perte de poids plus importante dans le groupe traité à l'albumine au début, mais aucune différence globale après 10 jours. Cependant, les données du texte et des figures étaient incohérentes, de sorte que nous n'avons pas pu confirmer les déclarations des auteurs (données probantes de très faible certitude). On ne sait pas avec certitude si la perfusion d'albumine améliore le sodium sérique par rapport à un volume égal de dextrose (DM 2,00 mEq/L, IC à 95 % -0,09 à 4,09), de même pour la tension artérielle systolique (DM 2,00 mmHg, IC à 95 % -3,52 à 7,52) ou diastolique (DM 2,00 mmHg, IC à 95 % -4,29 à 8,29). La mort, la qualité de vie et la fonction rénale n'ont pas été reportées.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.