Supplémentation en vitamine K dans le traitement de la mucoviscidose

Question de la revue

Nous avons examiné les éléments de preuve afin de déterminer si une supplémentation en vitamine K permet de contrer les effets de la carence sur la coagulation, la résistance des os et la qualité de vie des personnes atteintes de mucoviscidose. Nous avons tenté de déterminer le dosage optimal nécessaire pour prévenir cette carence. Ceci est une mise à jour d'une revue précédente.

Contexte

La mucoviscidose est une affection héréditaire provoquant des maladies principalement dans les poumons, l'appareil digestif et le pancréas. Chez les personnes atteintes de mucoviscidose, le pancréas ne produit souvent pas suffisamment d'enzymes permettant à l'organisme d'absorber correctement les aliments digérés, et cela peut également être lié à des carences en vitamines liposolubles telles que la vitamine K. La vitamine K est nécessaire à la bonne coagulation du sang, à la formation des os et à certaines fonctions métaboliques.

Date de la recherche

Les preuves sont à jour en date du 30 janvier 2017.

Caractéristiques de l'étude

Deux essais (portant sur un total de 32 participants) ont été inclus dans cette revue. Dans un essai (14 enfants âgés de 8 à 18 ans), la moitié des participants a reçu des suppléments de vitamine K par voie orale à la dose de 1 mg/jour et l'autre moitié a reçu 5 mg/jour pendant un mois. Dans l'autre essai, les 18 volontaires (âgés de 13 à 35 ans) ont reçu un supplément de vitamine K par voie orale à 5 mg ou n'ont rien reçu pendant un mois, avant de changer de groupe pour un autre mois. Malheureusement, nous n'avons pas pu analyser les données de ce second essai, car les investigateurs n'ont pas rapporté de données sur la première partie de l'essai seulement (mais uniquement à la fin de l'essai, lorsque tous les volontaires avaient pris part aux deux groupes), nous n'avons donc pas pu déterminer si les effets étaient dus aux suppléments ou à leur absence.

Résultats principaux

Aucun des deux essais n'a examiné les principaux critères de jugement de la revue (coagulation sanguine, formation osseuse et qualité de vie). Les deux essais ont indiqué que, chez les patients aux faibles taux de vitamine K mesurés dans le sang ainsi que d'ostéocalcine faiblement carboxylée (un autre marqueur de laboratoire de la vitamine K), ces taux sont remontés dans la fourchette normale après un mois de supplémentation quotidienne avec 1 mg de vitamine K.

Qualité des preuves

Nous sommes convaincus que tous les critères de jugement prévus dans ces deux essais ont été rapportés et que les résultats ne sont pas à risque de biais en raison de volontaires ayant arrêté les essais. Nous n'avions pas suffisamment de détails pour décider si les résultats seraient affectés par la façon dont les essais avaient été mis en place ou si les volontaires pouvaient savoir le traitement qu'ils recevaient (ce qui aurait été évident dans l'essai comparant les suppléments à l'absence de traitement).

Conclusions des auteurs: 

Les preuves issues d'essais contrôlés randomisés concernant les bénéfices d'une supplémentation systématique en vitamine K pour les personnes atteintes de MV sont actuellement faibles et limitées à deux essais de petite taille et de courte durée. Cependant, aucun préjudice n'a été constaté et jusqu'à ce que de nouvelles preuves soient disponibles, les recommandations actuelles doivent être respectées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La mucoviscidose est une maladie génétique qui peut conduire au dysfonctionnement de plusieurs organes. Une mauvaise assimilation des graisses et des vitamines liposolubles (A, D, E, K) peut survenir et provoquer des carences subcliniques dans certaines de ces vitamines. On sait que la vitamine K joue un rôle important dans la coagulation du sang et dans la formation des os. Une supplémentation en vitamine K semble être une manière de traiter la carence, mais il n'existe pas véritablement de consensus quant à la dose et à la fréquence d'utilisation adéquates de ces compléments. Ceci est une version mise à jour de la revue.

Objectifs: 

Évaluer les effets d'une supplémentation en vitamine K chez les personnes atteintes de mucoviscidose et déterminer la dose et la voie d'administration optimales de vitamine K, tant pour une utilisation systématique que thérapeutique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d'actes de conférence.

La recherche la plus récente date du 30 janvier 2017.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et quasi randomisés comparant toutes les préparations de vitamine K utilisées dans le cadre d'une supplémentation par rapport à l'absence de supplémentation (ou à un placebo), à n'importe quelle dose, par n'importe quelle voie et pendant n'importe quelle durée, chez les enfants ou les adultes présentant un diagnostic de mucoviscidose (par des tests de transpiration ou des dépistages génétiques).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment passé au crible les articles, extrait les données des essais et évalué leur risque de biais.

Résultats principaux: 

Deux essais (pour un total de 32 participants) d'une durée d'un mois chacun ont été inclus dans la revue et ont été évalués comme présentant un risque de biais modéré. L'un était un essai en groupes parallèles sur le dosage chez des enfants (âgés de 8 à 18 ans) et l'autre (avec une cohorte plus âgée) avait un plan d'étude croisé comparant la supplémentation à l'absence de traitement, mais aucune donnée séparée n'a été rapportée pour la première période d'intervention. Aucun des essais n'a pris en compte les critères de jugement principaux (coagulation, formation des os et qualité de vie). Les deux essais ont signalé la restauration des taux sériques de vitamine K et d'ostéocalcine faiblement carboxylée dans la fourchette normale après un mois de supplémentation quotidienne avec 1 mg de vitamine K.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Barbara Fowler et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.