Les interventions de podomètre sur le lieu de travail augmentent-elles l'activité physique ?

L'Organisation mondiale de la Santé recommande pour la plupart des gens une activité physique d'intensité modérée d'au moins 30 minutes la plupart des jours, car cela réduit le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète et de certains cancers. Cependant, moins de 40 % de la population mondiale a une activité physique d'ampleur suffisante et les taux sont en baisse. Nous évaluons ici si les interventions de podomètre sur le lieu de travail augmentent l'activité physique et conduisent ainsi aux bénéfices qui en découlent pour la santé.

Pour évaluer cela, nous avons recherché des essais contrôlés randomisés d'interventions de promotion de la santé sur le lieu de travail ayant impliqué l'utilisation d'un podomètre, réalisées sur des adultes salariés. Entre le 30 janvier et le 6 février 2012, nous avons effectué des recherches dans tout un éventail de bibliothèques électroniques et de références bibliographiques d'articles pertinents, identifiant ainsi 3282 documents potentiels.

Nous avons finalement inclus quatre études dans la revue. Une étude avait comparé des programmes de podomètre à un programme alternatif d'activité physique, mais il y avait des différences initiales importantes entre les groupes d'intervention et de contrôle qui rendent difficile de distinguer le véritable effet. Les trois autres études avaient comparé des programmes de podomètre à des groupes témoins minimalement actifs. Une étude avait observé une amélioration de l'activité physique dans le programme de podomètre, mais deux autres études n'avaient pas trouvé de différence significative entre le groupe à podomètre et le groupe témoin. Nous n'avons pas pu regrouper ces résultats car chaque étude avait utilisé une mesure différente de l'activité physique, si bien que l'effet global n'est pas clair. Différentes études ont constaté des changements bénéfiques respectivement dans l'indice de masse corporelle, la glycémie plasmatique à jeun, la composante mentale de la qualité de vie et les blessures sur le lieu de travail associées aux programmes de podomètre, en comparaison avec le groupe de contrôle. Cependant, aucune des études n'avait identifié de différences constantes entre le programme de podomètre et le groupe témoin pour les critères de tour de taille, de tension artérielle et de qualité de vie. En outre, nous avons jugé que le risque de biais était élevé pour la majorité des études incluses, principalement à cause de la connaissance par les participants et le personnel de qui était dans le groupe d'intervention et qui dans celui de contrôle, de l'attrition des participants et de la non-publication du protocole avant la réalisation de l'étude.

Nous concluons qu'il n'y a pas suffisamment de données probantes pour évaluer si les interventions de podomètre sur le lieu de travail sont bénéfiques. Il est nécessaire que soient réalisés des essais contrôlés randomisés supplémentaires de haute qualité, avec un éventail de critères de résultat liés à la santé et une évaluation sur le long terme.

Conclusions des auteurs: 

Les données étaient limitées et de faible qualité et ne fournissaient pas suffisamment d'éléments pour évaluer l'efficacité des interventions de podomètre sur le lieu de travail quant à l'augmentation de l'activité physique et à l'amélioration qui en découle des critères de santé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'Organisation mondiale de la Santé et le Forum économique mondial ont recommandé de poursuivre la recherche afin de renforcer les connaissances actuelles sur les programmes de santé sur le lieu de travail, en particulier sur l'efficacité et l'utilisation d'instruments simples. Le podomètre est un instrument simple qui peut être incorporé dans les interventions sur lieu de travail.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions de podomètre sur le lieu de travail, quant à l'augmentation de l'activité physique et à l'amélioration qui en découle des critères de santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches électroniques dans le registre central Cochrane des essais contrôlés (671 articles potentiels), MEDLINE (1001), Embase (965), CINAHL (1262), les bases de données OSH UPDATE (75) et Web of Science (1154), couvrant la période allant des origines jusqu'entre le 30 janvier et le 6 février 2012, ont abouti à 3248 dossiers uniques. Les références bibliographiques d'articles ont apporté 34 documents supplémentaires. La prise de contact avec des personnes et des organisations n'a pas apporté d'autres dossiers.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés, randomisés par individus ou par groupes, d'interventions de promotion de la santé sur les lieux de travail ayant une composante podomètre et s'adressant à des adultes salariés. Le principal critère de résultat était l'activité physique et cela faisait partie des critères d'éligibilité. Nous avons considéré les critères de santé en découlant, notamment les effets indésirables, comme des critères de résultat secondaires.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont entrepris, de façon indépendante, l'examen des titres et des résumés et des documents complets. Deux auteurs de la revue (RFP and MC) ont entièrement effectué l'extraction des données et l'évaluation du risque de biais, de manière indépendante. Nous avons contacté des auteurs afin d'obtenir des données et des clarifications supplémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé quatre études pertinentes fournissant des données sur 1809 employés, dont 60% avaient été assignés au groupe d'intervention. Toutes les études avaient évalué les résultats immédiatement après la fin de l'intervention, et la durée de l'intervention variait entre trois et six mois. Toutes les études avaient des conditions habituelles de contrôle du traitement ; toutefois, le traitement habituel d'une étude était un programme alternatif d'activité physique tandis que les trois autres avaient des contrôles très peu actifs. En général, il y avait un risque élevé de biais principalement en raison du manque de mise en aveugle, de la mesure de résultat autodéclarée, des données de résultat incomplètes pour cause d'attrition, et parce que la plupart des études n'avaient pas publié les protocoles, ce qui accroit la probabilité de compte-rendu sélectif.

Trois études avaient comparé le programme de podomètre à un groupe de contrôle très peu actif, mais les résultats au niveau de l'activité physique ne pouvaient pas être combinés parce que chaque étude avait utilisé une mesure différente de l'activité. Une étude avait observé une augmentation de l'activité physique dans un programme de podomètre, mais les deux autres n'avaient pas constaté de différence significative. Pour les critères de résultat secondaires, nous avons constaté des améliorations dans l'indice de masse corporelle, le tour de taille, la glycémie plasmatique à jeun, la composante mentale de la qualité de vie et les blessures sur le lieu de travail associées aux programmes de podomètre, mais ces résultats étaient basés sur des données limitées provenant d'une ou deux petites études. Il n'y avait pas de différences entre le programme de podomètre et le groupe de contrôle pour la tension artérielle, un certain nombre de critères biochimiques et la composante physique de la qualité de vie. Les scores de comportement sédentaire et de risque de maladie n'avaient été mesurés par aucune des études incluses.

Une étude avait comparé un programme de podomètre et un programme d'activité physique alternatif, mais des déséquilibres de base rendaient difficile de distinguer les véritables améliorations associées à chaque programme.

Au total, il n'y avait pas suffisamment de données pour évaluer l'efficacité des interventions de podomètre sur les lieux de travail.

On a besoin de plus d'essais contrôlés randomisés de bonne qualité pour évaluer l'efficacité des interventions de podomètre sur le lieu de travail quant à l'augmentation de l'activité physique et à l'amélioration qui en découle des critères de santé. Afin d'améliorer la qualité des données disponibles, les études futures devraient être enregistrées dans un registre d'essais en ligne, publier un protocole, consacrer du temps et un soutien financier à la réduction de l'attrition, et essayer de masquer le personnel (surtout ceux qui effectuent les mesures). Pour mieux cerner les effets des interventions de podomètre, les études futures devraient rendre compte d'un même ensemble de critères (activité physique totale en MET, temps total assis en heures et minutes, maladie cardiovasculaire et facteurs de risque du diabète de type II mesurés objectivement, qualité de vie et blessures), évaluer les résultats sur le long terme et réaliser des analyses en sous-groupes sur la base de sous-groupes démographiques (p.ex. âge, sexe, niveau d'éducation). Les études futures devraient également comparer différents types d'intervention active pour tester des composants (éligibilité, durée, but de l'étape, journal de l'étape, réglages) et des paramètres (occupation, fournisseur de l'intervention) spécifiques de l'intervention.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.