Les services médicaux d'urgence par hélicoptère pour les adultes présentant un traumatisme majeur

Contexte

Les traumatismes sont l'une des principales causes de décès et d'invalidité dans le monde et, depuis les années 1970, les hélicoptères sont utilisés pour transporter des personnes blessées jusqu'aux hôpitaux spécialisés dans la prise en charge des traumatismes. Les hélicoptères présentent plusieurs avantages potentiels, notamment un transport plus rapide, et des soins dispensés par du personnel médical spécifiquement formé dans la prise en charge des lésions graves.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons effectué des recherches dans la littérature médicale pour identifier des études cliniques comparant le transport des adultes ayant des blessures graves par hélicoptères ambulanciers ou par ambulance au sol. Les preuves sont à jour en avril 2015.

Résultats principaux

Nous avons trouvé 38 études comprenant des personnes provenant de 12 pays répartis au travers du monde. Les chercheurs souhaitaient déterminer si l'utilisation d'un hélicoptère ambulancier était plus efficace qu'une ambulance au sol pour améliorer les chances de survie, ou réduire la gravité des handicaps à long terme chez les personnes blessées. Certaines de ces études ont indiqué un certain bénéfice des hélicoptères ambulanciers pour la survie après un traumatisme majeur, mais d'autres études ne montraient pas de bénéfice. Les études étaient de tailles différentes et utilisaient différentes méthodes pour déterminer si davantage de patients survivaient lorsqu'ils étaient transportés par des hélicoptères ambulanciers versus des ambulances au sol. Certaines études ont inclus des équipes dans les hélicoptères comprenant des médecins spécialisés, tandis que d'autres équipages d'hélicoptères comprenaient des ambulanciers et des infirmiers. En outre, les personnes transportées par des hélicoptères ambulanciers ou des ambulances au sol recevaient divers types de procédures pendant le trajet jusqu'au centre de traumatologie. L'utilisation de certaines de ces procédures, telles que la mise en place d'une sonde respiratoire, peut avoir aidé à améliorer la survie dans certaines des études. Cependant, ces procédures médicales peuvent également être réalisées pendant le transport ambulancier au sol. Les données concernant la sécurité n'étaient pas disponibles dans les études incluses. Les accidents de la route et les crashs d'hélicoptères sont des effets indésirables qui peuvent survenir avec ces deux types de transports.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, la qualité des études incluses était faible. Il est possible que les hélicoptères ambulanciers puissent être plus efficaces que les ambulances au sol pour les personnes présentant certaines caractéristiques particulières. Il existe différentes raisons expliquant pourquoi les hélicoptères ambulanciers pourraient être plus efficaces, telles que la formation plus spécialisée du personnel dans la prise en charge des traumatismes majeurs. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer quels éléments du transport en hélicoptère améliorent la survie. Certaines études n'ont pas décrit les soins disponibles pour les personnes transportées par ambulance au sol. En raison de ces descriptions limitées, il est impossible de comparer les traitements que les personnes recevaient.

Conclusions

Sur la base des preuves actuelles, le bénéfice supplémentaire des hélicoptères ambulanciers par rapport aux ambulances au sol n'est pas clair. Les résultats de futures recherches pourraient aider à mieux organiser les hélicoptères ambulanciers au sein d'un système de santé, en menant à une plus grande sécurité et à de moindres coûts.

Conclusions des auteurs: 

En raison de la faiblesse méthodologique de la littérature disponible et de l'importante hétérogénéité des effets et des méthodologies des études, nous n'avons pas pu déterminer une estimation composite précise du bénéfice des SMUH. Bien que certaines des régressions multivariées des 19 études aient indiqué une amélioration de la survie associée aux SMUH, d'autres n'ont rien indiqué. C'était également le cas pour les études basées sur le score TRISS. Tous les résultats étaient sujets à des preuves de faible qualité, évaluées avec les critères du Groupe de Travail GRADE, en raison de leur plan d'étude non randomisé. Il n'y a ainsi pas de réponse claire permettant d'indiquer quels éléments des SMUH peuvent être bénéfiques. Les résultats de cette revue encouragent la réalisation de futurs travaux dans ce domaine. Cela implique le besoin permanent de réaliser une notification rigoureuse des méthodes de recherche, ce qui est impératif pour la transparence et pour maximiser l'utilité potentielle des résultats. Des études multicentriques à large échelle sont nécessaires, car elles permettront d'établir des estimations plus fiables des effets du traitement. Les futurs travaux dans ce domaine devront également examiner les coûts et la sécurité des SMUH, car de multiples déterminants contextuels doivent être pris en compte lors de l'évaluation des effets des SMUH pour les adultes présentant un traumatisme majeur.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Bien que les hélicoptères fassent actuellement partie intégrante des systèmes de prise en charge des traumatismes dans la plupart des pays développés, les revues et études antérieures à ce jour ont soulevé des questions quant aux groupes de personnes blessées par des traumatismes en obtenant le plus grand bénéfice.

Objectifs: 

Déterminer si les transports par services médicaux d'urgence par hélicoptère (SMUH), par rapport aux transports par des services médicaux d'urgence au sol (SMUS), sont associés à une amélioration de la morbidité et de la mortalité pour les adultes présentant un traumatisme majeur.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué les dernières recherches le 29 avril 2015. Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures, The Cochrane Library(registre Cochrane central des essais contrôlés, CENTRAL), MEDLINE (OvidSP), EMBASE Classic + EMBASE (OvidSP), CINAHL Plus (EBSCOhost), quatre autres sources, et les registres d'essais cliniques. Nous avons passé au crible les références bibliographiques.

Critères de sélection: 

Les essais éligibles incluaient des essais contrôlés randomisés (ECR) et des études interventionnelles sans randomisation. Nous avons également évalué les études non randomisées (ENR), y compris les essais contrôlés et les études de cohorte. Chaque étude devait avoir un groupe de comparaison avec des SMUS. Un score ISS de gravité des blessures (Injury Severity Score) d'au moins 15 ou un marqueur équivalent de la gravité des lésions était requis. Nous avons inclus des adultes âgés de 16 ans ou plus.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses. Nous avons appliqué l'outil d'évaluation de la qualité Downs and Black pour les ENR. Nous avons analysé les résultats dans une revue narrative, et les études ont été regroupées par méthodologie et par type de lésion. Nous avons créé des tableaux « Résumé des résultats » en conformité avec les critères du Groupe de Travail GRADE.

Résultats principaux: 

Cette revue inclut 38 études, dont 34 études examinaient la survie après le transport par des SMUH comparé à des SMUS pour les adultes présentant un traumatisme majeur. Quatre études portaient sur des transferts entre établissements jusqu'à un centre de traumatologie plus spécialisé par des SMUH comparé à des SMUS. Toutes les études étaient des ENR ; nous n'avons trouvé aucun ECR. Le critère de jugement principal était la survie à la sortie de l'hôpital. Nous avons calculé la mortalité non-ajustée en utilisant les données de 282 258 personnes issues de 28 des 38 études incluses dans l'analyse primaire. Dans l'ensemble, il y avait une hétérogénéité considérable et nous n'avons pas pu déterminer une estimation précise de l'effet global.

En se basant sur les données de mortalité non-ajustées issues de six essais se concentrant sur les lésions cérébrales traumatiques, il n'y avait aucune réduction du risque de décès avec les SMUH. Vingt-et-une études ont utilisé une régression multivariée pour tenir compte des facteurs de confusion. Les résultats variaient, certaines études ont trouvé un bénéfice des SMUH, alors que d'autres n'en ont pas rapporté. Des méthodes d'analyse basées sur le score TRISS de gravité des lésions liées au traumatisme (Trauma-Related Injury Severity Score) ont été utilisées dans 14 études ; les études ont montré des bénéfices en termes de survie dans les groupes des SMUH et des SMUS par rapport au groupe Major Trauma Outcomes Study (MTOS). Nous n'avons trouvé aucune étude évaluant le critère de jugement secondaire, soit la morbidité, telle qu'évaluée par les années de vie ajustées sur la qualité (AVAQ ou QALY) et les années de vie ajustées sur l'incapacité (AVAI). Quatre études ont suggéré une efficacité légère à modérée lorsque les SMUH étaient utilisés pour transférer les personnes jusqu'à des centres de traumatologie plus spécialisés. Les accidents de la route et les crashs d'hélicoptères sont des effets indésirables qui peuvent survenir avec ces deux méthodes de transport. Les données concernant la sécurité n'étaient pas disponibles dans les études incluses. Dans l'ensemble, la qualité des études incluses était très faible, telle qu'évaluée avec l'approche GRADE.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.