Interventions dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire chez l'adulte.

Le hoquet implique des contractions répétées et involontaires des muscles respiratoires. Il s'arrête généralement de façon spontanée ; cependant, rares sont les cas dépassant un délai de 48 heures. S'il persiste, le hoquet peut considérablement perturber le patient, interférer avec son sommeil et son alimentation, mais aussi provoquer d'autres complications. Plusieurs mesures médicamenteuses et non médicamenteuses différentes ont été suggérées pour faire cesser un hoquet prolongé. L'objectif de la présente revue était d'identifier l'existence de preuves probantes concernant leur efficacité. Nous avons recherché des études de bonne qualité impliquant des patients adultes (âgés de plus de 18 ans) dont le hoquet avait duré 48 heures, voire plus. Nous sommes arrivés à la conclusion qu'il existe des preuves insuffisantes pour recommander un traitement particulier contre le hoquet. Des études contrôlées randomisées sont nécessaires pour identifier les traitements pouvant être efficaces ou dangereux dans le cas d'un hoquet persistant.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves insuffisantes pour orienter le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire avec des interventions pharmacologiques ou non pharmacologiques.

Le manque d'études de haute qualité signifie que des essais randomisés contrôlés par placebo doivent être réalisés sur les traitements pharmacologiques et non pharmacologiques. Étant donné que ce symptôme est relativement rare, les essais devront être multicentriques, voire multinationaux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un hoquet persistant et un hoquet réfractaire (dont la durée dépasse généralement 48 heures et un mois, respectivement) peuvent considérablement altérer la qualité de vie d'un patient, bien qu'ils soient relativement rares. Un large éventail d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques a été utilisé pour le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire. Toutefois, il existe peu de preuves permettant d'identifier les interventions efficaces ou dangereuses.

Objectifs: 

L'objectif de la présente revue était d'évaluer l'efficacité d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques utilisées dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire, quelle que soit leur étiologie, chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des études ont été identifiées dans les bases de données suivantes : CENTRAL, CDSR, DARE, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsychINFO et SIGLE (dernières recherches réalisées en mars 2012). La stratégie de recherche appliquée à l'ensemble des bases de données se basait sur celle de MEDLINE présentée dans l'Annexe 1. Aucune recherche manuelle supplémentaire de journaux n'a été entreprise. Les investigateurs connus pour effectuer des recherches dans ce domaine ont été contactés afin d'obtenir des données non publiées ou pour leurs connaissances de la littérature grise.

Critères de sélection: 

Les études éligibles pour l'inclusion dans cette revue étaient des essais contrôlés randomisés (ECR) ou des essais cliniques contrôlés (ECC). Les critères d'inclusion étaient les suivants : adultes (âgés de plus de 18 ans), chez lesquels un hoquet persistant et un hoquet réfractaire (d'une durée supérieure à 48 heures) étaient diagnostiqués, traités par une intervention pharmacologique ou non pharmacologique. Les critères d'exclusion étaient les suivants : moins de dix participants ; aucune évaluation d'une modification de la fréquence ou de l'intensité du hoquet dans les critères de jugement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs indépendants de la revue ont évalué la pertinence de chaque résumé et titre. Des discussions ont permis de résoudre tout désaccord sur l'éligibilité. Si aucun résumé n'était disponible, l'article complet était fourni et évalué. Nous avons obtenu des copies intégrales des études répondant aux critères d'inclusion afin d'approfondir leur évaluation. Deux auteurs de la revue ont indépendamment collecté les données de chaque étude adéquate et les ont saisies dans le logiciel Review Manager 5. Deux auteurs indépendants de la revue ont évalué les risques de biais à l'aide du tableau « Risques de biais » de RevMan 5 et en suivant les directives du Manuel Cochrane des revues systématiques des interventions (Higgins 2009).

Résultats principaux: 

Un total de quatre études (305 participants) répondait aux critères d'inclusion. Toutes cherchaient à déterminer l'efficacité de différentes techniques d'acupuncture dans le traitement d'un hoquet persistant et d'un hoquet réfractaire. Elles présentaient toutes des risques de biais élevés, ne comparaient pas l'intervention à un placebo et ne rendaient pas compte d'effets secondaires ou d'événements indésirables du traitement ou dans les groupes témoins. En raison des différences méthodologiques, nous n'avons pu procéder à une méta-analyse des résultats. Aucune étude examinant des interventions pharmacologiques contre un hoquet persistant et un hoquet réfractaire ne répondait aux critères d'inclusion.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.