Immunoglobulines intraveineuses pour le traitement de l'épilepsie.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes dues à des décharges électriques anormales dans le cerveau. Les patients épileptiques peuvent présenter différents types d'anomalies immunologiques. La majorité des crises d'épilepsie peuvent être contrôlées par la prise de médicaments antiépileptiques, mais parfois ces crises évoluent pour devenir résistantes à ces médicaments. Chez certaines personnes, d'autres modalités de traitement peuvent être nécessaires, telles que l'administration d'immunoglobuline intraveineuse (IGIV). L'IGIV est un produit sanguin stérile et purifié extrait du plasma de donneurs de sang. Le traitement IGIV pourrait constituer une approche utile, et son efficacité pourrait avoir d'importantes implications dans la prise en charge de l'épilepsie. Cette revue systématique évaluait l'efficacité du traitement IGIV pour contrôler l'épilepsie. Une seule étude comparant l'efficacité de l'IGIV par rapport à un placebo en traitement d'appoint chez des patients atteints d'épilepsie réfractaire a été incluse. Les résultats de la revue suggèrent qu'aucune preuve convaincante ne permet de recommander l'utilisation d'IGIV dans le traitement de l'épilepsie, et d'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Aucune conclusion fiable ne peut être présentée concernant l'efficacité de l'IGIV dans le traitement de l'épilepsie. D'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est un trouble neurologique courant dont l'incidence est estimée à 50 cas pour 100 000 personnes. Les patients épileptiques peuvent présenter différents types d'anomalies immunologiques, telles qu'un faible niveau d'IgA sérique, l'absence de la sous-catégorie IgG et la présence de certains types d'anticorps. Le traitement à base d'immunoglobuline intraveineuse (IGIV) pourrait constituer une approche utile, et son efficacité pourrait avoir d'importantes implications dans la prise en charge de l'épilepsie.

Objectifs: 

Examiner les effets de l'IGIV sur la fréquence et la durée des crises épileptiques, la qualité de vie et les effets indésirables en monothérapie ou en traitement d'appoint chez les patients épileptiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie (14 juin 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (numéro 2 sur 4, Bibliothèque Cochrane, 2010), MEDLINE (1950 à juin 2010), Web of Science (14 juin 2010), Current Controlled Trials (11 juin 2010), les archives du National Research Register (NRR) (11 juin 2010), l'US National Institutes of Health (Clinicaltrials.gov) (11 juin 2010) ainsi que les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur de l'IGIV en monothérapie ou en traitement d'appoint chez des patients épileptiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué les essais à inclure et extrait les données de manière indépendante. Les auteurs des études ont été contactés pour obtenir des informations supplémentaires. Les critères de jugement incluaient le pourcentage de patients ne présentant plus aucune crise, la réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises, les effets indésirables, les arrêts prématurés du traitement et la qualité de vie.

Résultats principaux: 

Une seule étude (61 patients) a été incluse. Nous n'avons identifié aucun essai contrôlé randomisé examinant les effets de l'IGIV en monothérapie dans l'épilepsie. L'étude incluse était un essai multicentrique randomisé en double aveugle et contrôlé par placebo comparant de l'IGIV à un placebo en traitement d'appoint chez des patients atteints d'épilepsie réfractaire. Aucune différence significative n'était observée entre l'IGIV et le placebo en termes de réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises. L'étude rapportait un effet statistiquement significatif favorable à l'IGIV en termes d'évaluation globale. Aucun effet indésirable n'était observé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.