Interventions visant à traiter une infection chronique de la prostate (prostatite bactérienne chronique)

Une prostatite bactérienne chronique (PBC) est une infection et une inflammation de la prostate touchant les hommes de tous âges. Elle peut provoquer des problèmes urinaires, notamment une gêne et des douleurs, une augmentation de la fréquence et de l'impériosité ou des difficultés à vider la vessie. Des bactéries infectant la prostate sont à l'origine d'une PBC. Ces bactéries peuvent être sexuellement transmissibles. Pour soigner une PBC, des antibiotiques doivent être administrés pendant des périodes prolongées (au moins quatre semaines), mais sans garantir une guérison définitive. D'autres médicaments peuvent être combinés aux antibiotiques pour améliorer les symptômes d'une PBC. La présente revue a déterminé que les fluoroquinolones, comme la ciprofloxacine, la lévofloxacine, la loméfloxacine, l'ofloxacine ou la prulifloxacine, ont des effets et des taux de réussite équivalents chez les patients atteints d'une PBC. Si une bactérie atypique, comme la chlamydia, est soupçonnée de provoquer une PBC, les antibiotiques macrolides, comme l'azithromycine, permettent d'obtenir de meilleurs résultats par rapport à la ciprofloxacine (fluoroquinolone). Il faut tenir compte du fait que certaines des études ayant été réalisées sont de qualité médiocre ou ont été réalisées auprès d'un nombre réduit de participants. D'autres études seront nécessaires et devront examiner de nouveaux agents ou des doses optimisées des antibiotiques actuellement prescrits.

Conclusions des auteurs: 

L'efficacité microbiologique et clinique, ainsi que le profil d'effets indésirables, des différentes fluoroquinolones administrées par voie orale, sont comparables. Aucune conclusion ne peut être tirée concernant la durée de traitement optimale par fluoroquinolones dans le traitement d'une PBC causée par des pathogènes traditionnels.

Les agents antimicrobiens alternatifs testés dans le traitement d'une PBC provoquée par des pathogènes traditionnels sont le co-trimoxazole, les bêta-lactames et les tétracyclines, mais aucune preuve probante ne peut être tirée concernant le rôle des antibiotiques non fluoroquinolones dans le traitement d'une PBC causée par des pathogènes traditionnels.

Chez les patients atteints d'une PBC provoquée par des pathogènes intracellulaires obligatoires, les macrolides montraient des taux de guérison clinique et microbiologique en hausse par rapport aux fluoroquinolones.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une prostatite bactérienne chronique (PBC) est fréquemment diagnostiquée chez les hommes en âge de procréer et se caractérise par un éventail de symptômes invalidants, notamment des douleurs dans la zone pelvienne (par exemple : périnée, testicules), des symptômes liés à la miction (fréquence et impériosité accrues, même la nuit ; douleurs ou gêne à la miction) et troubles de la fonction sexuelle. Pour soigner une PBC, un traitement à long terme composé d'agents antibactériens peut être administré, mais les rechutes sont fréquentes. Seuls quelques agents antibactériens peuvent se diffuser dans les tissus prostatiques et obtenir des concentrations suffisantes au niveau du site de l'infection. Ces agents sont les fluoroquinolones, les macrolides, les tétracyclines et le triméthoprime. Suite à l'introduction des fluoroquinolones dans la pratique clinique, plusieurs études ont été réalisées afin d'optimiser le traitement antimicrobien d'une PBC et d'améliorer les taux d'éradication et de soulagement des symptômes.

Objectifs: 

Évaluer et comparer l'efficacité et les dangers des traitements antimicrobiens contre la prostatite bactérienne chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le 8 août 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE (PubMed), EMBASE, mais aussi dans d'autres bases de données en ligne nationales ou internationales et dans des résumés d'actes de conférence.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toutes les essais contrôlés randomisés portant sur un agent antimicrobien comparé à un placebo ou à un ou plusieurs agents antimicrobiens témoins, combiné ou pas à des médicaments non antimicrobiens. Nous avons également inclus des essais comparant différentes doses, durées de traitement, fréquences posologiques ou voies d'administration d'agents antimicrobiens. Nous avons exclu les études dans lesquelles les patients n'étaient pas diagnostiqués conformément aux critères recommandés à l'échelle internationale ou ne faisaient pas l'objet de tests segmentés des voies urinaires inférieures.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données des études. Les critères de jugement des études étaient l'efficacité microbiologique (éradication d'agents pathogéniques), l'efficacité clinique (guérison ou amélioration des symptômes ou scores des symptômes) lors de visites de contrôle de guérison et/ou de suivi, ainsi que les effets indésirables du traitement. Les critères de jugement secondaires étaient les taux de récidive microbiologique.

Une analyse statistique a été réalisée en utilisant un modèle à effets fixes pour les critères de jugement microbiologiques et un modèle à effets aléatoires pour les critères de jugement cliniques et les effets indésirables. Les résultats étaient exprimés sous la forme de risques relatifs pour les résultats dichotomiques (avec des intervalles de confiance à 95 %) ou sous la forme de différences moyennes standardisées pour les variables continues ou non continues.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 18 études totalisant 2 196 patients randomisés. Des fluoroquinolones administrées par voie orale (ciprofloxacine, lévofloxacine, loméfloxacine, ofloxacine et prulifloxacine) étaient comparées. Il n'y avait aucune différence significative au niveau de l'efficacité clinique ou microbiologique ou du taux d'effets indésirables entre ces fluoroquinolones. Dans le cas d'une prostatite à chlamydia, (i) l'azithromycine montrait une amélioration des taux d'éradication et des taux de guérison clinique par rapport à la ciprofloxacine, sans aucune différence significative concernant leurs effets indésirables ; (ii) l'azithromycine était équivalente à la clarithromycine, tant au niveau microbiologique qu'au niveau clinique ; (iii) la prulifloxacine semblait améliorer les symptômes cliniques, mais pas les taux d'éradication, par rapport à la doxycycline. Dans le cas d'une prostatite à uréaplasma, les comparaisons de l'ofloxacine à la minocycline et de l'azithromycine à la doxycycline montraient des profils de toxicité, cliniques et microbiologiques similaires.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.