Adjonction d'acétate d'eslicarbazépine dans l'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'acétate d'eslicarbazépine est efficace en tant que traitement adjuvant de court terme dans l'épilepsie focale réfractaire aux médicaments. L'épilepsie est un trouble de convulsions récurrentes provoquées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. La majorité des patients atteints d'épilepsie peuvent contrôler les crises à l'aide d'un unique médicament antiépileptique, mais il reste encore un nombre considérable de personnes qui continuent à avoir des crises récurrentes bien que prenant plus d'un médicament antiépileptique. Cette revue d'essais a retrouvé que le nouveau médicament acétate d'eslicarbazépine utilisé en combinaison avec d'autres médicaments est efficace pour diminuer le nombre de crises chez les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments. Les effets secondaires associés à l'acétate d'eslicarbazépine étaient les étourdissements, les nausées et la vision double (diplopie). Les essais inclus se concentraient sur les adultes et n'avaient pas etudié les effets à long terme de l'acétate d'eslicarbazépine.

Conclusions des auteurs: 

L'acétate d'eslicarbazépine diminue la fréquence des crises quand il est utilisé comme traitement complémentaire pour les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments. Les essais inclus dans cette revue étaient de courte durée et se concentraient sur les adultes..

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La majorité des personnes atteintes d'épilepsie bénéficient d'un bon pronostic, mais jusqu'à 30 % des patients continuent à avoir des crises malgré l'existence de plusieurs schémas de médicaments antiépileptiques. Dans cette revue, nous avons résumé les données actuelles concernant l'acétate d'eslicarbazépine (ESL) utilisé comme traitement adjuvant dans l'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérabilité de l'ESL utilisé comme traitement adjuvant pour les personnes souffrant d'épilepsie partielle réfractaire aux médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (3 novembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 4 sur 4, The Cochrane Library 2011), et MEDLINE (de 1948 à la 4ème semaine d'octobre 2011). Il n'y avait aucune restriction concernant la langue. Nous avons analysé les références bibliographiques des études trouvées pour rechercher d'autres études pertinentes. Nous avons également contacté les fabricants d'ESL et des experts dans le domaine pour obtenir des informations sur d'éventuelles études non publiées ou en cours.

Critères de sélection: 

Essais randomisés en double aveugle, contrôlés versus placebo, portant sur l'adjonction d'ESL chez les personnes atteintes d'épilepsie partielle réfractaire aux traitements.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les essais à inclure et extrait les données. Les critères de jugement utilisés comprenaient : la réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises, l'absence de crises, l'arrêt du traitement, les effets indésirables et les interactions médicamenteuses. Les analyses principales ont été effectuées en intention de traiter. La relation dose-réponse était évaluée au moyen de modèles de régression.

Résultats principaux: 

Quatre essais (1146 participants) ont été inclus ; toutes les études étaient financées par BIAL. Le risque relatif (RR) global avec intervalle de confiance (IC) à 95 % pour le critère de réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises était de 1,86 (IC à 95 % 1,46 à 2,36). L'analyse utilisant la régression a mis en évidence que l'ESL abaisse la fréquence des crises, l'efficacité s'accroissant avec l'augmentation des doses d'ESL. L'ESL était significativement associé à l'absence de crises (RR 3,04 ; IC à 95 % 1,44 à 6,42). Les participants semblaient plus susceptibles (quoique non significativement) de devoir arrêter l'ESL en raison d'effets indésirables (RR 2,26 ; IC à 95 % 0,98 à 5,21) mais pas pour toutes raisons confondues (RR 1,07 ; IC à 95 % 0,73 à 1,57). Les effets indésirables suivants étaient associés de manière significative à l'ESL : vertiges (RR 3,09 ; IC à 99 % 1,76 à 5,43), nausées (RR 3,06 ; IC à 99 % 1,07 à 8,74) et diplopie (RR 3,73 ; IC à 99 % 1,19 à 11,64).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.