Corticostéroïdes pour le traitement du dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique (névrite vestibulaire)

Le dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique (névrite vestibulaire) est une maladie courante dont on ignore la cause. Les patients qui en souffrent ressentent souvent des étourdissements, des nausées ou vomissements et des troubles de la vision, de l'équilibre ou de la mobilité ; ils ont en revanche une audition normale et n'ont pas d'acouphènes. Il a été avancé qu'un traitement par corticostéroïdes, s'il était administré précocement, pourrait améliorer la récupération des patients malades et leurs résultats à long terme. Cependant, les corticostéroïdes peuvent entraîner des effets indésirables (par ex. ulcère hémorragique de l'estomac, changements d'humeur, etc.).

Cette revue a identifié quatre essais contrôlés randomisés incluant 149 patients adultes souffrant de dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique (névrite vestibulaire) traités par corticostéroïdes ou par placebo. Les études étaient variées puisqu'elles utilisaient différents médicaments et différents régimes de traitement. Selon ces études, il n'existe actuellement pas suffisamment de preuves en faveur des corticostéroïdes par rapport au placebo pour la récupération symptomatique et le test objectif de la fonction vestibulaire, à court et à long terme. D'autres études de qualité supérieure sont nécessaires pour évaluer l'efficacité des corticostéroïdes chez les patients atteints de cette maladie.

Conclusions des auteurs: 

Globalement, ces essais ne fournissent actuellement pas suffisamment de preuves pour recommander l'administration de corticostéroïdes aux patients souffrant de dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique. Nous n'avons trouvé aucun essai présentant un risque de biais méthodologique faible et utilisant le plus haut niveau de critères de diagnostic et de mesures de résultats. Nous recommandons que de futures études incluent des critères de qualité de vie en termes de santé et des mesures de résultats fondés sur les symptômes, en plus de mesures objectives de l'amélioration vestibulaire, telles que l'évaluation calorique et l'électronystagmographie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique (névrite vestibulaire) est la deuxième cause la plus fréquente de vertiges périphériques, après le vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB). 7 % des patients se rendant dans des cliniques ambulatoires spécialisées dans le traitement des étourdissements y vont pour ce motif. L'étiologie exacte de la maladie est inconnue et les effets que les corticostéroïdes ont sur elle et sur sa guérison sont incertains.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des corticostéroïdes dans la prise en charge de patients souffrant de dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique (névrite vestibulaire).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie ; CENTRAL ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; ICTRP et autres sources afin de recenser des essais publiés et non publiés. La recherche la plus récente a été effectuée le 28 décembre 2010.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant des corticostéroïdes et un placebo, l'absence de traitement ou d'autres traitements actifs, chez des adultes souffrant de dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique diagnostiqué.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les études à inclure à partir des résultats de la recherche et extrait les données de manière indépendante. Trois auteurs ont évalué le risque de biais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Quatre essais, impliquant un total de 149 participants, comparaient l'efficacité de corticostéroïdes oraux par rapport à un placebo. Tous les essais étaient réalisés à petite échelle et présentaient une qualité méthodologique faible. Bien qu'un effet général significatif des corticostéroïdes ait été observé par rapport au placebo sur la récupération calorique complète à un mois (risque relatif (RR) de 2,81 ; intervalle de confiance (IC) de 95 % de 1,32 à 6,00, P = 0,007), aucun effet significatif n'a été rapporté sur la récupération calorique complète à 12 mois (RR 1,58 ; IC de 95 % de 0,45 à 5,62, P = 0,48) ou sur l'ampleur de la récupération calorique à un mois (différence moyenne (DM) 9,60 % ; IC de 95% de -20,66 à 39,86, P = 0,53) ou à 12 mois (DM 6,83% ; IC à 95% entre -27,69 et 41,36, P = 0,70). De plus, aucune différence significative n'a été observée entre les corticostéroïdes et le placebo sur la récupération symptomatique de la fonction vestibulaire après un dysfonctionnement vestibulaire aigu idiopathique en ce qui concerne les vertiges à 24 heures (RR 0,39 ; IC de 95 % de 0,04 à 3,57, P = 0,40) et l'utilisation du score au test DHI (Dizziness Handicap Inventory) à un, trois, six et 12 mois.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.