La supplémentation en vitamine D est-elle bénéfique ou nocive pour les femmes pendant la grossesse ?

Quelle est la problématique ?

Nous ne savons pas si la supplémentation en vitamine D, seule ou en combinaison avec du calcium ou d'autres vitamines et minéraux, pendant la grossesse a des avantages ou des inconvénients pour la mère ou son enfant.

Pourquoi est-ce important ?

La vitamine D est essentielle à la santé humaine, en particulier pour les os, la contraction musculaire, la conduction nerveuse et la fonction cellulaire générale. De faibles concentrations sanguines de vitamine D chez les femmes enceintes ont été associées à des complications de grossesse. On pense qu'une supplémentation en vitamine D pendant la grossesse pourrait être nécessaire pour se protéger contre des complications de la grossesse.

Qu’a-t-il été étudié dans la revue ?

Il s'agit d'une mise à jour d'une revue qui a été publiée pour la première fois en 2012, puis mise à jour en 2016. Cette revue a évalué l'effet d'une supplémentation en vitamine D seule ou en association avec d'autres micronutriments chez les femmes enceintes par rapport à un placebo ou à l'absence d'intervention, indépendamment de la dose, de la durée ou du moment du début ou du type de supplémentation (orale ou par injection).

Quelles données probantes avons-nous trouvées ?

Nous avons cherché des données probantes (juillet 2018) et avons trouvé 30 essais (impliquant 7033 femmes) à inclure dans cette mise à jour.

Les résultats de 22 essais portant sur 3 725 femmes enceintes suggèrent qu'une supplémentation en vitamine D seule pendant la grossesse réduit probablement le risque de prééclampsie, de diabète gestationnel et le risque d'avoir un bébé de faible poids à la naissance comparativement au placebo, ou sans intervention. Cette supplémentation peut faire peu ou pas de différence dans le risque de donner naissance prématurément. Elle peut réduire le risque d'effets indésirables maternels, comme une hémorragie du post-partum grave, bien qu'il faille noter que ce résultat était inattendu et basé sur un seul essai.

Les résultats de neuf essais portant sur 1916 femmes enceintes suggèrent qu'une supplémentation en vitamine D et en calcium réduit probablement le risque de prééclampsie, mais peut augmenter le risque de naissance prématurée. Ce léger préjudice potentiel mérite d'être pris en considération chez les femmes qui reçoivent des suppléments de calcium dans le cadre des soins prénataux.

Les résultats d'une étude menée auprès de 1 300 femmes enceintes suggèrent qu'une supplémentation en vitamine D et autres nutriments peut faire peu ou pas de différence dans le risque de la plupart des résultats évalués.

La plupart des essais cliniques ne contenaient pas de données sur les effets indésirables chez la mère.

Qu’est-ce que cela signifie?

La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D seule réduit probablement le risque de pré-éclampsie, de diabète gestationnel, d'insuffisance pondérale à la naissance et le risque d'hémorragie du postpartum grave. Elle peut faire peu ou pas de différence dans le risque d'avoir une naissance prématurée avant 37 semaines de gestation. La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D et en calcium réduit probablement le risque de pré-éclampsie mais peut augmenter le risque de naissance prématurée avant 37 semaines (ces résultats justifient des recherches supplémentaires). La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D et en d'autres nutriments peut faire peu ou pas de différence dans le risque de naissance prématurée ou d'insuffisance pondérale à la naissance (moins de 2 500 g) et les effets sur le risque de diabète gestationnel et d'événements indésirables maternels ne sont pas clairs. Des essais randomisés supplémentaires rigoureux de grande qualité et de plus grande envergure sont nécessaires pour évaluer les effets de la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse, en particulier en ce qui concerne le risque d'effets indésirables chez la mère.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons inclus 30 essais (7033 femmes) dans trois comparaisons distinctes. Nos évaluations GRADE allaient de modérée à très faible, avec des décisions de déclassement fondées sur des limites de conception d’étude, d’imprécisions et le caractère indirect des preuves.

La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D seule réduit probablement le risque de pré-éclampsie, de diabète gestationnel, d'insuffisance pondérale à la naissance et peut réduire le risque d'hémorragie grave du postpartum. Elle peut faire peu ou pas de différence dans le risque d'avoir une naissance prématurée avant 37 semaines de gestation. La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D et en calcium réduit probablement le risque de pré-éclampsie mais peut augmenter le risque de naissance prématurée avant 37 semaines (ces résultats justifient des recherches supplémentaires). La supplémentation des femmes enceintes en vitamine D et en d'autres nutriments peut faire peu ou pas de différence dans le risque de naissance prématurée < 37 semaines de gestation ou de faible poids à la naissance (moins de 2500 g). Des essais randomisés supplémentaires rigoureux de grande qualité et de plus grande envergure sont nécessaires pour évaluer les effets de la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse, en particulier en ce qui concerne le risque d'effets indésirables chez la mère.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse peut être nécessaire pour se protéger contre les évènements indésirables de la grossesse. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue qui a été publiée pour la première fois en 2012, puis en 2016.

Objectifs: 

Examiner si la supplémentation en vitamine D, seule ou en combinaison avec du calcium ou d'autres vitamines et minéraux administrés aux femmes pendant la grossesse, peut sans danger améliorer la santé maternelle et infantile.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons fait des recherches dans le Cochrane Pregnancy and Childbirth's Trials Register (12 juillet 2018), contacté les organisations concernées (15 mai 2018), consulté les listes de référence des essais et registres extraits sur clinicaltrials.gov et sur la WHO International Clinical Trials Registry Platform (12 juillet 2018). Les résumés ont été inclus s'ils contenaient suffisamment d'information pour extraire les données.

Critères de sélection: 

Essais randomisés et quasi-randomisés évaluant l'effet d'une supplémentation en vitamine D seule ou en combinaison avec d'autres micronutriments chez les femmes enceintes par rapport à un placebo ou sans intervention.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont évalué indépendamment i) l’éligibilité des essais en fonction des critères d'inclusion, ii) extrait les données des essais inclus et iii) évalué le risque de biais des essais inclus. La niveau de preuve des données probantes a été évalué à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 30 essais (7033 femmes), exclu 60 essais, identifié six essais en cours/non publiés et deux essais en attente d'évaluation.

Supplémentation en vitamine D seule par opposition au placebo/aucune intervention

Un total de 22 essais portant sur 3 725 femmes enceintes ont été inclus dans cette comparaison ; 19 essais ont été évalués comme présentant un risque faible à modéré de biais pour la plupart des domaines et trois essais ont été évalués comme présentant un risque élevé de biais pour la plupart des domaines. La supplémentation en vitamine D seule pendant la grossesse réduit probablement le risque de pré-éclampsie (rapport de risque (RR) 0,48, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,30 à 0,79 ; 4 essais, 499 femmes, preuve de certitude modérée) et de diabète gestationnel (RR 0,51, IC 95 % 0,27 à 0.97 ; 4 essais, 446 femmes, preuve de certitude modérée) ; et réduit probablement le risque d'avoir un bébé ayant un faible poids à la naissance (moins de 2 500 g) (RR 0,55, IC à 95 %, 0,35 à 0,87 ; 5 essais, 697 femmes, preuve de certitude modérée) comparativement aux femmes ayant reçu le placebo ou n'ayant reçu aucune intervention. La supplémentation en vitamine D peut faire peu ou pas de différence dans le risque de naissance prématurée < 37 semaines par rapport à l'absence d'intervention ou de placebo (RR 0,66, IC à 95 % 0,34 à 1,30 ; 7 essais, 1640 femmes, données peu fiables). En termes d'effets indésirables maternels, la supplémentation en vitamine D peut réduire le risque d'hémorragie du post-partum grave (RR 0,68, IC à 95 % : 0,51 à 0,91 ; 1 essai, 1134 femmes, données peu fiables). Il n'y a pas eu de cas d'hypercalcémie (1 essai, 1134 femmes, preuve de faible certitude ), et nous ne savons pas avec certitude si la vitamine D augmente ou diminue le risque de syndrome néphritique (RR 0,17, IC à 95 % 0,01 à 4,06 ; 1 essai, 135 femmes, preuve de très faible certitude). Toutefois, compte tenu de la rareté des données en général sur les effets indésirables maternels, aucune conclusion ferme ne peut être tirée.

Supplémentation en vitamine D et en calcium comparée au placebo/aucune intervention

Neuf essais portant sur 1 916 femmes enceintes ont été inclus dans cette comparaison ; trois essais ont été évalués comme présentant un faible risque de biais pour l'attribution et l'insu, quatre essais ont été évalués comme présentant un risque élevé de biais et deux comportaient des composantes présentant un faible risque, un risque élevé ou un risque imprécis. La supplémentation en vitamine D et en calcium pendant la grossesse réduit probablement le risque de pré-éclampsie (RR 0,50, IC à 95 % : 0,32 à 0,78 ; 4 essais, 1 174 femmes, preuve de certitude modérée). L'effet de l'intervention est incertain sur le diabète gestationnel (RR 0,33,% IC 0,01 à 7,84 ; 1 essai, 54 femmes, preuve de très faible certitude) ; et le faible poids à la naissance (moins de 2500 g) (RR 0,68, 95% IC 0,10 à 4,55 ; 2 essais, 110 femmes, preuve de très faible certitude) comparativement aux femmes ayant reçu un placebo ou n'ayant reçu aucune intervention. La supplémentation en vitamine D et en calcium pendant la grossesse peut augmenter le risque de naissance prématurée < 37 semaines par rapport aux femmes qui ont reçu un placebo ou qui n'ont reçu aucune intervention (RR 1,52, IC à 95 %, 1,01 à 2,28 ; 5 essais, 942 femmes, données peu fiables). Aucun essai clinique dans cette comparaison n'a fait état d'effets indésirables maternels.

Supplémentation en vitamine D + calcium + autres vitamines et minéraux versus calcium + autres vitamines et minéraux (mais pas de vitamine D)

Un essai sur 1 300 participants a été inclus dans cette comparaison ; il a été évalué comme présentant un faible risque de biais. La pré-éclampsie n'a pas été évaluée. La supplémentation en vitamine D + autres nutriments peut faire peu ou pas de différence dans le risque de naissance prématurée < 37 semaines (RR 1,04, IC à 95 % : 0,68 à 1,59 ; 1 essai, 1 298 femmes, preuve de faible certitude) ; ou de faible poids à la naissance (moins de 2500 g) (RR 1,12, IC à 95 % : 0,82 à 1,51 ; 1 essai, 1298 femmes, preuve de faible certitude). Il n'est pas certain que le risque de diabète gestationnel (RR 0,42, IC à 95 %, 0,10 à 1,73) ou d'événements indésirables maternels (hypercalcémie sans événement ; hypercalciurie RR 0,25, IC à 95 %, 0,02 à 3,97 ; 1 essai, 1298 femmes) soit différent, car les preuves pour ces deux résultats sont très peu certaines.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Alan Charissou et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.