Interventions pharmacologiques dans le traitement des troubles anxieux chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Les patients atteints de BPCO (emphysème et bronchite chronique) sont plus susceptibles d’avoir des troubles anxieux que la population générale. Ces symptômes affectent de manière significative différents aspects de la vie quotidienne. Les médicaments sont largement utilisés pour traiter ces symptômes mais peu de preuves existent pour soutenir cette pratique. Cette revue systématique portant sur quatre études (40 participants au total) n’a pas retrouvé de preuves suffisantes d’un bénéfice éventuel de l’une des trois catégories de médicaments incluses dans la revue. Il y a un manque considérable de preuves permettant d’analyser l’effet des interventions pharmacologiques dans les troubles anxieux chez les patients souffrant de BPCO. Nous recommandons la réalisation de nouvelles etudes pour établir les meilleures modalités de traitement de l’anxiété dans cette population. Ces nouvelles études devront avoir une bonne méthodologie, inclure un nombre de patients approprié et avoir une durée de suivi suffisante.

Conclusions des auteurs: 

En raison de la qualité sous-optimale des essais et des résultats non significatifs en termes statistiques, il est impossible de tirer des conclusions thérapeutiques. Cette revue met en lumière le manque de données dans ce domaine. De fait, il est nécessaire de réaliser des essais rigoureux sur le plan scientifique pour évaluer le rôle des interventions pharmacologiques dans les troubles anxieux chez les patients atteints de BPCO, incluant des effectifs suffisamment important pour en démontrer la pertinence clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se caractérise par l’inflammation des voies aériennes et par la destruction du tissu pulmonaire avec une VEMS/CVF (volume expiratoire maximal en une seconde/capacité vitale forcée) post-bronchodilatation de <0.70 il est démontré qu’il existe une prévalence accrue des troubles anxieux chez les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), par rapport à la population générale et aux personnes souffrant d’autres maladies chroniques. Il a été démontré que chez les personnes atteintes de BPCO, l’anxiété augmente le handicap et compromet les capacités fonctionnelles entraînant ainsi une baisse globale de la qualité de vie. Les interventions pharmacologiques sont donc fréquemment utilisées pour traiter les troubles anxieux chez les patients souffrant de BPCO.

Objectifs: 

Evaluer l’effet des interventions pharmacologiques sur les troubles anxieux chez les personnes atteintes de BPCO, en termes d’amélioration des symptômes de l’anxiété, de qualité de vie, de tolérance à l’exercice, de réduction de la durée des séjours à l'hôpital et de VEMS. Nous avons également évalué les effets indésirables des médicaments.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans deux registres spécialisés du Groupe Cochrane (jusqu’au 1er juin 2011) pour identifier les essais pour cette évaluation. Des recherches complémentaires dans le PsycINFO et le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) ont également été effectuées. Nous n’avons appliqué aucune restriction de langage.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte, pour la revue, tous les essais cliniques randomisés (ECR), les essais randomisés en cluster et les essais en cross-over portant sur les interventions pharmacologiques sur des patients (âge > 40 ans) atteints de BPCO et de troubles anxieux associés (confirmés par les critères diagnostiques reconnus ou une échelle de mesure validée).

Recueil et analyse des données: 

Deux des trois auteurs ont évalué individuellement chaque article et ont extrait les données. Les discordances ont été résolus par l’intermédiaire de discussions avec une tierce partie, lorsque cela était nécessaire. Les investigateurs des essais ont été contactés pour obtenir les données manquantes/brutes. Les méta-analyses des données continues ont été réalisées à l’aide d’un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Quatre études répondaient à tous les critères d’inclusion (avec un total de 40 participants). Trois sous-catégories d’anxiolytiques ont été utilisées, à savoir les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les anti-dépresseurs tricycliques (ADT) et les azapirones. Bien que deux études aient utilisé les ISRS en tant qu’intervention (total de 21 participants), nous n’avons pas pu faire une méta-analyse des critères d’anxiété car une étude avait un déviation-standard de zéro pour le groupe témoin. La qualité des études incluses était relativement mauvaise, incluant des petits effectifs avec des courtes périodes de suivi. En raison du petit nombre d’études incluses, nous n’avons pas pu faire une méta-analyse des toutes les sous-catégories de médicaments.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.