Le magnésium pour les crampes musculaires

Les crampes musculaires sont courantes et peuvent survenir dans des contextes très variés. Les personnes âgées et les femmes enceintes se plaignent souvent de crampes aux jambes lorsqu'elles sont au repos, les sportifs souffrent de crampes lorsqu'ils repoussent les limites de leur endurance, et certaines personnes ressentent des crampes musculaires comme symptôme d'autres problèmes médicaux. Un traitement potentiel de prévention des crampes musculaires déjà sur le marché serait la supplémentation en magnésium. Le magnésium est un minéral courant dans notre alimentation et des suppléments oraux de ce minéral sont disponibles sur Internet, dans les magasins diététiques ou en pharmacie (généralement sous forme de comprimés ou de poudre à dissoudre dans l'eau). Nous avons recherché toutes les études publiées de haute qualité évaluant l'efficacité du magnésium pour prévenir les crampes musculaires et avons trouvé quatre études chez les personnes âgées et trois études chez les femmes enceintes. Aucune étude n'a été trouvée sur les personnes souffrant de crampes pendant un exercice physique, ou suite à des problèmes médicaux sous-jacents. Les quatre études sur les personnes âgées (un total de 322 participants incluant des contrôles dans des études croisées) suggèrent toutes qu'il est peu probable que le magnésium apporte un bénéfice significatif dans la réduction de la fréquence ou de la sévérité des crampes parmi cette population. Nous considérons ce résultat comme étant de qualité moyenne. En revanche, les trois études sur les femmes enceintes (202 participantes) étaient toutes peu concluantes étant donné qu'une étude a trouvé un bénéfice dans la réduction de la fréquence des crampes et de la douleur alors que les deux autres n'ont rapporté aucun avantage. Des recherches supplémentaires sur les effets du magnésium chez les femmes enceintes sont nécessaires ; cependant, les personnes âgées souffrant de crampes semblent avoir peu de chance de tirer bénéfice de ce traitement. Bien que nous ne puissions pas déterminer le taux d'effets secondaires indésirables, les taux d'abandon d'étude et les discussions sur les événements indésirables suggèrent que le traitement est bien toléré.

Conclusions des auteurs: 

Il est peu probable que la supplémentation en magnésium fournisse une prophylaxie cliniquement significative sur les crampes chez les personnes âgées souffrant de crampes des muscles squelettiques. En revanche, pour les femmes souffrant de crampes au repos associées à la grossesse, la littérature est contradictoire et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour cette population de patients. Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisés évaluant l'apport de magnésium pour les crampes musculaires liées à l'exercice physique ou à une maladie (par exemple, la sclérose latérale amyotrophique/maladie du motoneurone).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les crampes des muscles squelettiques sont courantes et souvent présentées aux médecins en association avec une grossesse, un âge avancé, la pratique d'exercice ou des dysfonctionnements du motoneurone (telle que la sclérose latérale amyotrophique). Les suppléments de magnésium sont disponibles sur le marché pour la prophylaxie des crampes mais l'efficacité du magnésium pour cette indication n'a jamais été évaluée par une revue systématique.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la supplémentation en magnésium comparé à l'absence de traitement, un placebo ou d'autres traitements contre les crampes chez les personnes souffrant de crampes des muscles squelettiques.  

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (11 octobre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2011, numéro 3), MEDLINE (de janvier 1966 à septembre 2011), EMBASE (de janvier 1980 à septembre 2011), LILACS (de janvier 1982 à septembre 2011), CINAHL Plus (de janvier 1937 à septembre 2011), AMED (de janvier 1985 à octobre 2011) et SPORTDiscus (de janvier 1975 à septembre 2011).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) sur la supplémentation en magnésium (sous toutes ses formes) pour prévenir les crampes de muscles squelettiques dans tous les groupes de patients (à savoir tous les cas cliniques de crampes). Nous avons pris en compte les comparaisons entre l'utilisation de magnésium avec l'absence de traitement, un placebo ou un autre traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les essais à inclure et extrait des données de façon indépendante. Deux auteurs ont évalué le risque de biais. Nous avons essayé de contacter tous les auteurs des études et obtenu des données sur les patients pour trois des essais inclus, dont l'un n'avait pas été publié. Toutes les données sur les effets indésirables ont été recueillies à partir des ECR inclus.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié sept essais (cinq parallèles et deux croisés) impliquant un total de 406 participants parmi lesquels 118 participants croisés ont également servi de propres témoins. Trois essais impliquaient des femmes souffrant de crampes aux jambes associées à leur grossesse (N = 202) et quatre essais impliquaient des personnes souffrant de crampes idiopathiques (N = 322 incluant des témoins croisés). Le magnésium était comparé à un placebo dans six essais et à l'absence de traitement dans un essai.

Pour les crampes idiopathiques (en grande partie, les personnes âgées présument avoir des crampes nocturnes au niveau des jambes), les différences de mesure de la fréquence des crampes, du magnésium versus placebo, étaient faibles, non statistiquement significatives et sans hétérogénéité (I2 = 0 %). Cela inclut le critère de jugement principal, le pourcentage de changement par rapport à l'inclusion dans le nombre de crampes par semaine au bout de quatre semaines (-3,93 %, intervalle de confiance (IC) à 95 % -21,12 % à 13,26 %, preuves de qualité moyenne) et la différence dans le nombre de crampes par semaine au bout de quatre semaines (0,01 crampes/semaine, IC à 95 % -0,52 à 0,55, preuves de qualité moyenne). Le pourcentage d'individus ressentant une amélioration de 25 % ou plus dans la réduction du taux de crampes par rapport à l'inclusion n'était également pas différent, étant 8 % inférieur au groupe sous magnésium (IC à 95 % -28 % à 12 %, preuves de qualité moyenne). De même, aucune différence statistiquement significative n'a été observée à quatre semaines dans les mesures d'intensité (preuves de qualité moyenne) ou de durée des crampes (preuves de faible qualité).

Il n'a pas été possible de procéder à une méta-analyse pour les essais sur les crampes aux jambes associées à la grossesse. La seule étude comparant l'apport en magnésium à l'absence de traitement n'a pas trouvé de bénéfice statistiquement significatif sur une échelle ordinale à trois points concernant l'efficacité générale du traitement. Les deux essais comparant le magnésium à un placebo différaient en ce qu'un essai n'avait signalé aucun bénéfice sur les mesures de la fréquence ou de l'intensité alors que l'autre essai avait observé un bénéficie sur les deux critères.

Les arrêts prématurés liés aux effets indésirables ne différaient pas de manière significative par rapport au placebo. Bien que nous ne puissions pas déterminer le nombre de sujets présentant des effets indésirables mineurs, les études sur l'apport oral de magnésium décrivaient généralement les effets secondaires potentiels comme similaires en fréquence par rapport au placebo.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.