L'imagerie à l'¹²³I-MIB et au PET-scan 18F-FDG, deux méthodes d'imagerie nucléaire pour diagnostiquer le neuroblastome

Contexte et raisonnement

Un neuroblastome est une tumeur de l'enfant qui peut être visualisée par un composé d'imagerie nucléaire spécifique, appelé iobenguane (¹²³I-MIBG). L'imagerie à l'¹²³I-MIBG est importante non seulement pour le diagnostic du neuroblastome, mais également pour la localisation des métastases (propagation de la maladie à d'autres organes). Parfois, le neuroblastome n'absorbe pas l'¹²³ I-MIBG et il n'est donc pas visible sur le scan. Dans ce cas, un autre type d'imagerie nucléaire pourrait être utile pour visualiser le neuroblastome : l'imagerie par tomographie par émission de positons fluorodésoxyglucose (PET-scan 18F-FDG).

Dans la littérature, la capacité de ces deux types d'imagerie à différencier un neuroblastome d'un autre type de lésion varie.

Actuellement, le pronostic, le traitement et la réponse au traitement de patients présentant un neuroblastome sont basés sur le nombre de métastases pour chaque partie du corps visible sur les scans ¹²³ I-MIBG. Par conséquent, il est important de déterminer la capacité à distinguer les neuroblastome des autres lésions sur l'imagerie à l'¹²³I-MIBG et au 18F-FDG. Nous avons examiné les preuves concernant la précision de l'imagerie à l'¹²³I-MIBG et au PET-scan 18F-FDG pour la détection d'un neuroblastome chez les enfants suspectés d'être atteints de cette maladie.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons effectué des recherches dans des bases de données scientifiques pour les études cliniques comparant l'utilisation de l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG ou au PET-scan 18F-FDG, ou des deux, avec un examen microscopique de tissus potentiellement neuroblastiques (histopathologie). Les preuves sont à jour au 11 septembre 2012.

Nous avons identifié 11 études éligibles portant sur 621 enfants qui remplissaient nos critères d'inclusion : des enfants de moins de 18 ans présentant un neuroblastome et l'utilisation de l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG, au PET-scan 18F-FDG, ou des deux.

Toutes les études comprennent des neuroblastomes avérés.

Qualité des preuves

Les 11 études incluses présentaient des limitations méthodologiques. Une seule étude incluse a fourni des données sur la spécificité (la capacité d'un test à correctement classifier un individu comme « non-malade ») et, par conséquent, nous n'avons pas pu réaliser de toutes les analyses prévues.

Résultats principaux

Par rapport aux résultats histopathologiques, la sensibilité (la capacité d'un test à correctement classifier un individu comme « malade ») de l'imagerie à l'¹²³I-MIBG variait de 67 % à 100 % chez les patients présentant un neuroblastome histologiquement prouvé. Cela signifie que chez 100 enfants présentant un neuroblastome avéré, l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG identifiera correctement 67 à 100 des cas de neuroblastome. Une seule étude, qui documentait au niveau de la lésion, a fourni des données pour calculer la spécificité (la capacité d'un test à correctement classifier un individu comme « non-malade ») : 68 % sur 115 lésions. Cela signifie que sur 100 lésions sans maladie chez les patients présentant un neuroblastome avéré, l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG identifiera correctement 68 lésions. Par conséquent, dans environ 10 % des cas, le neuroblastome n'est pas visible sur l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG (faux négatifs). Pour ces cas, il est préférable d'effectuer un test supplémentaire, comme un PET-scan 18F-FDG, mais pour être certain de sa valeur clinique, il faut plus de preuves.

Une seule étude incluse a rendu compte de faux positifs. Cela signifie que l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG et au PET-scan 18F-FDG ont incorrectement identifié des neuroblastomes chez des patients, ce qui peut entraîner une mauvaise classification du patient comme étant atteint d'une maladie métastatique. Il est important de garder à l'esprit que faux positifs peuvent survenir, même si des recherches supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir émettre des conclusions définitives.

En raison des données limitées, nous n'avons pas pu déterminer la précision diagnostique de l'imagerie au PET-scan 18F-FDG, dans le cas d'un faux-négatif dans l'identification d'un neuroblastome avec l'¹²³ I-MIBG. En outre, nous n'avons pas pu calculer la précision diagnostique de l'imagerie au PET-scan 18F-FDG pour la détection d'un neuroblastome pour la comparer à l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG en raison du nombre limité de données disponibles.

Conclusions des auteurs: 

Les sensibilités rapportées de la scintigraphie à l'¹²³-I MIBG pour la détection d'un neuroblastome et de ses métastases variait de 67 à 100 % chez les patients présentant un neuroblastome histologiquement prouvé.

Une seule étude dans cette revue a fait état de faux positifs. Il est important de garder à l'esprit que des faux positifs peuvent se produire. Par exemple, l'assimilation physiologique devrait être exclue, en utilisant des scanners SPECT-TDM, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires avant de pouvoir émettre des conclusions définitives.

Comme décrit dans la littérature et dans cette revue, chez environ 10 % des patients présentant un neuroblastome histologiquement prouvé, la tumeur n'accumule pas l'¹²³ I-MIBG (faux négatifs). Pour ces patients, il est préférable d'effectuer un test supplémentaire pour établir le stade et évaluer la réponse au traitement. Des tests complémentaires peuvent par exemple utiliser le PET-scan 18F-FDG (TDM), mais pour être certain de sa valeur clinique, davantage de preuves sont nécessaires.

La précision diagnostique de l'imagerie au PET-scan 18F-FDG (TDM) dans le cas d'une scintigraphie à l'¹²³I-MIBG négative n'a pas pu être calculée, car très peu de données étaient disponibles. La précision diagnostique des tests d'indice par imagerie au PET-scan 18F-FDG (TDM) pour détecter une tumeur neuroblastome et ses métastases, et la comparer à la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG (SPECT-CT) n'a pas pu être calculée en raison du nombre limité de données disponibles au moment de cette recherche.

Au début de ce projet, nous ne nous attendions pas à trouver aussi peu de données sur la spécificité. Nous pensons maintenant qu'il aurait été plus approprié d'utiliser l'expression « sensibilité pour évaluer la présence d'un neuroblastome » au lieu de « précision diagnostique » dans les objectifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un neuroblastome est une tumeur embryonnaire de l'enfant qui survient dans la crête neurale. Il s'agit de la deuxième tumeur maligne solide extracrânienne la plus commune chez l'enfant.

Les cellules de neuroblastomes ont la capacité unique d'accumuler de l'iobenguane iode 123 (¹²³I-MIBG), qui peut être utilisé pour l'imagerie de la tumeur. En outre, la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG est importante non seulement pour le diagnostic du neuroblastome, mais également pour identifier le stade des lésions squelettiques et les localiser. S'il en existe, des scans MIBG de suivi sont utilisés pour évaluer la réponse au traitement. Cependant, la sensibilité et la spécificité de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG pour détecter un neuroblastome varient selon les études.

Le pronostic, le traitement et la réponse au traitement de patients présentant un neuroblastome sont actuellement basés sur le score de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG. En raison de son utilisation clinique et son importance, il est nécessaire de déterminer la précision du diagnostic par scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG. Dans le cas d'une tumeur qui ne répond pas au MIBG, on utilise souvent la tomographie par émission de positons (PET) au fluorodésoxyglucose (18F-FDG). La précision diagnostique de ce test devrait également être évaluée.

Objectifs: 

Objectifs principaux :

1.1 Déterminer la précision diagnostique de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG (tomographie par émission monophotonique (SPECT), avec ou sans la tomodensitométrie (TDM)) pour la détection d'un neuroblastome et de ses métastases au premier diagnostic ou lors de la récidive chez les enfants âgés de 0 à 18 ans.

1.2 Déterminer la précision diagnostique de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG négative en combinaison avec l'imagerie par PET-scan 18F-FDG (TDM) pour la détection d'un neuroblastome et de ses métastases au premier diagnostic ou lors de la récidive chez les enfants âgés de 0 à 18 ans, c'est-à-dire un test supplémentaire.

Objectifs secondaires :

2.1 Déterminer la précision diagnostique de l'imagerie au PET-scan 18F-FDG (TDM) pour la détection d'un neuroblastome et de ses métastases au premier diagnostic ou lors de la récidive chez les enfants âgés de 0 à 18 ans.

2.2 Comparer la précision diagnostique de l'imagerie à l'¹²³ I-MIBG (SPECT-TDM) et au PET-scan 18F-FDG (TDM) pour la détection d'un neuroblastome et de ses métastases au premier diagnostic ou lors de la récidive chez les enfants âgés de 0 à 18 ans. Cela a été réalisé à la fois au sein des études incluses et entre elles. La scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG (SPECT-TDM) était le test de comparaison dans ce cas.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données MEDLINE / PubMed (de 1945 au 11 septembre 2012) et EMBASE / Ovid (de 1980 au 11 septembre 2012) pour trouver des articles potentiellement pertinents. Nous avons également examiné les références bibliographiques des articles et revues pertinents, examiné les actes de congrès et recherché des études non publiées en contactant les chercheurs impliqués dans ce domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études transversales ou de séries de cas de neuroblastome avéré, rétrospectives ou prospectives, si elles comparaient les résultats de scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG (SPECT-CT) ou d'imagerie au PET-scan 18F-FDG (TDM), ou les deux, avec les normes de référence ou les unes aux autres. Les études devaient porter sur des diagnostics primaires et sur des enfants âgés de 0 à 18 ans présentant un neuroblastome de n'importe quel stade lors du premier diagnostic ou lors de la récidive.

Recueil et analyse des données: 

Un auteur de la revue a effectué la sélection initiale des références identifiées. Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment la sélection des études, extrait les données et évalué la qualité méthodologique.

Nous avons utilisé des données issues des tableaux 2x2, décrivant au moins, le nombre de patients présentant une test véritablement positif et le nombre de patients présentant un faux négatif, pour calculer la sensibilité et, si possible, la spécificité de chaque étude incluse.

Lorsque cela était possible, nous avons généré des graphiques en forêt montrant les estimations de sensibilité et de spécificité avec intervalles de confiance à 95 %.

Résultats principaux: 

Onze études remplissaient les critères d'inclusion. Dix études ont rapporté des données sur le patient : le scan était positif ou négatif. Une étude a rendu compte de toutes les lésions unique (niveau de lésion). La sensibilité de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG (objectif 1.1), déterminée chez 608 des 621 patients éligibles dans les 11 études incluses, variait de 67 % à 100 %. Une étude, qui documentait un niveau de lésion, a fourni des données pour calculer la spécificité : 68 % dans 115 lésions chez 22 patients. Pour la détection des métastases séparément de la tumeur primaire chez les patients présentant un neuroblastome à tous les stades, la sensibilité de la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG variait de 79 % à 100 % dans trois études et la spécificité variait de 33 % à 89 % pour deux de ces études.

Une étude a analysé la précision diagnostique de tests supplémentaires avec l'imagerie par PET-scan 18F-FDG (TDM), chez les patients ayant obtenu un resultat négatif à la scintigraphie à l'¹²³ I-MIBG scintigraphie (objectif 1.2). Deux des 24 patients éligibles souffrant d'un neuroblastome avéré ont obtenu un résultat négatif au scan ¹²³ I-MIBG et positif au PET-scan 18F-FDG (TDM).

La sensibilité de l'imagerie au PET-scan18F-FDG (TDM) comme seul test diagnostique (objectif 2.1) et par rapport à l'¹²³ I-MIBG (objectif 2.2) n'a été rapporté que dans une étude. La sensibilité de l'imagerie par PET-scan 18F-FDG (TDM) était de 100 % par rapport à 92 % des scintigraphies à l'¹²³ I-MIBG (SPECT-TDM). Nous n'avons pu calculer la spécificité pour aucune des deux modalités.

Notes de traduction: 

Post édition : Lucie Milan (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.