Sécurité et efficacité des médicaments pour le traitement du syndrome de sevrage alcoolique

L'abus d'alcool et la dépendance à l'alcool peuvent provoquer de graves problèmes de santé et avoir des conséquences interpersonnelles, sociales et légales. La dépendance à l'alcool se manifeste par un contrôle réduit par rapport à la boisson, une tolérance à l'alcool et des symptômes de sevrage. Le syndrome de sevrage alcoolique se développe après l'arrêt ou la réduction d'une consommation d'alcool importante et prolongée. Les symptômes les plus courants comprennent des sueurs, un pouls rapide, des tremblements, des insomnies, des nausées ou des vomissements, des hallucinations ou des illusions passagères, une agitation, de l'anxiété et des crises convulsives. Ces symptômes sont le résultat de changements du système nerveux central visant à maintenir un fonctionnement normal avec la consommation d'alcool. Différents types de médicaments sont utilisés pour réduire sans risque la gravité du sevrage et l'abus d'alcool.

Les revues Cochrane d'essais contrôlés randomisés qui examinaient l'efficacité et la sécurité des médicaments pour le syndrome de sevrage alcoolique ont été incluses dans cette présentation générale. Les participants des études de revues étaient d'âge, de nationalité et de sexe différents, présentaient une gravité de symptômes variable et étaient traités à l'hôpital ou en tant que patients externes. Cinq revues, 114 études, 7 333 participants, ont été inclus. Nous avons examiné l'efficacité du médicament sur les crises convulsives du sevrage alcoolique, les événements indésirables en tant que mesure de la sécurité et l'acceptabilité du traitement d'après les sorties d'étude. Ces critères d'évaluation ont été examinés dans 72 études sur les 114. Les traitements utilisés étaient des benzodiazépines sédatives, des anticonvulsivants, du baclofène, du GHB et du PAN. Le baclofène et le GHB imitent les effets de l'alcool et peuvent rapidement réduire les symptômes. Le PAN (oxyde nitreux analgésique psychotrope) implique l'administration de faibles niveaux d'oxyde nitreux et de gaz oxygène afin que l'individu reste conscient et cohérent.

En comparant les cinq traitements à un placebo, les benzodiazépines ont donné de meilleurs résultats pour les crises convulsives (trois études, 324 participants, qualité des preuves modérée). Ce traitement a été le seul à fournir des résultats statistiquement significatifs. Les données sur les préjudices potentiels ont été rares et fragmentées dans ces études. Les benzodiazépines ont également donné de meilleurs résultats que les antipsychotiques pour les crises convulsives (4 études, 633 participants, grande qualité des preuves).

Pour la majorité de nos résultats, des recherches supplémentaires sont susceptibles d'avoir un impact important sur la confiance de l'estimation de l'effet. Nous avons évalué la qualité des preuves des revues incluses en utilisant la méthode GRADE qui examine la qualité des preuves pour chaque critères d'évaluation en prenant en compte la quantité d'effet, la pertinence des données pour la question clinique posée, la taille de l'échantillon dans les essais pertinents, la qualité méthodologique des essais et la cohérence des résultats.

Conclusions des auteurs: 

Parmi les traitements étudiés, les benzodiazépines ont démontré un bénéfice protecteur contre les crises convulsives comparé à un placebo et un bénéfice potentiellement protecteur pour de nombreux critères de jugement comparé à des antipsychotiques. Néanmoins, il n'a pas été possible de tirer de conclusions catégoriques concernant l'efficacité et la sécurité des benzodiazépines, en raison de l'hétérogénéité des essais en termes d'interventions et d'évaluation des résultats. Les données sur les préjudices potentiels sont rares et fragmentées. Les résultats ne fournissent pas de preuves suffisantes en faveur des anticonvulsivants pour le traitement du SSA, mais les anticonvulsivants semblent avoir des effets secondaires limités. Les preuves sont également insuffisantes concernant l'efficacité et la sécurité pour le baclofène, car seule une étude examine ce traitement, et pour le GHB pour lequel il n'a été observé aucune différence claire dans les comparaisons avec le placebo, les benzodiazépines et les anticonvulsivants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'abus d'alcool et la dépendance à l'alcool sont un très grave problème de santé à l'échelle mondiale qui présente d'importantes conséquences sociales, interpersonnelles et légales. Les traitements pharmacologiques utilisés actuellement ont une efficacité incertaine et les doutes sont encore plus grands concernant les effets comparatifs et la rentabilité.

Objectifs: 

Résumer les revues Cochrane qui évaluent l'efficacité et la sécurité des interventions pharmacologiques dans le traitement du sevrage alcoolique

Résultats principaux: 

Cinq revues, 114 études, 7 333 participants, ont répondu aux critères d'inclusion. Les résultats pris en compte étaient les crises convulsives liées au sevrage alcoolique, les événements indésirables et les sorties d'étude. En comparant les cinq traitements à un placebo, les benzodiazépines ont donné de meilleurs résultats pour les crises convulsives, trois études, 324 participants, RR 0,16 (IC à 95 % 0,04 à 0,69), qualité des preuves modérée. En comparant chacun des cinq traitements à une classe de médicaments spécifique, les benzodiazépines ont donné de meilleurs résultats que les antipsychotiques pour les crises convulsives, 4 études, 633 participants, RR 0,24 (IC à 95 % 0,07 à 0,88), preuves de grande qualité. En comparant différentes benzodiazépines et différents anticonvulsivants entre eux, 28 comparaisons, les résultats n'ont jamais atteint une signification statistique, mais le chlordiazépoxyde a donné de meilleurs résultats.
Les preuves étaient de grande qualité pour 3 % des résultats, de qualité modérée pour 28 %, de faible qualité pour 48 % et de très faible qualité pour 20 %.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.