Les statines pour le traitement du syndrome des ovaires polykystiques

Les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peuvent souffrir de règles irrégulières, d'une pilosité excessive (hirsutisme) et d'acné (boutons). Des niveaux élevés d'androgènes (hormone mâle) sériques sont l'une des principales caractéristiques du SOPK. Cette revue ne fournit pas de preuves claires que les statines améliorent la régularité menstruelle, le taux d'ovulation spontanée, l'hirsutisme ou l'acné, ni administrées seules ni en combinaison avec la pilule contraceptive orale combinée. Il n'y a pas non plus de bonnes preuves que les statines aient un effet bénéfique sur l'hirsutisme ou l'acné (boutons) associé au SOPK. Chez les femmes souffrant du SOPK, les statines sont efficaces pour réduire les taux d'androgènes sériques et diminuer le mauvais cholestérol (LDL), mais les statines ne sont pas efficaces dans la réduction de l'insuline à jeun ou de la résistance à l'insuline. On ne dispose pas de bonnes preuves sur l'utilisation à long terme des statines (administrées seules ou en combinaison) pour la gestion du SOPK

Conclusions des auteurs: 

Bien que les statines améliorent le profil lipidique et réduisent les niveaux de testostérone chez les femmes souffrant du SOPK, il n'existe aucune preuve que les statines améliorent la reprise de la régularité menstruelle ou de l'ovulation spontanée, ni qu'elles améliorent l'hirsutisme ou l'acné. Il sera nécessaire de poursuivre les recherches avec des ECR bien conçus sur de grands échantillons de population afin d'évaluer les effets cliniques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les statines, en tant qu'agents hypolipidémiants ayant des actions pléiotropiques, sont susceptibles non seulement d'améliorer la dyslipidémie associée au syndrome des ovaires polykystiques, mais peuvent aussi exercer d'autres effets métaboliques et endocriniens bénéfiques.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du traitement par statines chez les femmes présentant un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et n'essayant pas activement de concevoir.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons cherché dans les bases de données suivantes (des origines à la 1ère semaine de juillet 2011) : le registre des essais du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE et CINAHL. Nous avons effectué une recherche manuelle dans les résumés de congrès et les références des articles identifiés pour des études supplémentaires. Nous avons également contacté des experts à propos d'études complémentaires en cours.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant une statine à un placebo ou comparant une statine combinée avec un autre médicament à un autre médicament administré seul, chez des femmes souffrant du SOPK.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué de manière indépendante la collecte et l'analyse des données.

Résultats principaux: 

Quatre essais remplissaient les critères d'inclusion. Ils incluaient au total 244 femmes souffrant du SOPK et ayant reçu un traitement de 12 semaines ou 6 semaines. Deux essais (184 femmes randomisées) ont étudié les effets de la simvastatine et deux essais (60 femmes randomisées) ont étudié les effets de l'atorvastatine. Il n'y avait pas de preuves claires que les statines améliorent la régularité menstruelle, le taux d'ovulation spontanée, l'hirsutisme ou l'acné, quelles soient administrées seules ou en combinaison avec la pilule contraceptive orale combinée (COC). Il n'y avait pas non plus d'effets significatifs sur l'indice de masse corporelle (IMC). Les statines étaient efficaces pour réduire les niveaux de testostérone (nmol/L) (différence moyenne (DM) -0,90, IC 95% -1.18 à -0,62, p < 0.00001, 3 ECR, 105 femmes) lorsqu'utilisées seules ou avec une COC. Les statines ont également amélioré les taux de cholestérol total, de lipoprotéines de basse densité (LDL) et de triglycérides, mais n'ont pas eu d’effet significatif sur les lipoprotéines de haute densité (HDL), les protéines C-réactives à haute sensibilité (HS-CRP), l'insuline à jeun ou l'évaluation du modèle homéostatique (HOMA) de la résistance à l'insuline. Aucun événement indésirable grave n'avait été signalé dans aucune des études incluses.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.