Stimulation musculaire dans l'affaiblissement d'adultes souffrant d'une maladie à un stade avancé

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Des études individuelles suggèrent que le recours à la stimulation électrique neuromusculaire, ou SENM, peut permettre d'améliorer l'affaiblissement musculaire provoqué par une maladie évolutive. La SENM utilise une unité de stimulation légère et des électrodes cutanées pour contracter les muscles. Étant donné qu'il s'agit d'une forme passive d'exercice, les patients peuvent exercer leurs muscles jambiers à domicile sans être supervisés, ce qui peut être particulièrement utile pour les personnes incapables d'effectuer les autres formes d'exercices, par exemple, en raison d'essoufflements ou de fatigue.

La présente revue prend en compte 11 essais cliniques de petite taille comparant la SENM à l'absence d'exercice ou à une « SENM placebo » chez des patients souffrant d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) à un stade avancé, d'une insuffisance cardiaque chronique ou d'un cancer du thorax. La SENM semble être efficace grâce aux programmes améliorant la force musculaire des jambes et la capacité à faire de l'exercice. Toutefois, ces effets bénéfiques doivent être confirmés dans des essais de plus grande taille et des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer les effets sur d'autres critères de jugement, comme la qualité de vie et le recours à des services médicaux.

Conclusions des auteurs: 

La SENM semble être une méthode efficace pour améliorer l'affaiblissement musculaire d'adultes souffrant de maladies évolutives, comme une MPOC, une insuffisance cardiaque chronique et le cancer. D'autres recherches sont nécessaires pour clarifier sa place au sein de la pratique clinique, en déterminant les paramètres optimaux d'un programme de SENM, les patients les plus susceptibles d'en bénéficier, ainsi que son impact sur la morbidité et l'utilisation de ce service.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients souffrant de maladies évolutives sont souvent victimes d'un affaiblissement musculaire, dont les effets sur les niveaux d'indépendance et la qualité de vie sont néfastes. Chez les personnes qui ne peuvent pas ou qui ne souhaitent pas pratiquer un exercice sous sa forme traditionnelle, la stimulation électrique neuromusculaire (SENM) pourrait être une méthode alternative pour améliorer la force musculaire de leurs jambes. Les programmes semblent être bien tolérés et ont permis d'améliorer la fonction musculaire, la capacité à pratiquer un exercice, ainsi que la qualité de vie. Toutefois, les estimations d'études individuelles concernant l'efficacité de la SENM ont une puissance statistique et une précision insuffisantes.

Objectifs: 

Objectif principal : évaluer l'efficacité de la SENM dans l'amélioration de la force musculaire d'adultes souffrant d'une maladie à un stade avancé. Objectif secondaire : examiner l'acceptabilité et la sécurité de la SENM, ainsi que les modifications de la fonction musculaire (force et endurance), de la masse musculaire, de la capacité à pratiquer un exercice, de l'essoufflement et de la qualité de vie liée à la santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des études ont été identifiées dans des recherches réalisées dans les bases de données de The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, CINAHL et PsycINFO jusqu'en juillet 2012, des références bibliographiques, des actes de conférence et des revues systématiques précédentes.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) réalisés chez des adultes souffrant d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) avancée, d'une insuffisance cardiaque chronique, d'un cancer ou du virus de l'immunodéficience humaine/syndrome de l'immunodéficience acquise (VIH/SIDA) comparant un programme de SENM en tant qu'intervention unique ou adjuvante à l'absence de traitement, à une SENM placebo ou à un groupe témoin actif. Nous n'avons imposé aucune restriction de langue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait des données concernant la conception de l'étude, les participants, les interventions et les résultats de manière indépendante. Nous avons évalué les risques de biais à l'aide d'un outil de la Cochrane Collaboration. Nous avons calculé les différences moyennes (DM) ou les différences moyennes standardisées (DMS) entre les groupes expérimentaux et témoins pour les résultats contenant suffisamment de données ; pour les autres résultats, nous avons décrit les conclusions provenant d'études individuelles.

Résultats principaux: 

Onze études, impliquant un total de 218 participants, répondaient aux critères d'inclusion (MPOC, insuffisance cardiaque chronique et cancer du thorax). La SENM améliorait de façon significative la force des quadriceps avec une DMS de 0,9 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,33 à 1,46), ce qui équivaut à environ 25 Newton-mètres (Nm) (IC à 95 % 9 à 41). Les différences moyennes entre plusieurs tests de marche, favorisant la SENM, étaient de 40 m (IC à 95 % - 4 à 84) pour le test de marche de six minutes, de 69 m (IC à 95 % 19 à 119) pour le test de marche navette à vitesse croissante et de 160 m (IC à 95 % 34 à 287) pour le test de marche navette d'endurance. Des preuves limitées étaient disponibles pour évaluer d'autres résultats secondaires.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.