Distribution à l'avance de misoprostol pour prévenir et traiter les pertes de sang excessives après l'accouchement

Les pertes de sang excessives après l'accouchement restent une cause importante de très mauvais état de santé ou de décès des mères, en particulier dans les cas où l'accouchement se passe encore à domicile. Les médicaments utilisés couramment (ocytocine et ergométrine) qui aident à réduire les pertes de sang en provoquant une contraction de l'utérus immédiatement après l'accouchement doivent être administrés par injection et ne peuvent donc pas être utilisés en l'absence d'un professionnel de santé formé. Ils doivent également être stockés dans un réfrigérateur pour rester efficaces. Le misoprostol, un autre médicament qui aide l'utérus à se contracter fortement après la naissance, présente un avantage par rapport à l'ocytocine et l'ergométrine, car il est presque aussi efficace, il peut être administré par voie orale et n'a pas d'exigences de stockage particulières. Ses effets secondaires (en particulier la fièvre et des frissons) sont souvent mineurs, ils se résorbent spontanément et ne nécessitent donc pas de médicaments supplémentaires. Pour ces raisons, le misoprostol pourrait être utilisé par le personnel de santé non professionnel et les femmes elles-mêmes ou par un membre de la famille dans les zones où les accouchements en dehors des établissements de santé constituent la norme. Dans certaines régions reculées du monde où l'accouchement à domicile est inévitable, la fourniture de misoprostol bien avant le travail et l'accouchement au personnel de santé non professionnel et aux femmes enceintes elles-mêmes pour une utilisation autonome est devenue une approche intéressante pour garantir que le médicament soit disponible pour les femmes qui en ont besoin au moment de l'accouchement. Cependant, il est à craindre que le misoprostol fourni de cette manière puisse nuire à la mère et à son bébé s'il est utilisé à d'autres fins, comme pour démarrer le travail ou interrompre une grossesse. Cette revue a entrepris de déterminer si l'augmentation de l'accès au misoprostol en le fournissant avant le travail et l'accouchement aux profanes apportait une différence en termes de santé de la mère et de son bébé. La revue a découvert qu'aucun essai randomisé n'avait été réalisé sur ce sujet. Il n'existe pas suffisamment de preuves pour soutenir un système de distribution du misoprostol avant le travail et l'accouchement dans la collectivité afin d'éviter ou de traiter les pertes de sang excessives après l'accouchement.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas de preuves issues d'essais randomisés ou quasi-randomisés concernant les bénéfices ou les risques d'une stratégie de distribution de misoprostol à l'avance pour la prévention ou le traitement de la HPP dans les accouchements en dehors des établissements de santé. Au vu de l'intérêt croissant pour un élargissement de cette stratégie, il est urgent de réaliser des essais à grande échelle, bien conçus, pour évaluer ses bénéfices et ses risques comparatifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La distribution de misoprostol à l'avance dans la collectivité afin de prévenir ou de traiter l'hémorragie post-partum (HPP) est devenue une stratégie intéressante pour étendre la couverture des utérotoniques aux endroits où l'utilisation d'utérotoniques conventionnels n'est pas possible. Cependant, la valeur et l'innocuité de cette stratégie restent controversées.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité d'une stratégie de distribution de misoprostol à l'avance pour la prévention et le traitement de la HPP dans les accouchements en dehors des établissements de santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (05 octobre 2011). Nous n’avons appliqué aucune restriction linguistique.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur la distribution de misoprostol à l'avance au personnel de santé non professionnel ou aux femmes enceintes comparé aux soins habituels pour la prévention ou le traitement de la HPP dans les accouchements en dehors des établissements de santé. Nous avons exclu les études sans aucune forme de plan d'étude aléatoire.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité des essais à l'inclusion de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Les stratégies de recherche ont identifié trois études. Aucune des études ne répondait aux critères d'inclusion.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.